Aller au contenu principal

Une promesse : " Justice sera faite "

Face à la multiplication des cas d’attaques et mutilations d'équins, le ministre de l’Agriculture s’est rendu dans un centre équestre en Saône-et-Loire.

Le ministre de l’Agriculture s’est déplacé dans un centre équestre de Saône-et-Loire le 28 août dernier.

Entre films d’horreur et rites vaudou, c’est une triste série de " meurtres " ou de " sévices " infligés à des chevaux et poneys qui frappe la Saône-et-Loire (trois cet été), la région Bourgogne Franche-Comté (une dizaine), la France (30 cas au seul mois d’août ; dans dix départements) et même l’étranger de longue date (300 cas en Allemagne ; 160 en Angleterre depuis 40 ans). Gendarmeries et forces de l’ordre sont fortement mobilisés, à la demande des professionnels et des ministères.
Pour traduire cette mobilisation exceptionnelle, le ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie s’est rendu au centre équestre des Parriauds à Saint-Eusèbe (Saône-et-Loire) vendredi 28 août. Il était accompagné du nouveau préfet de Saône-et-Loire, Julien Charles et de ses services (DDT, DDSV, etc.), mais surtout entouré de toutes les forces de l’ordre (Gendarmerie, Police, Mission interministérielle de lutte contre les dérives sectaires).
Ils ne sont pas seuls à " enquêter " : la Fédération des vétérinaires - effectuant les autopsies sur les " scènes de crimes " - et la Fédération française d’équitation sont également prêtes à se porter partie civile pour condamner " ces criminels " à la peine la plus lourde. La présidente du Conseil du cheval Bourgogne Franche-Comté, Claire Juillet, a d’ailleurs réclamé au ministre que les peines maximales soient bien appliquées (deux ans de prison ; 30 000 euros d’amende ; non cumulable malheureusement).
Le ministre a affirmé faire régulièrement un point sur ces affaires avec ses homologues de l’Intérieur et de la Justice.


Prévenir la police (17)
Il faut dire que les témoignages des éleveurs et propriétaires font froid dans le dos. Ici à Saint-Eusèbe, où la jument Fleur des dames a été agressée dans son box, Thomas Desgres des Écuries Parriauds a longuement expliqué son incompréhension, son inquiétude et sa fatigue. Les propriétaires d’une ponette tuée à Saint-Vallier étaient eux aussi encore visiblement choqués par la violence et la cruauté des agresseurs : mutilations, oreille coupée, œil arraché, appareils génitaux enlevés, tête écrasée, sang vidé. Encore plus terrifiant, beaucoup craignent une recrudescence de " copieurs " (copycat) ou même la répétition d'un quelconque " rite " (le sang de cheval étant historiquement utilisé pour soigner des maladies : sérum contre la rage, tétanos, venin… par exemple), puisqu'attaquant plus souvent les juments et ponettes. Voire contre le Covid, imaginent certains.
Julien Denormandie a assuré à l’issue que " justice sera faite " et que l’enquête avance. Ou plutôt les enquêtes, puisque le ministre a lâché qu’il s’agit de plusieurs individus. Le ministre et les forces de l’ordre ont invité chacun à ne pas tenter de faire justice soi-même. La gendarmerie relaie régulièrement des informations (alertes vigi-agri), des consignes et recommandations : signaler (téléphoner au 17) plutôt qu’intervenir. La solidarité et la coordination sont maintenant " essentiels " pour résoudre " au plus vite " ces crimes " barbares ".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Samuel Vandaele, président de jeunes Agriculteurs.
« Pour une agriculture jeune, dynamique et durable »
Jeunes Agriculteurs vient de publier son rapport d’orientation pour l’année 2021. Un document orienté principalement en direction…
Lot d'agneaux à la vente au marché couvert de Saugues.
La procédure de télédéclaration des aides animales pour la campagne 2021 est ouverte
Depuis le 1er janvier, les agriculteurs peuvent procéder sur le site Telepac (www.telepac.agriculture.gouv.fr) à leurs demandes d…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne