Aller au contenu principal

Alimentation
« Stop à la naïveté de nos autorités ! »

Le Sénat met en exergue un déficit de contrôle des denrées alimentaires importées sur le territoire européen et français. L'exemple des graines de Sésame d'origine indienne.

Laurent Duplomb dans le bureau de sa permanence.

Le 17 février, le sénateur de Haute-Loire, Laurent Duplomb rendait public au Sénat le rapport qu’il a conduit avec la commission des affaires économiques sur les failles du contrôle des denrées qui entrent sur le territoire européen et dans l’hexagone. Cette mission a été déclenchée suite à la détection de quantités importantes de résidus d'une substance cancérogène, mutagène et reprotoxique* (l'Oxyde d'éthylène) sur des graines de sésame importées d'Inde. Notons que cette substance est interdite pour les usages alimentaires dans l’Union européenne depuis 1991 comme pesticide et depuis 2011 comme biocide.


Très fortes teneurs en résidus
Une affaire d'une très vaste ampleur, puisqu'elle concerne plus de 100 pays à travers le monde et 20 pays en Europe. "Des contrôles effectués sur ces résidus font état de teneurs très largement supérieures à la limite maximale de résidus (LMR) de 0,05 mg/kg autorisée au niveau européen, allant jusqu’à 186 mg/kg, soit 3 700 fois plus que le plafond autorisé et 5 000 fois la LMR maximale pour les produits issus de l’agriculture biologique. Même si aucun cas d’intoxication n’est connu à ce jour, ce sont plus de 1400 références de produits grand public conventionnels ou bio qui ont été rappelés (biscuits, houmous, baguettes, salades, burgers, farines, huiles, sauces, biscuits apéritif, purée, biscottes ou encore chocolat)" explique le sénateur.


Compétitivité de l'agriculture européenne sapée
Or, le rapport pointe des contrôles insuffisants sur les denrées importées.  "Les contrôles officiels reposent trop peu sur des contrôles aléatoires faute de budget suffisant (ratio de 50 centimes d'euros de contrôles pour 1000 euros de denrées importées). Les contrôles s'effectuent à partir d'une liste publique de substances actives, ce qui favorise les risques de contournements ! Certaines substances ne sont plus contrôlées ; l'UE recense 1498 substances actives et en interdit 907. Sur ces 907 substances, le plan de contrôle européen en analyse seulement 176 ; la France va un peu plus loin en analysant 568. Au regard des 1498 substances, cela veut dire que plus de 900 substances actives ne sont quasi jamais contrôlées avant d'entrer chez nous !".
Pour Laurent Duplomb ce constat est évidemment consternant et démontre la naïveté totale dont font preuve nos autorités, qu'elles soient européennes ou françaises. Sans oublier toutes les conséquences désastreuses induites par ces contrôles dysfonctionnels : "augmenter la pression normative sur les exploitations européennes sans accroître la pression des contrôles sur les denrées alimentaires importées, c'est saper la compétitivité de l'agriculture européenne tout en promouvant un modèle de production étranger qui ne respecte pas les normes minimales requises en Europe".
Alors que l'Europe est engagée dans des accords commerciaux avec de nombreux pays tiers et que la France doit se positionner prochainement sur le Mercosur, Laurent Duplomb en profite pour réaffirmer que "sans contrôles, les garanties obtenues lors de la signature d'accords de libre-échange sont dès lors 'ineffectives' ".
 

*Catégorie de substances chimiques particulièrement dangereuses en tant que sources de risques à effets différés.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne