Aller au contenu principal

Un robot de traite d'occasion par souci d'économie

Avec les premiers renouvellement, le marché des robots de traite s'organise. L'accès à la robotisation de la traite n'est désormais plus réservé à une élite. En 2007, une vingtaine d'installation d'occasion ont été réalisées.

La structure monobloc des robots de traite facilite leur transfert et leur implantation dans un bâtiment existant.

Investir plus de 120 000 euros dans un robot de traite n’est pas à la portée de tous les élevages. Mais depuis quelques mois, l’accès à la traite robotisée n’est plus aussi élitiste grâce au développement d’une offre en robot d’occasion. « Pour 2007, une vingtaine de robots d’occasion auront été installés », estime Guillaume Chabra, responsable marketing équipements laitiers chez Lely. Les premières ventes réalisées par le constructeur concernent essentiellement deux logiques d’investissement. « Nos clients pour l’occasion sont soit des structures de taille moyenne pour qui l’investissement dans du neuf serait financièrement trop difficile, soit des élevages équipés d’un premier robot au maximum de sa productivité et qui récupèrent du quota sans pouvoir justifier d’un deuxième robot neuf », explique le spécialiste. Mais la demande semble surtout se concentrer dans les zones à petites structures comme la Bretagne.

Robots de quatre ou de cinq ans

« La liste d’attente est longue ce qui ne favorise pas la baisse des prix. Ceux-ci s’échelonnent de 50 000 à 100 000 euros et sont établis en fonction de l’age du robot, du nombre de mise à jour qu’il a reçu et des modifications à lui apporter avant sa remise en service ». Les robots d’occasion ne sont pas très vieux. « On reprend souvent des robots de quatre ou cinq ans issus d’un renouvellement. Les éleveurs changent de robots pour trois raisons principales suivant les régions. Dans le grand Ouest, des éleveurs optent pour un nouveau modèle afin d’être à la pointe de la technologie. Les grosses structures dans l’Est renouvellent pour des raisons fiscales suite à un amortissement rapide du robot. Enfin, d’autres choisissent le nouveau modèle pour avoir plus de capacité », précise Guillaume Chabra. Le constructeur néerlandais s’assure également du bon déroulement des affaires.

Une garantie d’un an

« Chaque robot repris est révisé, il subit une mise à jour complète pour le mettre au même niveau technologique que les robots actuels. L’étude d’implantation et la formation de l’éleveur sont réalisées comme dans le cas d’un neuf. Cela nous permet d’offrir une garantie d’un an de l’installation et de proposer les mêmes contrats de maintenance qu’en neuf ». Avec un marché du neuf en pleine expansion depuis déjà deux ans, l’offre en robot devrait rapidement s’étoffer. Des robots vieillissants arriveront également sur le marché. Selon Guillaume Chabra, « il est difficile de se prononcer sur la durée de vie d’un robot. Il est toutefois rassurant de savoir que le premier robot de traite commercialisé il y a quinze ans est toujours en fonctionnement tout comme les premiers robots vendus sur le marché français. Nos stalles sont garanties dix ans et les nombreuses pièces d’usure du robot permettent une remise en état conséquente ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne