Aller au contenu principal

Décès de VGE
« VGE voulait faire de l’agriculture le pétrole vert de la France »

Qu’ils l’aient côtoyé à Clermont-Ferrand ou à Paris, les acteurs du monde agricole reconnaît en Valéry Giscard d'Estaing un homme visionnaire dont le projet avorté de Constitution européenne, fixant un cadre pourtant plus clair, résonne encore aujourd’hui.

Valéry Giscard d'Estaing

Depuis son décès mercredi 2 décembre au soir, à l’âge de 94 ans, les hommages à l’égard de Valéry Giscard d’Estaing sont nombreux. Qu’ils soient élus, acteurs du monde économique et social, observateurs… tous reconnaissent en celui qui en 1974 avait pris la route de l’Élysée pour un périple de sept ans, un homme moderne qui a fait basculer la France dans une ère nouvelle. Sous la présidence giscardienne, les mœurs de la société française ont en effet profondément évolué à la faveur de mesures emblématiques telles que : l’abaissement de la majorité civile et électorale de 21 à 18 ans, la création d’un secrétariat d’État à la condition féminine, la dépénalisation de l’avortement, l’autorisation du divorce par consentement mutuel. Ce vent de modernité, on le retrouve aussi dans l’empreinte agricole laissée par Giscard, le chef d’État mais aussi par Giscard le député, le conseiller départemental du Puy-de-Dôme, et le président de la région Auvergne.

Secrétariat d’État à l’agroalimentaire

" Dans l’un de ses discours de 1978, il avait annoncé son ambition de faire de l’agriculture le pétrole vert de la France en augmentant massivement la production pour renforcer la place de la France à l’export ", se souvient Gilbert Bros, agriculteur retraité en Haute-Loire qui a présidé la FRSEA Massif central et la Chambre d’agriculture de Haute-Loire dans les années quatre-vingt-dix. Fort de cette volonté, VGE dote en 1979 son premier ministre, Raymond Barre, d’un secrétariat d’État chargé des industries agro-alimentaires, une première ! Un poste qui sera occupé jusqu’en 1981 par un autre auvergnat, un certain Michel Debatisse, avec lequel Giscard fera également un bout de chemin au Conseil régional d’Auvergne. " Giscard était quelqu’un de très intelligent, qui avait une faculté à comprendre rapidement les choses ", raconte Gilbert Bros. Cette perspicacité, a servi l’agriculture auvergnate, il en est convaincu : " Lorsqu’il a pris la présidence de la région Auvergne, une conférence régionale agricole était organisée chaque année durant laquelle nous plaidions pour une augmentation forte des crédits en faveur du secteur agricole. Giscard a mesuré les enjeux, en particulier de modernisation, puisque nous sommes passés d’un budget agricole de 5 à 6 millions de francs à 21 millions ".

Le rêve européen

Député puis conseiller départemental du canton de Rochefort-Montagne dans le Puy-de-Dôme, Valéry Giscard d’Estaing va contribuer à changer le visage du territoire : " Invitant à mettre en œuvre les opérations de remembrement, sous son impulsion le développement agricole va s’accélérer sur notre secteur ", estime Alain Mercier, agriculteur, actuel maire de Nebouzat et président de la Communauté de communes de Rochefort-Montagne et Sancy-Artense. Ému par la disparition du président Giscard, Alain Mercier est fier d’avoir servi à ses côtés à la région Auvergne, d’abord à la présidence de la commission agricole, puis à la vice-présidence à l’agriculture jusqu’en 2004, date où le Conseil régional sera ravi par la gauche. " Il avait toujours une génération d’avance sur tout le monde et était convaincu que si l’Europe ne fonctionnait pas, la France ne fonctionnerait plus ", suggère l’élu, qui regrette que le projet de Constitution européenne porté par VGE n’ait pas pu aller à son terme. " Il avait mis une énergie folle sur ce texte, et a été très déçu par son rejet par les français à l’occasion du référendum de 2005. Force est de constater que l’histoire lui a donné raison, puisque l’Europe manque toujours de règles qui garantissent un bon fonctionnement avec autant de pays ".

 

Ils ont dit…
VGE aimait l'Auvergne

. Jean Pierre Vigier, député de Haute-Loire rend hommage à l' "Homme d’État, celui qui, Président de la République de 1974 à 1981 eut à cœur de construire une France résolument moderne, tant au niveau social et sociétal que dans le domaine économique, engageant de nombreuses réformes structurantes et durables. Il permit parallèlement de renforcer la construction européenne, engagement qui lui tenait particulièrement à cœur, bien au-delà de son mandat présidentiel. Président bâtisseur, il n’en restait pas moins un homme à l’engagement local chevillé au corps… Valéry Giscard d’Estaing aimait profondément l’Auvergne. Les Auvergnats savent ce qu’ils lui doivent".
. Jean-Pierre Marcon, Président du Conseil départemental souligne : "le courage de ce grand réformateur de la République qui a souhaité présider aux destinées de la région Auvergne à partir de 1986  pour y insuffler une nouvelle dynamique. J’ai pu apprécier ce grand président qui avait une véritable ambition pour l’Auvergne, à laquelle il conservait un fort attachement et qui, durant ses mandats, a eu à cœur d’y porter sa vision d’ouverture notamment sur le désenclavement du territoire avec l’A75 et l’ A89, sur l’ouverture de la région à l’Europe mais aussi sur le renforcement de son développement économique et de son attractivité avec la mise en œuvre de projets à rayonnement national comme Vulcania  La Grande Halle ou le Zénith de Clermont-Ferrand".
. Michel Chapuis, Maire du Puy-en-Velay salue : "Un esprit brillant, un Homme distingué, un Auvergnat. Il a beaucoup apporté à la France. J’ai toujours apprécié ses valeurs centristes et son engagement fort en tant qu’Européen convaincu. Au Puy-en-Velay, il ne sera jamais oublié. Il faut savoir que l’Atelier Conservatoire National de la Dentelle a été créé par sa volonté le 1er juillet 1976. Il s’agissait alors de former de jeunes dentellières…".
S. Marion

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Rendez vous en Terrain JA au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont pour l'installation de Adrien Riocreux.
Rendez-vous en terrain JA sur une exploitation mixte, chèvres et vaches, tournée vers l'avenir
Dans le cadre de leurs Rendez-vous en Terrain JA, les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire ont mis en avant l'installation d'Adrien…
Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Laine de BMC et de Noire du Velay.
Tricolor, un collectif pour développer une filière lainière à haute valeur ajoutée
Alors que la filière lainière est en difficultés depuis plusieurs années, un collectif “Tricolor“ est en cours de création pour…
Robot distributeur d'alimentation sur vaches laitières au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont.
Le robot distributeur d'alimentation, un ouvrier à temps plein
Au Gaec de Ste Croix à St Just Malmont, les associés ont opté pour une alimentation robotisée plutôt qu'un robot de traite.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Réorienter l'aide sociale vers l'alimentation
Interview de Yannick Fialip, président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire et administrateur FNSEA
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne