Aller au contenu principal

Dans le cadre du Sommet de l'Élevage
Une jument de trait sur trois s'élève dans le Massif Central

Le Massif Central est le plus grand réservoir de chevaux de trait européen avec quelques 10 000 juments et 2 400 éleveurs. La région Auvergne Limousin représente à elle seule 20 % de l'effectif national de poulinières trait.

S’il n’y a pas de race équine issue du Massif Central car, historiquement, les races de travail sur un terroir étaient soit bovine (Charolais, Salers, Aubrac et limousin) soit équine, mais jamais les deux, le Sommet n’est pas moins un rendez-vous important pour le cheval de trait élevé dans cette région.
Tous les berceaux des races de chevaux de trait se trouvent à l’extérieur du Massif : Bretagne, Franche Comté, Perche et Ardennes.
L’utilisation, par l’armée notamment, a développé les effectifs de chevaux de trait dans nos zones  d’autant plus que les chevaux constituent avec les bovins une « association de bienfaiteurs » pour la valorisation  et l’entretien de la flore des prairies naturelles de montagne et demi montagne.
Hors berceaux, les éleveurs se sont organisés depuis de longue date  en structures professionnelles associatives ou syndicales
Tous les départements du Grand Massif central se sont dotés de syndicats d’élevage représentant les éleveurs auprès des Haras Nationaux, des Associations Nationales de race et des collectivités territoriales.
Parallèlement en Auvergne Limousin sont nées des Associations d’Attelage et de producteurs de poulains pour la valorisation viande.
Ce sont toutes ces structures professionnelles qui réunissent une fois par an leurs adhérents  au Sommet pour échanger leurs expériences, concourir entre eux et faire connaître les activités de la filière cheval de trait.

Elevage, viande et utilisation, les 3 piliers de la filière équine

Les syndicats d’élevage s’investissent dans la gestion de la reproduction dans les cheptels et participent à  l’évaluation des chevaux lors des concours d’élevage : ce sont des rassemblements où les critères génétiques sont pris en compte : orientation viande ou utilisation
Côté commercial, la vente des reproducteurs ne représente que 5 % à 7%  du marché. Pour le Massif central qui n’est pas berceau de race, il n’ y a que très peu de plus-value car soit les reproducteurs sont achetés dans les berceaux, soient les transactions commerciales se font entre éleveurs locaux ce qui n’amène aucune plus-value locale. L’ambition  des professionnels du Massif est de passer d’un statut de zone de multiplication à celui de zone d’élevage des grandes races de trait.
Un outil pour réaliser ce projet est bien entendu le Sommet de l’Elevage avec la venue de visiteurs étrangers susceptibles d’acheter localement des chevaux pour l’élevage et l’utilisation.
La seconde valorisation du cheval de trait est l’utilisation. A ce titre, les Associations d’Attelage utilisateurs de jeunes chevaux travaillent, sur les concours d’utilisation jeunes chevaux, à déceler  sur des critères de comportement et d’allures, les animaux aptes à être dressés et à fournir le marché potentiel de chevaux d’attelage.
Une autre mission de ces associations  est  de dresser ou faire dresser les jeunes chevaux et de les orienter sur des activités de loisir (balade en calèche dans la campagne) ou festifs (défilé dans les rues de villes) ou encore de travail dans les zones urbaines selon leurs aptitudes.
Elles se professionnalisent aussi sur la formation de cochers capables de mener les chevaux : c’est un vrai métier qui demande des compétences spécifiques.
Enfin ces associations sont aussi les véritables gardiens d’un patrimoine exceptionnel de matériel hippomobile, gardiens mais aussi utilisateurs de matériel neufs très sophistiqués avec voitures équipées de freins à disques et même GPS !
La plupart d’entre elles ont à proposer des gammes de prestations attelage allant des promenades “découverte du terroir” en calèche à  l’animation de fêtes ou des démonstrations de labour à l’ancienne. Le marché « Utilisation » représente 12 à 18% des débouchés aujourd’hui et des perspectives nouvelles s’ouvrent avec l’utilisation du cheval en ville.
Cependant le poids économique de la filière trait est basé sur la valorisation Viande à 70/80 %.
Valorisation qui se fait au travers de la vente de poulains pour l’Italie, de l’engraissement et de la commercialisation en carcasse pour le marché français de poulains finis et réformes
du secteur élevage ou attelage
Ce fait est incontournable, sans elle, le cheval de trait disparaîtrait de nos montagnes et son seul salut résiderait alors à l’inscrire au bio-patrimoine de l’humanité comme espèce en voie de disparition.
Le Sommet présente toutes les facettes de cette filière au travers de concours, présentation ou colloques. C’est le plus grand rendez-vous multiracial européen en chevaux de trait.

 

Lire le dossier complet dans La Haute-Loire Paysanne de la semaine 39

Un travail collectif

Un collectif de structures professionnelles travaille au sein de la commission équine du Sommet qui construit la “vitrine de la filière trait”.
. La Fédération des Syndicats d’Eleveurs de Chevaux de Trait du Massif central qui regroupe les 7 syndicats départementaux d’Auvergne et Limousin ; syndicats qui ont pour mission la gestion de la reproduction et de l’amélioration génétique en partenariat étroit avec les Haras Nationaux, ainsi que la défense et la promotion du cheval de trait.
. Les Unions pour la commercialisation des poulains et des produits carnés : l’Union Chevaux de Trait Auvergne et l’UTL (Union Trait limousin).
. La fédération des Associations d’Attelage d’Auvergne qui promeut l’attelage festif, de loisir ou demain le Cheval territorial”.

4Y7W7HJY_3.pdf (1.39 Mo)
Légende
1/3 des chevaux de trait sont élevés dans le Massif Central.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne