Aller au contenu principal

TOURNÉE FNSEA : La défense du prix au cœur des préoccupations

À quelques semaines du congrès de Brest, la FNSEA poursuit sa tournée dans les régions. La vice-présidente Christiane Lambert, faisait étape en Auvergne-Rhône-Alpes le 16 janvier.

De gauche à droite : Yannick Fialip, Robert Verger, Christiane Lambert, Michel Joux, Jérôme Volle et Patrick Bénézit.

Une baisse des revenus de 26 % en 2015 ; un solde de la balance commerciale négatif pour la première fois depuis très longtemps ; 30 % des agriculteurs qui gagnent moins de 350 euros par mois et 10 % des agriculteurs contraints de solliciter la prime d’activité. En quatre chiffres, la vice-présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a résumé l’état de difficultés de l’agriculture française.


Droit à la concurrence et LME

Le syndicat entend poursuivre ses efforts sur la question centrale du prix. «Un prix ne se décrète pas, il se construit», rappelle Christiane Lambert citant Dominique Barrau, ex secrétaire général de la grande maison. En ce sens, des premières avancées sont à trouver dans la loi Sapin 2 avec l’introduction de la référence aux coûts de production dans la construction du prix, «même si ça ne retombe pas encore directement sur les exploitations», regrette le président de la FRSEA, Michel Joux.Le combat n’est donc pas encore gagné. Pour aller plus loin, «il faut travailler sur le droit à la concurrence qui verrouille tout», estime Patrick Bénézit, membre du bureau de la FNSEA. «Il y a une exception agricole inscrite dans le traité de Rome. Elle avait disparu puisque le marché était régulé. Maintenant qu’il ne l’est plus, il faudra l’obtenir de plein droit pour être capables de s’organiser sans être sous la menace de Bruxelles».Sur le volet législatif national, la loi Sapin 2 n’est qu’une première étape. La seconde sera la réécriture de la LME (Loi de modernisation de l’économie) « car dans les faits, la LME a très peu fait baisser le prix de vente aux consommateurs mais beaucoup le prix payé aux paysans. La valeur ajoutée s’est déplacée. Mais attention, la loi n’empêchera pas le besoin de la profession de s’organiser», insiste l’élu auvergnat.


Lutter sur tous les fronts

La lutte pour la création de valeur est donc une bataille sur plusieurs fronts.La FNSEA a obtenu l’expérimentation pour deux ans de l’étiquetage sur les produits transformés, des engagements de certaines collectivités sur la restauration hors foyer et des initiatives filières (charte des valeurs pour le lait, opération cœur de gamme pour la viande) ou locales (la marque : C’est qui le patron ?) commencent à porter, au moins partiellement, leurs fruits. D’autres avancées ont été obtenues parfois de haute lutte comme le blocage des usines Lactalis débouchant sur la revalorisation notable du prix du lait pour les apporteurs.

DB

Présidentielles :

les 13 propositions de la FNSEA

- Un Grand Plan National d’Investissement agricole 2017-2022 d’un montant minimum de 6 milliards.

- Une politique structurée de la ressource en eau pour mobiliser 2 milliards de m3 d’ici 2050.

- Un statut de l’agriculteur professionnel.

- Un principe d’innovation dans la carte de l’environnement.

- Un égal accès à la téléphonie et au haut-débit sur le territoire.

- Une TVA sociale pour supprimer totalement les cotisations famille et maladie.

- Une augmentation du CICE pour faire baisser le coût du travail.

- Une réserve de précaution sous la forme d’un outil fiscal moderne et souple.

- Des retraites calculées sur les 25 meilleures années.

- Une réforme du cadre réglementaire des relations commerciales.

- Un projet agricole et agroalimentaire protecteur et conquérant, à l’échelon européen.

- Arrêt immédiat des «sur-transpositions» des normes européennes.

- Déclasser le loup dans la convention de Berne et dans la Directive Habitat.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne