Aller au contenu principal

"Un dossier bourré d’aberrations qui punit à tort les agriculteurs"

Les 3 et 4 mai, la DDT de Haute-Loire a organisé deux réunions visant à informer les agriculteurs des communes classées sur les mises aux normes à effectuer.

En zone vulnérable, la limitation de l’épandage fait partie de l’une des 8 mesures à respecter.

Grâce à l’action conjuguée de la FDSEA, des JA et de la Chambre d’agriculture, le nombre de communes classées en zones vulnérables est passé de 45 initialement à 12 communes (voir encadré).
Sur les 12 communes des cantons de Brioude et de Blesle qui restent classées à l’heure actuelle, les agriculteurs doivent répondre à un certain nombre d’obligations qui leur ont été présentées à l’occasion de deux réunions organisées par la DDT les 3 et 4 mai dernier.

Des contraintes supplémentaires
Les agriculteurs en activité sur ces communes classées devront obligatoirement respecter une liste de 8 mesures (voir ci-contre). Des contraintes supplémentaires qui vont peser sur les trésoreries des exploitations agricoles. Certes les travaux induits par les mises aux normes obligatoires vont s’accompagner d’aides dont pourront bénéficier les agriculteurs. Toutefois, «le volume des aides ne compensera jamais les investissements réalisés» déplore Maurice Laurent, délégué cantonal FDSEA sur le canton d’Auzon.
Ce responsable professionnel pointe les nombreuses aberrations qui s’accumulent sur ce dossier zones vulnérables. À  commencer par le critère «nitrates d’origine agricole» qui se trouve à l’origine du classement de l’ensemble des communes.
«Comment peut-on prouver que ces nitrates sont vraiment d’origine agricole ? On sait que la station d’épuration de Brioude a déversé des eaux souillées pendant des années avant que des travaux soient réalisés sur ses installations ; ceci laisse forcément des traces sur l’environnement. On sait aussi que plusieurs usines déversent encore leurs eaux usées dans les rases communales, ce qui peut générer des nitrates. C’est inadmissible que l’agriculture soit accusée d’office !».
Maurice Laurent met en relief une autre aberration : «Comment l’activité agricole située en aval des Puits des Vignes (à Auzon, Azerat, Cohade...) peut arriver à polluer ces puits localisés en amont ? L’eau ne remonte pas que je sache !» Or, à cette question, Maurice Laurent n’a jamais obtenu aucune réponse de la part de l’administration.

Des arrêts d’activité en perspective
D’autre part, la longue liste de mesures à respecter inquiète le responsable professionnel qui redoute l’arrêt d’activité de certaines exploitations.
Les éleveurs, en particulier en production laitière, vont devoir accroître leurs capacités de stockage en effluents d’élevage. «Dans certains cas, c’est certainement envisageable alors que dans d’autres, la surface manque. Je crains que certains exploitants fassent le choix de stopper leur activité. Quant à ceux qui procèderont aux aménagements nécessaires, cela représentera pour eux des investissements supplémentaires dont nous n’avons pas besoin ces temps-ci».

La semaine du dégoût
Les mesures conduisant à limiter la période d’épandage risquent de déboucher sur la semaine du dégoût, les quelques jours pendant lesquels les agriculteurs vont tous épandre en même temps ! Même problème pour la limitation de la quantité d’azote épandue issue des effluents d’élevage/ha de SAU. «Les tas de fumiers risquent de fleurir un peu partout ; on pourra ainsi parler d’une pollution visuelle» indique Maurice Laurent. Ajoutons d’autre part que les 8 mesures à respecter sont susceptibles de faire l’objet d’un contrôle basé sur la consultation des documents et de constats sur le terrain.
La profession agricole reste mobilisée sur ce dossier à travers une action juridique en vue de casser l’arrêté de délimitation des zones vulnérables mais également pour obtenir des aménagements dans l’application du cahier des charges et pour optimiser les financements destinés aux agriculteurs qui doivent realiser des travaux.

Les 8 mesures à respecter

1 Périodes minimales d’interdiction d’épandage
2 Prescriptions relatives au stockage des effluents d’élevage
3 Limitation de l’épandage pour l’équilibre de la fertilisation azotée
4 Établissement du plan de fumure et du cahier d’enregistrement des pratiques
5 Limitation de la quantité d’azote contenue dans les effluents d’élevage
6 Conditions d’épandage
7 Couverture végétale pour limiter les fuites d’azote au cours des périodes pluvieuses
8 Couverture végétale permanente le long de certains cours d’eau, sections de cours d’eau et plans d’eau de plus de 10 ha

Communes classées
Voici la liste des communes classées : Fontannes, Brioude, Lamothe, Cohade, Azerat, Vergongheon, Auzon, Vezezoux, Saint-Beauzire (classée partiellement), Espalem (classée partiellement), Lorlanges et Léotoing (classée partiellement).
Ce zonage concerne 218 exploitations soit 7 670 ha déclarées à la PAC 2016.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne