Aller au contenu principal

Lait
Stéphane Joandel (FRSEA) : "La grande distribution peut devenir un allié pour les producteurs"

Ces derniers jours, les producteurs laitiers d’Auvergne-Rhône-Alpes se sont rendus dans des grandes surfaces pour identifier les produits non conformes à la loi Egalim. Le point avec Stéphane Joandel, responsable du dossier lait à la FRSEA AuRA.

Action syndicale dans GMS.

Comment s’est déroulée la mobilisation des éleveurs laitiers dans les grandes enseignes régionales ?

La FNPL (Fédération nationale des producteurs de lait) a lancé un grand appel à la mobilisation il y a environ une semaine. La FRSEA et les Jeunes agriculteurs d’Auvergne-Rhône-Alpes l’ont ensuite relayé pour essayer de mobiliser le plus d’éleveurs possibles ; il faut rappeler que les éleveurs laitiers ont pleinement été partie prenante dans la construction de la loi Egalim mais aujourd’hui, les résultats en termes de rémunération ne sont manifestement toujours pas à la hauteur. L’idée de cette mobilisation était de se rendre dans les grandes surfaces des différents départements pour identifier les produits conformes ou non à la loi Egalim. Nous nous sommes concentrés en priorité sur quatre produits emblématiques pour les consommateurs : le lait UHT, l’emmental râpé, le camembert et le yaourt nature.

Qu’ont découvert les éleveurs quand ils sont arrivés dans les grandes et moyennes surfaces ?

L’objectif était simplement de constater, par nous-mêmes, qui sont les mauvais élèves. Les producteurs se sont rendus en grandes surfaces par groupes de trois, sans violence, simplement pour vérifier les prix. Toutes les enseignes ont été ciblées, sans distinctions.
Nous n’avons pas encore de retour de tous les départements mais nous savons d’ores et déjà que les principales incohérences concernent le lait UHT.
Dans le Cantal par exemple, des éleveurs ont trouvé du lait vendu 64 centimes le litre alors que si le coût de production était pris en compte comme le prévoit la loi Egalim, il devrait être vendu au minimum 74 centimes. Chaque fois que les éleveurs ont découvert que le prix affiché en grandes surfaces était inférieur au prix attendu, ils ont demandé à la direction de voir le prix général de vente, ce que beaucoup n’ont pas été en mesure de leur fournir.

Quel accueil avez-vous reçu, notamment de la part des consommateurs, lors de votre mobilisation ?

Le consommateur, quand on lui explique que sur l’année, il suffit de 4 cts d’€ par litre de plus en moyenne pour qu’un producteur de lait puisse vivre, il est d’accord dans 90 % des cas. Ce n’est pas lui qui est visé, ce sont bien la grande distribution et les transformateurs. À titre personnel, je suis convaincu que les grandes et moyennes surfaces veulent que les choses soient bien faites et que le producteur soit payé à la juste valeur de son travail. J’ai vraiment le sentiment que la grande distribution peut devenir un allié pour les producteurs, cela se ressent d’ailleurs dans l’accueil qui nous est réservé lors de ce type de mobilisations. C’est pour cette raison que je ne voulais pas d’actions de force qui peuvent braquer les gens. Cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de pratiques commerciales dures, mais le problème est peut-être plus à aller chercher du côté des transformateurs.

D’après vous, la loi Egalim 2 en préparation permettra-t-elle de surmonter les blocages actuels ?

D’après moi, nous payons l’affrontement entre Lactalis et Sodiaal qui à eux seuls représentent la moitié du lait français. Cette guerre fait du producteur la variable d’ajustement et ce n’est pas acceptable. Nous payons aussi la naïveté de l’État qui n’a pas jugé bon de mettre en place des moyens coercitifs pour obliger à rémunérer le producteur de lait à sa juste valeur. Dans la loi Egalim 2, il faudra absolument sanctuariser la prise en compte du coût de production, par exemple par la mise en place de contrats tripartites.
Dans les prochaines semaines, le député (LREM) Jean-Baptiste Moreau auditionnera la FNPL pour recueillir les demandes de la filière. Il faudra aussi s’appuyer sur le rapport de Serge Papin qui propose des solutions concrètes comme des garanties sur l’origine, la non-négociabilité des conditions générales de vente et la mise en place d’un organisme capable de sanctionner les mauvais élèves. Il faut absolument que ce dossier soit réglé d’ici l’été, sinon rien ne bougera avant la présidentielle. D’ici-là, nous restons mobilisés.

 

En Haute-Loire, 5 enseignes ciblées

Répondant à l'appel de la FNPL, c'est ce mardi 19 avril après-midi que les responsables lait de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont passés à l'action. Deux délégations se sont rendues dans les grandes surfaces (Auchan et Aldi à Brives Charensac, et Carrefour, Casino et Lidl à Brioude).
La cible visée était le lait en brique. Les délégués ont vérifié le prix de vente de ce produit qui ne devrait pas se situer au dessous de 0,74 €/litre ; prix plancher en dessous duquel le producteur n'est pas rémunéré. Le cas échéant, ces briques étaient étiquetés avec des mention du type "ce produit ne répond pas aux règles de la loi Egalim", ceci afin d'informer le consommateur. Les délégations procédaient à des relevés de prix. Tout manquement fera ensuite l'objet d'une dénonciation de l'enseigne auprès du Gouvernement.
S.M.
Nous reviendrons la semaine prochaine sur cette opération avec les explications du président de la section laitière de la FDSEA, Éric Richard.

 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne