Aller au contenu principal

Service de Remplacement 43
Un bon agent est motivé, sait se débrouiller, s'adapter, prendre des initiatives…

Jonathan Paillet est agent de remplacement au Service de Haute-Loire depuis 2016 ; il acquiert ainsi de l'expérience en vue d'une future installation.

Jonathan Paillet agent de remplacement SR43

À 25 ans, Jonathan Paillet compte déjà 5 ans passés au Service de Remplacement de Haute-Loire. Ce jeune homme, passionné depuis toujours par l'agriculture et en particulier l'élevage laitier, a choisi la formule de l'apprentissage pour son parcours de formation agricole. Pour le CAP puis le BP5, il était apprenti sur la ferme familiale puis chez 2 voisins, mais plus tard pour le BPREA, il a choisi le Service de Remplacement comme maître d'apprentissage. Et depuis, il a enchaîné avec un CDD puis un CDI. "Je suis agent de remplacement depuis 2016" souligne-t-il.

C'est un peu le hasard qui lui a fait découvrir le Service et le métier d'agent. "J'ai fait un premier remplacement d'une semaine. L'éleveur a été content et la directrice Mme Coffy (Ndlr : remplacée depuis par Sylvain Rancon) m'a proposé de rester pour la suite de mes études. C'est difficile de trouver un maître d'apprentissage, alors j'ai saisi cette opportunité". L'objectif de Jonathan, à plus ou moins long terme, est de s'installer en Gaec avec son oncle et sa tante, ou d'attendre un départ en retraite de l'un d'eux. "Je n'ai que 25 ans, et vu la conjoncture actuelle, il n'y a pas d'urgence" souligne le jeune homme.

Expérience de 5 ans

Pour l'instant, son métier d'agent de remplacement lui plaît. Après 5 ans, il a vu nombre d'exploitations, des petites, des moyennes, des grandes, différents élevages même si ce sont souvent des élevages laitiers, des bâtiments plus ou moins fonctionnels, une multitude de façons de travailler… bref un large panel d'expériences qui lui servent tous les jours pour bien faire son travail. Pour être un bon agent de remplacement, il faut, selon Jonathan, "être motivé, savoir se débrouiller, s'adapter, prendre des initiatives, mais aussi être organisé et bien prendre les consignes et les respecter". Et il ajoute, "selon les caractères de chacun, ça passe mieux avec certains agriculteurs, c'est plus difficile avec d'autres". Mais l'important, c'est "le respect" entre l'éleveur et son remplaçant. Jonathan Paillet insiste aussi sur la responsabilité qui repose sur les épaules de l'agent qui parfois se retrouve seul sur l'exploitation et peut être amené à prendre des décisions importantes en cas de problèmes ; un vêlage qui se passe mal, une panne… L'agent doit savoir quoi faire, même si en général il peut appeler l'exploitant lui-même ou un proche. Jonathan se souvient de situations qu'il a dû gérer seul. "J'ai eu, une fois, un vêlage compliqué, mais je me suis débrouillé. Une autre fois j'ai une vache qui est morte. C'était difficile de l'expliquer à l'éleveur, mais il m'a dit que ça aurait pu lui arriver à lui…". Souvent, une relation de confiance s'établit entre les agriculteurs et leur agent, et ça, "c'est très important pour un bon remplacement".

Un métier formateur

Si on lui demande quels sont les avantages de son métier, Jonathan explique : "je travaille souvent en coupure, le matin puis le soir pour la traite. Ça me laisse du temps dans la journée. De plus, si on accepte de dépanner quand on nous le demande, on arrive à s'arranger avec la personne qui fait les plannings au SR ; on a une certaine souplesse dans le travail". Le jeune agent reconnaît aussi que son métier est très formateur, qu'il lui permet d'apprendre et de découvrir différents matériels, divers types de bâtiments et de nombreux trucs, qui lui serviront lors de sa future installation. Il met néanmoins quelques bémols. "C'est pas toujours facile de travailler sereinement dans des structures pas très fonctionnelles, quand les consignes ne sont pas assez précises, ou quand les agriculteurs ne nous font pas confiance et repassent derrière nous. C'est aussi beaucoup de responsabilités".

Le métier d'agent de remplacement agricole est un métier intéressant et à responsabilités. Pour Jonathan Paillet, il repose en grande partie sur la relation avec les exploitants et sur la préparation en amont. "Pour prendre les consignes, j'y vais souvent au dernier moment pour éviter d'oublier des choses, et je pose beaucoup de questions pour anticiper au mieux". L'autonomie est une carte maîtresse pour un agent de remplacement qui pourra la jouer au mieux sur une exploitation fonctionnelle avec des consignes précises, et une relation de confiance avec l'éleveur.

 

Le Service de Remplacement recrute

Fort de notre centaine de salariés, nous prenons une grande place dans le quotidien agricole de notre département. Mais compte tenu de la demande croissante de main-d’œuvre de nos agriculteurs, nous sommes en perpétuelle recherche de salarié. Le quotidien d’un agent de remplacement est de remplacer les agriculteurs dans un rayon de 30 kilomètres autour de son domicile.
Les avantages d’un agent de remplacement
Nous proposons aux agents, tous types de contrats pour répondre à leur besoin : Temps Plein, Temps Partiel, Week-end, Vacances Scolaires… Nos agents sont, pour la plupart, en CDI. Ils possèdent une voiture de services ou une indemnité kilométrique, leurs heures faites le dimanche et les jours fériés sont majorées, les agents ont droit à des primes chaque année suivant le travail réalisé. Le salaire moyen d’un agent en première année d’embauche s’élève à 1 450€ net par mois. Ils ont également droit à 2 week-ends de repos par mois ainsi que 5 semaines de congés payés.
Quel que soit le secteur du département, si vous êtes intéressés ou si vous souhaitez plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter le SR43 au 04 71 05 95 96 ou par mail à haute-loire@servicederemplacement.fr

 

Sylvain Rancon - SR43

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne