Aller au contenu principal

Tous les volumes collectés par l'URCVL sont repris

La collecte de lait des 800 producteurs URCVL de Haute-Loire est sauvegardée ; la Fédération régionale Laitière Rhône-Alpes, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont annoncé la bonne nouvelle. Une solution a été trouvée. Retour sur le déroulement de ce dossier et gros plan sur la répartition de la collecte par opérateur.

Les difficultés économiques et le démantèlement annoncé de l’URCVL marque l’actualité laitière de notre département depuis déjà de longs mois. Or, la semaine dernière, à l’occasion d’une conférence de presse organisée dans la Loire, la FRL Rhône-Alpes-FDSEA-JA 43 ont annoncé la bonne nouvelle : la totalité des litrages a trouvé preneur. Mais avant de rentrer dans les détails chiffrés de la reprise (voir encadré et carte ci-dessous), revenons sur le déroulement de cette affaire.
Affaiblie depuis début 2009 par la dénonciation de plusieurs contrats et par une dégradation des marchés notamment à l’exportation, l’URCVL s’est vue dans l’obligation de programmer sa cessation d’activité. Alertée par l’Union de coopératives, la profession agricole (FDSEA-JA de Haute-Loire et FRL-JA Rhône-Alpes) a travaillé sans relâche sur ce dossier dans l’objectif de trouver une solution de reprise pour la collecte de lait des 1600 producteurs concernés en Rhône-Alpes-Haute-Loire ; il s’agissait donc de «trouver une solution durable et à un prix correct» pour les producteurs laitiers, ont expliqué les responsables professionnels le 27 janvier dernier.
La profession a alors mis sur pieds un scénario de reprise des volumes de l’URCVL au sein duquel les entreprises en contrat avec l’URCVL et l’ensemble des entreprises présentes sur la zone de collecte, se sont vues proposer un litrage à reprendre.
La majorité des acteurs concernés par ce plan de reprise a accepté la reprise de volume, à l’exception de quelques grands groupes privés.

Aucun arrêt de collecte

Les actions syndicales d’envergure conduites sur l’ensemble de la zone de collecte URCVL et le gel de production de 27 millions de litres, ont permis un retour à la table des négociations de ces entreprises récalcitrantes et ont conduit à un accord de leur part.
«Tout le travail entrepris par le syndicalisme depuis de longs mois a permis de sauvegarder la filière laitière régionale et de trouver une solution d’avenir aux producteurs menacés d’arrêt d’activité… Il n’y aura eu, dans ce dossier, aucun arrêt de collecte et aucun producteur laissé sur le bord du chemin. La filière laitière régionale en sort grandie» précisent la FRL et la FDSEA-JA de Haute-Loire.
Et d’ajouter : «Ce démantèlement doit être l’occasion de réfléchir à la valorisation des excédents régionaux qui était en majorité prise en charge par l’URCVL. L’avenir de la filière et de la production laitière dans nos régions doit aussi passer par un important travail de restructuration et d’échange de collecte pour optimiser les coûts et conserver la compétitivité de nos régions».
A l’occasion du dernier bureau de la Chambre d’Agriculture qui s’est tenu le 1er février, Laurent Duplomb, secrétaire général de la Chambre d’Agriculture qui a suivi de très près cette affaire, a indiqué que «malgré quelques incertitudes qui pèsent encore sur ce dossier, la répartition du lait est faite. Et l’on revient de loin, car la situation de la Haute-Loire était difficile. Heureusement que les professionnels de Rhône-Alpes ont joué le jeu à nos côtés».
L’URCVL doit à présent mettre en place un plan de reclassement de son personnel, vendre ses outils industriels et céder la collecte aux nouveaux opérateurs.

Répartition des litrages collectés par l’URCVL

Villefranche : 14 223 349 l
Guilloteau : 13 453 580 l
Domessin : 4 353 864 l
Ste Colombe : 7 319 630 l
Leyment : 33 747 520 l
Lactalis : 2 738 333 l
Forez Fourme : 7 218 230 l
Sodiaal/Comalait : 49 047 937 l
Danone : 12 954 318 l
3A : 14 280 458 l
Fromagerie du Velay : 25 200 864 l
Bongrain : 303 341 l
Volcans d’Auvergne : 39 573 702 l
Thuaire : 2 396 459 l
Laiterie Alpine : 1 486 157 l
Etoile du Vercors : 259 308 l
Laiterie Bernard : 441 578 l
Carrier : 281 099 l
Gérente : 868 612 l
Laiterie du Vivarais : 65 998 l
Valcrest : 103 466 l
Laiterie de la Bresse : 8 000 000 l
St Denis de l’Hôtel : 2 212 000 l
Biolait : 3 283 351 l

Total :     243 681 158 l

Editorial

URCVL, et si le syndicalisme n’avait rien fait

Je le dis haut et fort, OUI nous sommes passés tout près de la catastrophe. C’est grâce au travail quotidien acharné des responsables professionnels de la FDSEA, des JA et de la Chambre d’Agriculture qu’un accord a été trouvé et qu’il permet une reprise de tous les litrages et de tous les producteurs URCVL.
Ma satisfaction est à la hauteur de mes craintes de la fin d’année 2009 où l’accord politique était bien mal engagé. Après avoir obtenu les engagements de certaines entreprises, quelques grands groupes laitiers ont engagé un bras de fer début janvier pour finalement se ranger sur la voie de la raison.
Mais que serait-il arrivé si les manifestations syndicales, appelant au boycott des produits, n’avaient pas été organisées dans l’urgence. L’heure n’est pas au catastrophisme mais dans une période où l’on ne peut pas passer une journée sans voir des entreprises qui font faillite faute d’activités, le soulagement est de rigueur en voyant tous les producteurs collectés.
La démagogie qui fait rage en ces périodes électives n’est pas dans nos habitudes. Nous tenons néanmoins à faire reconnaître et à partager une victoire syndicale de la FDSEA et des JA 43 pour un tiers des producteurs et pour l’avenir de la production laitière départementale.


Gilbert Guignand, président de la FDSEA

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne