Aller au contenu principal

Stockage des balles rondes : prudence !

Chaque année, de nombreux agriculteurs sont victimes d’accidents liés au stockage des balles rondes. Quelques règles simples permettent toutefois de limiter les risques.

À l’heure des ensilages d’herbe tout va très vite. Les agriculteurs fauchent, andainent, mettent en bottes puis les empilent. Le risque d’accident est présent partout pour celui qui n’ap- plique pas les règles de sécurité, notamment sur la façon dont les balles rondes doivent être stockées.
L’empilage rationnel
La formation de la pile de balles rondes doit s’effectuer avec un outil de manutention. Plusieurs matériels existent mais l’équipement le plus fréquemment employé par les agriculteurs est la fourche ou chargeur frontal. Attention cependant, il offre des possibilités relativement limitées pour ce type de travail et peut rapidement se retrouver en surcharge. La présence de clapets antichute sur les vérins est indispensable pour la sécurité du chauffeur. Une rallonge de fourche peut être installée sur le chargeur ou à l’avant du tracteur mais la manœuvre complexe peut modifier la stabilité du tracteur.
Autre outil : le chargeur télescopique. Il permet de travailler une hauteur de 5 à 7 mètres. C’est l’engin le mieux adapté à ce type de manutention mais la maîtrise de la stabilité demande une certaine habitude, en particulier sur route ou terrain pentu.
Stockage en bâtiment
Une bonne gestion de l’empilage répond au principe : dernier rentré premier sorti. Les balles doivent être rangées rationnellement en fonction de l’utilisation qui en sera faite dans la saison, par exemple selon la qualité nutritive. Le foin et en particulier les coupes de regain sont très instables, il doit donc faire l’objet d’une attention particulière. Le regain est, par nature, rentré en dernier. Posées contre les piles de foin ou de paille déjà présentes, les balles tombent facilement lorsque l’éleveur retire les balles de paille ou de foin selon ses besoins.
Sur le plan du « rangement », il est important de réaliser le stockage en commençant à partir du centre du bâtiment et en empilant alternativement de part de d'autre. Cela permet de répartir la poussée des piles contre la structure et éviter que le bâtiment ne se couche.  Le positionnement des balles sur le dernier rang peut déstabiliser l'ensemble au dernier moment. Il est conseillé alors de décaler la rangée supérieure afin de stabiliser les piles entre elles et diminuer ainsi le risque des chutes d'hommes ou d'animaux dans les cheminées constituées par la juxtaposition des colonnes ; ce sont de véritables pièges dont il est impossible de s’extraire. Des sangles, des cordes ou des filets peuvent être installés pour arrimer les piles. Cela évite que les bottes ne chutent toutes seules du fait de l’évolution du fourrage dans le temps, ou des manœuvres effectuées à proximité.
Empilage extérieur
L'empilage à l'extérieur est le mode de stockage qui comporte le moins de risques. L'emplacement de la pile doit tenir compte des vents dominants, afin de faciliter l'installation de la bâche. Le stockage de forme pyramidale est préféré au stockage vertical, car ce dernier est dangereux ; empilées verticalement, les bottes peuvent tomber à tout moment. De plus la juxtaposition des colonnes crée des cheminées favorables aux chutes et à l’humidité stagnante.
Le stockage sur champ de forme pyramidale assure la meilleure tenue dans le temps, mais il nécessite un équipement de manutention adapté à la dépose et à la reprise sur champ. La vigilance est de mise ! L'opération de bâchage est en effet particulièrement dangereuse et doit être réalisée à plusieurs, en particulier pour les balles de paille glissantes.
(source fiches « Balles Rondes en Sécurité » de la MSA Auvergne)

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Jean-Luc Chauvel aux côtés d’Hugues Pichard, qui vient de lui succéder à la présidence de Races de France.
La génétique au service de l’économie des territoires
Avant de passer la main, Jean-Luc Chauvel, président de l’organisme de sélection races ovines des Massif (Rom Sélection), est…
Paysage rural près de St Paulien avecparcelles labourées.
La future PAC s’écrit à deux plumes, européenne et nationale
Les membres des Bureaux FDSEA et JA de Haute-Loire étaient réunis la semaine dernière pour une présentation des grandes lignes de…
«L’agriculture, un métier qui fait vivre des hommes et des femmes…»
La présidente des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, Laurine Rousset, analyse à chaud les propos du Ministre de l’Agriculture…
Julien Denormandie Ministre de l'Agriculture
« J’appelle les agriculteurs à prendre part massivement au recensement agricole »
Une nouvelle campagne de recensement agricole va démarrer le 1er octobre. Interrogé par Agra Presse et un pool de journalistes de…
Les producteurs de fromage aux artisous se lancent sur la route vers l'AOP.
Le fromage aux artisous en route pour l'AOP
Les producteurs de fromages aux artisous avancent dans leur démarche pour l'obtention de l'AOP. Ils ont désormais toutes les…
Chatain Philippe, secrétaire général de la FDSEA de Haute-Loire
Agriculture et agriculteur, des notions à éclaircir…
Philippe Chatain, secrétaire général de la FDSEA de Hte-Loire, regrette que le ministre de l’Agriculture n’ait pas de positions…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne