Aller au contenu principal

Viande bovine : «Le Bœuf de Haute-Loire» prépare son Entrée en scène

La démarche interprofessionnelle pour promouvoir la viande bovine de Haute-Loire, se met en place dès ce début d’automne.

Le Bœuf de Haute-Loire se décline sous un logo principal (inspiré du Porc de Haute-Loire)

Initiée il y a un an par un opérateur en viande du département, la réflexion a fait du chemin depuis, pour devenir une démarcation proposée à l’ensemble des intervenants de la filière de la Haute-Loire. Elle se concrétise aujourd’hui par une marque et son logo, déposés par l’Association de promotion des viandes de Haute-Loire créée cet été pour porter la démarche et qui compte déjà une soixantaine d’adhésions.


Valoriser génisses et jeunes vaches

Le cahier des charges vise le haut de gamme de la viande bovine, en ne ciblant que les femelles de 18 à 60 mois, génisses ou jeunes vaches, de race à viande ou croisées entre elles. L’éventail racial est donc assez large, mais il exclut les animaux issus de races laitières ou mixtes et leurs croisements y compris avec des races bouchères, et l’exigence en conformation (au moins R= dans le classement EUROP) limite l’hétérogénéité des carcasses. Le niveau de finition doit être suffisant : carcasses classées de 2 à 4 en gras. Les bovins sous démarcation seront nés, élevés et abattus en Haute-Loire (avec une tolérance sur la naissance, ces 2 prochaines années de démarrage).La démarche doit permettre de répondre à la demande des consommateurs et des distributeurs en matière de production locale, et de soutenir la filière départementale, notamment les éleveurs. Le but est de pouvoir ramener aux producteurs une plus-value de 1€/kg de carcasse au-delà de la cotation nationale.
Développer la base de productionDepuis la mi-août, une bonne soixantaine d’entreprises a adhéré à l’Association de promotion des viandes de Haute-Loire, présidée par Anthony Fayolle. Elles sont réparties dans les 4 collèges professionnels : les éleveurs, les organisations de producteurs et commerçants de bestiaux, les abattoirs et grossistes, et les distributeurs (GMS, bouchers artisans…).À ce jour, plus de 40 élevages se sont engagés, représentant un potentiel de production de 500 femelles de boucherie (estimation sur base 2015-2016), ce qui est un peu juste pour fournir la douzaine de points de vente. Tous les opérateurs ayant manifesté leur intérêt n’ont pas encore adhéré. La filière continue de recruter aussi bien des producteurs, que des distributeurs, ou autres opérateurs !


Lancement en octobre

L’inauguration officielle de la marque est programmée le dimanche 23 octobre à 11h30 dans la halle du Chomeil de Saint-Paulien, à l’occasion  des Journées Allaitantes où la sensibilisation des éleveurs sera l’objectif. Mais la démarche sera lancée dès que possible avec les premiers opérateurs engagés, en commençant par les réseaux qui fonctionnent déjà. La filière doit s’organiser, le contact s’établir entre les différents partenaires. Plus tard dans la saison, des actions de communication seront organisées avec les points de vente pour faire connaître Le Bœuf de Haute-Loire aux consommateurs.

Philippe HALTER

Chambre d’Agriculture

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne