Aller au contenu principal

Lentille
Un faible rendement mais un produit à l'hectare intéressant

L'ODG Lentille Verte du Puy a tenu son assemblée générale en visio-conférence le 16 février dernier. Bilan de la campagne 2020.

Champ de Lentilles Vertes du Puy

"La récolte 2020 de la Lentille Verte du Puy s'inscrit comme l'une des plus faibles que l'on ait pu connaître depuis la création de l'AOP" a souligné le président de l'ODG Lentille Verte du Puy, Philippe Boyer, lors de l'assemblée générale de l'organisme le 16 février dernier. Au cours de cette campagne, 653 producteurs ont semé 3 132 ha pour récolter 12 166 quintaux (en baisse de 50% par rapport à 2019), soit un rendement de 4 qx/ha.
Météo défavorable
Ce faible rendement moyen est le résultat de conditions météorologiques défavorables. "L'excès d'eau du mois de juin (+ 100 mm par rapport à la normale) a induit un développement important des adventices qui ont, non seulement, pénalisé la culture mais aussi rendu la récolte difficile" rappelle Grégory Sauvant, responsable administratif à l'ODG. Si les quantités n'étaient pas au rendez-vous, la qualité était bien là. Le temps sec et ensoleillé en fin de cycle de la lentille ont permis d'obtenir une belle lentille en terme de couleur.
Cette faible récolte 2020 impacte négativement la filière qui ne dispose plus de suffisamment de volume pour répondre à la demande : "sachant que le marché de la Lentille Verte du Puy est estimé entre 3 000 et 4 000 tonnes par an, les tonnages de ces dernières années, ne permettent pas de satisfaire toute la demande, ce qui se traduit par des ruptures en magasins" explique le président.

Un produit à l'hectare équivalent à un blé de 55 qx

Les bas rendements remettent en cause la rentabilité de la culture et peuvent aussi décourager certaines exploitations, "pourtant, à un rendement de 4 qx/ha, la Lentille Verte du Puy permet de dégager un produit à l'hectare intéressant de l'ordre de 900 €/ha, soit l'équivalent d'un blé de 55 quintaux" a indiqué Philippe Boyer qui ajoute : "bien que la productivité moyenne de la Lentille Verte du Puy (LVP) ait baissé, le produit par hectare s'établit à 1 300 € et ce grâce à une forte augmentation du prix". D'après l'ODG, le prix payé aux producteurs de LVP est au moins 4 fois supérieur à celui de la lentille verte de France.
Pour accompagner la lentille dans cette période difficile, l'ODG s'est employé à travailler sur les solutions techniques. Un programme d'expérimentation dense a été conduit tout au long de la campagne : des essais de désherbage mécanique, de semis direct de la culture sous couvert d'avoine de printemps et de semis sur labour de la culture derrière un couvert d'avoine.
Concernant le désherbage mécanique, les essais montrent qu'il s'agit d'une alternative encourageante malgré un taux d'adventice restant conséquent et entraînant une compétition directe avec la lentille jusqu'à la fin du cycle. "Le meilleur résultat du passage de l'outil sur l'ensemble des parcelles est au stade 3-4 feuilles de la culture. Le désherbage mécanique est une alternative intéressante dans les systèmes conventionnels et indispensable dans les systèmes bio" ont indiqué Emmanuel Eymard, responsable de la commission technique, Patricia Tyssandier et Joël Batonnet. Pour réguler au mieux la flore adventice, la commission invite les producteurs à prendre en compte plusieurs paramètres : le climat (pluviométrie, températures), stade de développement de la culture et des adventices, profondeur de semis de la lentille, état structural du sol, aplanissement de la parcelle, pierrosité, réglage du matériel, temps de travail.
En 2020, l'ODG a expérimenté le semis de la lentille sous couvert d'avoine. Un couvert qui offre un levier de gestion complémentaire de la flore adventice. Notons que les résultats les plus prometteurs ont été obtenus avec un semis direct derrière un couvert d’avoine implanté à l’automne.

Le challenge de la transition écologique

À l'avenir, l'ODG entend poursuivre ses travaux d'expérimentation (essais, analyses de résultats, démonstration de matériels de précisions, travail de lobbying auprès des décideurs) afin d'apporter des solutions efficaces aux producteurs : "Nous devons développer et vulgariser les méthodes alternatives, rechercher de nouveaux matériels de désherbage, de semis, de récolte, rechercher des cultures associées et couverts végétaux, trouver des moyens financiers pour acquérir du matériel spécifique pour les producteurs ou par le biais des cuma" a indiqué le président Boyer qui encourage les acteurs de la filière à s'intéresser aussi à la vie du sol. Si le champ d'intervention technique de l'ODG est vaste, Philippe Boyer invite la filière à ne pas se mettre de limites. Il a par ailleurs rappelé que pour surmonter ces difficultés techniques, la filière avait besoin de temps et surtout de moyens financiers.
Enfin, le président de l'ODG a incité les agriculteurs de la zone à laisser une place à notre AOP dans leur assolement : "Chaque génération a eu un challenge à relever. Le nôtre a celui de la transition écologique à réussir. Alors sachons transformer cette faiblesse passagère en force pour le futur".

 

Changement de président
Le 3 février, Philippe Boyer  (photo ci-contre) présidait l'assemblée générale de l'ODG Lentille Verte du Puy pour la dernière fois. En tant que représentant du collège des conditionneurs, il a dressé le bilan de ses 3 années de mandat à la tête de l'ODG : " Cet engagement m'a permis de découvrir toute la complexité de la filière et d'assister aux échanges entre les représentants de la filière qui permettent de trouver des solutions aux problèmes que l'on peut rencontrer. J'invite tous ceux qui portent un intérêt à la Lentille Verte du Puy à s'engager dans la filière pour participer à son développement". Après le collège conditionneurs, c'est donc au tour du collège producteurs de présenter un candidat à la présidence. À l'issue de cette assemblée générale, c'est le producteur Franck Rocher qui a été élu président. Franck Rocher est installé sur l'Earl du Roitelet à Siaugues Ste Marie où il exploite une quarantaine d'hectares de Lentille Verte du Puy et une unité de méthanisation. Il est par ailleurs connu pour sa responsabilité de président de l'ANILS (Association nationale interprofessionnelle des légumes secs).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne