Aller au contenu principal

Une solution pour une installation

À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.

Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.

■Lucien Mounier s'est installé en mai 2020 sur la ferme laitière de son père à Montfaucon en Velay. Après des études en mécanique générale et 10 années de salariat dans ce domaine, en 2016 le jeune homme rejoint la ferme familiale pour prêter main forte à son père victime des conséquences d'un accident. Après une période en tant qu'aide familial, le jeune homme, qui a toujours voulu s'installer, a finalement repris la ferme familiale. Lucien tenait à travailler en agriculture biologique. La ferme est entrée dans une procédure de conversion fin 2017 et produit du lait certifié bio (140 000 L produits par une trentaine de montbéliardes et livrés à Sodiaal) depuis janvier 2020.
Pour le jeune homme, le passage en agriculture biologique était voulu : "c'est une manière de produire qui me plaît" dit-il. Mais c'est aussi ce qui lui a permis de s'installer !  La SAU de l'exploitation de son père étant insuffisante (33 ha), en récupérant quelques hectares (8 ha exactement en location) et en produisant du lait bio mieux valorisé par sa coopérative, le projet d'installation de Lucien est devenu réalisable du point de vue économique.


La conversion en bio
Pendant la période de conversion, Lucien a bénéficié du soutien et de l'appui technique de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, que ce soit pour l'installation comme pour la conversion. Sur les conseils de Régine Tendille, conseillère agriculture biologique, Lucien a adapté sa façon de conduire ses cultures et son chepel. "Au niveau des cultures, on était proche de la démarche AB puisque nous n'utilisions aucun produit de traitement. On avait déjà recours au désherbage mécanique et on pratiquait une rotation des cultures. Toutefois, sur les conseils de la Chambre d'agriculture, j'ai adopté une rotation plus rapide (en optant pour 1 à 2 années de céréales sur prairie contre 2 à 3 années de céréales sur prairies auparavant). Ce renouvellement plus fréquent des prairies permet notamment de réduire la pression des adventices et de pouvoir compter sur des prairies jeunes et productives". La conversion du cheptel a principalement concerné l'alimentation des vaches : "j'ai opté pour une conduite économe en réduisant les achats de concentré (4 tonnes par an pour 30 vaches)". Lucien donne désormais priorité à la prévention des maladies, ce qui passe par une observation rapprochée de ses vaches et opte pour les soins alternatifs (phytothérapie, homéopathie, acupuncture) en cas de maladies. Des soins qu'il prodigue lui-même grâce à de multiples formations. La Chambre d'agriculture l'a aidé à optimiser la performance de son système de pâturage : "Régine Tendille m'a apporté des conseils pour améliorer mon pâturage tournant et ainsi faire en sorte que les vaches consomment une herbe jeune et que les pâtures poussent correctement". La prochaine étape pour lui sera la mise en place d'un méteil à ensiler qui pourra être suivi d'une culture dérobée d'été ; un moyen d'accroître les stocks de fourrages ou le pâturage.


Rendez-vous à Tech&Bio
le 17 septembre
Très friand de technique, Lucien Mounier participera aux ateliers Tech&Bio programmés le 17 septembre en Haute-Loire. "Les journées Tech&Bio permettent de prendre connaissance des résultats et des conclusions d'essais et nous amènent parfois à faire des changements dans la conduite de notre exploitation. C'est aussi une occasion de suivre l'évolution de la technique et du climat ; car sur ce dernier point, nous sommes arrivés à un tournant. Et nous allons devoir nous adapter rapidement à ce changement climatique !"

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Jean-Luc Chauvel aux côtés d’Hugues Pichard, qui vient de lui succéder à la présidence de Races de France.
La génétique au service de l’économie des territoires
Avant de passer la main, Jean-Luc Chauvel, président de l’organisme de sélection races ovines des Massif (Rom Sélection), est…
Paysage rural près de St Paulien avecparcelles labourées.
La future PAC s’écrit à deux plumes, européenne et nationale
Les membres des Bureaux FDSEA et JA de Haute-Loire étaient réunis la semaine dernière pour une présentation des grandes lignes de…
«L’agriculture, un métier qui fait vivre des hommes et des femmes…»
La présidente des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, Laurine Rousset, analyse à chaud les propos du Ministre de l’Agriculture…
Julien Denormandie Ministre de l'Agriculture
« J’appelle les agriculteurs à prendre part massivement au recensement agricole »
Une nouvelle campagne de recensement agricole va démarrer le 1er octobre. Interrogé par Agra Presse et un pool de journalistes de…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Les producteurs de fromage aux artisous se lancent sur la route vers l'AOP.
Le fromage aux artisous en route pour l'AOP
Les producteurs de fromages aux artisous avancent dans leur démarche pour l'obtention de l'AOP. Ils ont désormais toutes les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne