Aller au contenu principal

Techniques culturales : «On est toujours dans l'expérimentation»

Philippe Gire et Emmanuel Volle travaillent souvent ensemble pour optimiser leurs cultures sur leurs 2 exploitations conduites en bio.

Cette année, les 2 agriculteurs ont fait un essai avec passage de bineuse autoguidée par caméra...

Plus d'informations sur ces essais lentilles, bientôt en vidéo.

 

Ils sont agriculteurs bio, l'un Philippe Gire à St Martin de Fugères depuis 1998, l'autre Emmanuel Volle à Salettes depuis 2010. Éleveur laitier ou moutonnier, chacun conduit son exploitation avec des surfaces en herbe principalement mais aussi des céréales et des Lentilles Vertes du Puy.
Sur la même longueur d'onde quant à leur méthode de cultures, les deux jeunes agriculteurs travaillent souvent ensemble, mais surtout réfléchissent ensemble pour optimiser leurs exploitations. Nous les avons rencontrés lors du passage de la Commission technique de l'ODG Lentille Verte du Puy sur une parcelle d'essais appartenant à Philippe Gire. Voyons ensemble les techniques culturales qu'ils appliquent.

L'agronomie au coeur du métier
«Observer et analyser», telle est la base de l'agriculture pour Philippe et Emmanuel. Ils prennent systématiquement le temps de descendre de leur tracteur pour observer la terre, vérifier la germination, l'état des plantes, la présence d'adventices... avant de décider s'il faut intervenir, quand intervenir et avec quel outil. Et cette logique, ils ne l'appliquent pas parce qu'ils sont en bio, mais parce qu'ils mettent l'agronomie au coeur de leur métier.
Ainsi Philippe Gire nous explique la rotation qu'il applique sur son exploitation. «Je pars sur une rotation sur 7 ans avec 3 ans de prairies temporaires et 4 ans de cultures annuelles avec alternance entre culture de printemps et culture d'automne. Et depuis cette alternance, j'ai bien moins de problèmes de bleuet». L'assolement compte 4,5 ha de Lentilles, 4,5 ha de blé, 6 ha de méteil, 4 ha d'orge de printemps, 1 ha d'avoine... Pour les prairies, il a fait le choix de mélanges avec de la luzerne.
Pour la préparation du sol, l'exploitant fait un chaulage tous les 3 ans avec 1,5 t/ha de carbonate de calcium, qui a surtout «un rôle de stimulateur bactériologique» pour favoriser la décomposition des chaumes et fumiers. La fertilisation se résume à 30 t de fumier par hectare sur les terres labourables et du lisier à raison de 50 m3/ha.

Apprendre toujours...
Les interventions mécaniques sont multiples. Après moisson le déchaumage se fait avec un cultivateur à dents à patte d'oie qui «coupe bien les racines et griffe le chiendent». Le labour classique n'est pas très profond, 17 à
18 cm, pour ne pas remonter de la terre de nature différente.
Philippe Gire a supprimé les outils rotatifs avant semis qui tassent et affinent trop le sol gênant ainsi la circulation de l'air et de l'eau. Pour les Lentilles, il a essayé le faux-semis au vibroculteur, qui permet d'aplanir le sol et de détruire les mauvaises herbes qui ont déjà germé. Le semis est suivi d'un passage de herse étrille. Toujours à la recherche de l'efficacité, il envisage pour 2016, de faire un passage de herse étrille à l'aveugle
5 à 6 jours après le semis pour détruire les adventices qui germent un peu avant la Lentille. À voir... Cette année, déjà, Emmanuel Volle a fait des essais avec une bineuse, une machine intéressante mais avec laquelle il faut aussi apprendre à travailler.
À chaque intervention, Philippe Gire comme son collègue Emmanuel Volle, analysent la situation et interprètent les résultats avec leurs réussites et leurs échecs pour s'en servir les années suivantes. Ainsi, en fonction de leurs observations, ils règlent leurs outils : inclinaison des dents, vitesse d'avancement... pour un travail plus ou moins agressif.
Ces deux jeunes agriculteurs n'en finissent pas d'apprendre. «On est toujours dans l'expérimentation» disent-ils. Et c'est peut-être cela qui leur permet de progresser dans leur métier et d'aller de l'avant. Au fil de leurs réflexions et de leurs expériences, ils mettent l'agronomie au coeur de leur système d'exploitation pour une agriculture performante et saine, car comme le souligne Emmanuel Volle, «productivité ne veut pas dire productivisme».


Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Un congrès dans le respect des règles sanitaires !
FNSEA : Un « virage historique » pour un « choix responsable »
La deuxième partie de l’Assemblée générale de la FNSEA s’est tenue le jeudi 10 septembre à Villejuif (Val-de-Marne). L’occasion…
Responsables professionnels et élus ont apprécié la visite du Préfet, venu 4 jours après son arrivée.
Nouveau Préfet : Première visite de terrain pour l’agriculture
Le 3 septembre le nouveau Préfet de Haute-Loire Eric Etienne s’est rendu sur le Gaec des Pierres Rouges à Lesbineyre, sur la…
Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.
Une solution pour une installation
À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.
Le Gepva et sa filiale SAS Porcs Velay Auvergne étaient en AG à Coubon le 11 septembre.
GEPVA : Assurer la mise aux normes des élevages et renouveler les générations d'éleveurs
Le Groupement des Eleveurs de Porcs Velay-Auvergne (Gepva) et sa filiale SAS Porc Velay Auvergne (PVA) étaient en assemblée…
Julien Raveyre, responsable section bovine de la FDSEA et vice-président des JA Aura.
« Nous sommes la seule profession où l’on fixe le prix pour nous, les vendeurs ! »
Julien Raveyre responsable section bovine Haute Loire et vice-président JA AURA, fait le point sur l’évolution des prix en…
Le plan protéines sera doté de 100 millions d’euros avec pour objectif principal de réduire les importations de soja
Plan de relance : Le gouvernement donne la priorité à la conversion écologique
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 Md d’euros. Il sera principalement affecté à la conversion vers…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne