Aller au contenu principal

Thierry Cubizolles, président de l'APIV Auvergne

«L'association est là pour redonner confiance aux éleveurs dans leur production et dans leur avenir»

Thierry Cubizolles président de l'APIV Auvergne

En tant que nouveau président, quelles sont vos priorités d'action pour l'APIV Auvergne ?
Thierry Cubizolles : L'APIV est une association d'éleveurs indépendants ; c'est à dire que ces derniers choisissent leurs débouchés. Et la priorité c'est d'accompagner au mieux les éleveurs dans les filières qu'ils auront choisies. L'association est là pour les aider à répondre aux volontés de ces filières (en terme de qualité de produits...). L'autre priorité c'est d'aider les éleveurs à être plus performants sur le plan économique et ce par le biais de l'appui technique. Nous sommes aussi là pour les aider à produire davantage d'agneaux en vue de répondre à la demande actuelle.
L'un de nos objectifs consiste aussi à fédérer les négociants et les éleveurs et à recréer du lien avec les villes de Saugues et du Monastier qui organisent toutes deux des marchés aux ovins.
Il s'agira également de faire connaître l'APIV Auvergne en dehors des limites de la Haute-Loire ; l'association détient une reconnaissance sur l'ensemble de l'Auvergne, nous devons donc mettre les moyens pour être présents dans les 4 départements.

Quels sont les besoins des adhérents de l'APIV Auvergne ?
Thierry Cubizolles : Les éleveurs ont besoin d'un accompagnement technique dans les domaines suivants : sanitaire, alimentaire, adaptation au marché, saisonnalité. Ils ont également besoin d'un appui sur le plan administratif (déclaration d'aide), ou en matière de construction et d'aménagement intérieur de bâtiment d'élevage. L'APIV Auvergne joue aussi la carte du collectif en proposant des formations et des temps d'échanges entre ses adhérents.
L'association est là pour redonner confiance aux éleveurs dans leur production et dans leur avenir.

Dans quel sens l'accompagnement de l'APIV Auvergne doit-il évoluer selon vous ?
Thierry Cubizolles : L'accompagnement financier de l'appui technique établi par FranceAgrimer pose problème à l'heure actuelle. Les plans d'accompagnement technique établis au niveau régional sont préalablement soumis à l'avis de la DRAAF. Si son avis est favorable les plans doivent ensuite être validés par FranceAgrimer. Or, cet organisme ne donne pas toujours son aval en particulier sur la question de la saisonnalité de la  production. Se pose aujourd'hui le problème de savoir qui va payer le suivi technique ? C'est une question que l'APIV Auvergne et toutes les structures ovines vont devoir se poser.

Quels sont les projets de l'APIV Auvergne ?
Thierry Cubizolles : L'APIV entend s'implanter encore davantage sur le territoire auvergnat.  Le potentiel de développement est important ; ainsi en Haute-Loire, plus de 60% des brebis sont dans une Organisation de Producteurs, et les 40% restants ne sont ni en association ni en coopérative ; on se doit d'apporter un accompagnement à ces élevages. Pour ce faire, l'association sera représentée sur toutes les grandes manifestations de portée régionale ; au Sommet de l'Elevage l'APIV aura son propre stand, tout comme au forum ovin dans le cadre des ovinpiades mondiales à Bonnefont. Nous participerons aussi aux journées techniques ovines régionales.


Propos recueillis par Véronique Gruber

 

A lire également dans votre journal du vendredi 5 septembre 2014 :
"APIV Auvergne : L'association évolue mais garde toutes ses valeurs.

135 éleveurs ovins et une quinzaine d'acheteurs adhèrent à cette organisation de producteurs non commerciale dont la zone de reconnaissance s'étend sur toute l'Auvergne."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Rencontre entre les représentants de l’État et les agriculteurs sur le Gaec du Bois Redon.
Échanges constructifs entre les agriculteurs et le Préfet sur le Gaec du Bois Redon
Le Préfet de Haute-Loire Éric Étienne était en visite le 12 octobre à Saint Beauzire sur le Gaec du Bois Redon. Au menu des…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne