Aller au contenu principal

Toujours plus haut pour le Fin Gras du Mézenc

L'association et la Maison du Fn Gras du Mézenc tenaient leurs assemblées générales respectives lundi 21 octobre au Béage dans la commune qui a accueilli la Fête 2019.

À la tribune pendant le mot d'accueil du Maire du Béage qui a félicité l'association pour la réussite de la Fête 2019 qui avait lieu sur sa commune.

Le Fin Gras du Mezenc poursuit sa route et affiche chaque année une progression. Tous les voyants sont au vert pour cette AOP, même si le président Bernard Bonnefoy invite tous les acteurs de la filière, éleveurs, bouchers, restaurateurs et même professionnels du tourisme à «se retrousser les manches» pour continuer à aller de l'avant et «réfléchir sur l'avenir de la filière et du territoire». Car depuis son lancement, cette marque n'a cessé de rayonner autour du Mézenc et bien au-delà, marquant de son empreinte l'ensemble du territoire, et jouant un vrai rôle moteur.
Production en hausse : +9%
Pour la saison 2018-2019, 1 170 animaux ont été commercialisés issus de 100 exploitations. Des chiffres toujours en hausse avec une centaine d'animaux FGM (+9%) et 2 élevages en plus cette année par rapport à l'hiver 2017-2018. On notera que la production a augmenté de 78% en 5 ans, avec une progression de 500 têtes. Autre chiffre significatif, c'est le nombre d'animaux FGM par exploitation, qui augmente aussi atteignant 11,78 cette année (10,92 pour la saison 2018).
Côté aval de la filière aussi, la tendance est la même avec 135 bouchers adhérents à l'automne 2018 contre 124 la saison précédente, et 36 restaurateurs. Le réseau de commercialisation du Fin Gras continue à s'étendre tant en nombre de points de vente que sur le plan géographique. Si cette viande AOP est essentiellement commercialisée sur la région AURA (surtout Ardèche, Haute-Loire, Loire) et Sud (Gard, Hérault), on a pu, cette année et pour la première fois, acheter du FGM en Ille-et-Vilaine, dans la Marne, en Savoie et dans les Bouches-du-Rhône.
Tendance à la hausse toujours pour les prix. La moyenne des prix de vente des animaux Fin Gras 2019 (prix payé à l'éleveur) est de 5,84 € par kg de carcasse (contre 5,82 € en 2018, 5,81 € en 2017, 5,77 € en 2016, 5,70 € en 2015, 5,43 € en 2014). On peut souligner que 60% des animaux ont été vendus entre 5,50 € et 6,10 € soit +/- 5% du prix moyen ; 17% ont été vendus à plus de 6,10 €.
Les 1 170 animaux commercialisés cette année ont été abattus sur 18 semaines entre le 1er février et le 1er juin 2019, soit une moyenne de 65 bêtes par semaine. Les animaux sont abattus majoritairement au Puy-Polignac (35%) et à Yssingeaux (32%) puis Aubenas (23%) et enfin Langogne et Privas.
«Rien n'est jamais acquis»
Le Fin Gras du Mézenc a donc toujours le vent en poupe. Néanmoins, les responsables ne baissent pas leur garde, car comme le dit le président Bonnefoy, «rien n'est jamais acquis». Les enjeux à venir consisteront «à préserver deux piliers fondamentaux et indissociables pour la pérennité de l'AOP», à savoir : «le maintien de la qualité des animaux qui ne doit pas baisser au prétexte que la demande est forte», et «le maintien de la notoriété et la lutte contre les abus et dérives liés à l'utilisation, parfois trompeuse, de moyens de communication utilisant à tort l'image de l'AOP», et cela implique de «travailler ensemble et au quotidien…».
D'ailleurs, c'est peut-être pour cela aussi que les dirigeants du Fin Gras du Mézenc s'inscrivent dans une démarche visant à créer une fédération des AOP Viande de France ; initiative qui a émergé au Salon de l'Agriculture 2019 lors d'une réunion entre représentants de différentes AOP Viande et les res- ponsables de la démarche Fil Rouge. À suivre…

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne