Aller au contenu principal

Fermages
Statut du fermage : une réforme sur la table

Décryptage Après de nombreuses années de négociation -et parfois d'enlisement- les discussions entre les sections des fermiers (SNFM) et des propriétaires (SNPR) de la FNSEA ont abouti il y a quelques mois à un projet de réforme du statut du fermage.

"L'objectif affiché par le syndicalisme majoritaire est de relancer l'attractivité du bail rural auprès  des propriétaires".

Mis en place au sortir de la Seconde Guerre Mondiale pour conforter la productivité de la Ferme France, le statut du fermage fixe quelques grandes règles visant à pérenniser et sécuriser les exploitants fermiers dans leurs investissements : durée minimale du bail de neuf ans, prix du fermage encadrés par la loi, renouvellement automatique du bail, droit de préemption en cas de vente, droit de cession du bail à un descendant du fermier...

Soyons clairs. Une seule de ces grandes règles est amendée dans le projet de réforme sur lequel se sont entendues au printemps les sections des fermiers (SNFM) et des propriétaires (SNPR) de la FNSEA. Après des années de négociation, et parfois d'enlisement, les deux parties sont enfin parvenues à un accord, mais n'ont pas souhaité révolutionner le cadre en vigueur. Toutefois, l'accord est à leurs yeux " historique ", et elles demandent désormais au ministère de l'Agriculture d'inscrire ce sujet à l'agenda parlementaire, en vue d'une loi foncière que de nombreux observateurs attendent pour le prochain quinquennat. Le syndicalisme majoritaire espère que cet accord constituera une base de discussion.

Cession du bail égale nouveau bail

La principale réforme proposée par le syndicalisme majoritaire porte sur le moment où le fermier cède son exploitation. Comme au moment du renouvellement d'un bail (tous les neuf ans en général), le propriétaire peut reprendre l'exploitation du bien (sous condition de formation suffisante notamment), ou laisser le fermier céder tel quel son bail à l'un de ses descendants.

L'accord SNFM-SNPR stipule que dans le cas où le propriétaire ne reprendrait pas les terres, il soit proposé un nouveau bail au repreneur. Actuellement, les descendants de fermiers reprennent le plus souvent des baux déjà engagés et tels qu'ils ont été signés par leur ascendant, avec des échéances parfois très courtes. Cette pratique " peut entraîner des difficultés pour le repreneur, notamment s'il ne dispose pas du bien sur une durée suffisante pour amortir ses frais d'installation et les investissements qu'il envisage de réaliser ", souligne le texte commun. L'idée est donc de donner de la visibilité.

Nouvelle règle pour les " hors-cadre "

Un autre changement est proposé au moment de la cession de l'exploitation du fermier, qui vise cette fois à faciliter la cession à des jeunes hors cadre familial (HCF). Actuellement, aucune obligation n'est faite au propriétaire d'accepter le dossier d'un hors cadre, et un fermier ne peut céder son bail qu'à ses descendants.

L'accord propose que si un fermier présente un jeune hors cadre (pour première installation ou confortation) pour la reprise d'un bail, le propriétaire doive lui accorder une promesse de bail. Sauf si lui-même est en mesure de proposer un autre jeune hors cadre.

En somme, résume-t-on à la SNFM, " L'installation du HCF sera favorisée car, lorsque le bailleur et le fermier n'ont pas de descendant souhaitant exploiter les terres, le repreneur jeune agriculteur hors-cadre familial pour sa première installation ou confortant son exploitation sera prioritaire sur tout autre repreneur ".

Extension du droit de préemption

Le deuxième objet de l'accord SNFM/SNPR porte sur le droit de préemption du fermier lorsque son propriétaire veut vendre la terre. Le syndicalisme souhaite étendre la possibilité offerte aux fermiers de subroger ce droit de préemption, c'est-à-dire d'en faire bénéficier à un tiers. Actuellement, seuls les descendants ou le conjoint du fermier peuvent bénéficier de ce mécanisme de subrogation.

La SNFM et la SNPR proposent que le droit de préemption du fermier puisse être exercé également par " toute personne physique ou GFA ", à condition qu'ils signent un bail à long terme avec ledit fermier, et qu'ils s'engagent à ne pas exploiter les terres pendant toute la durée de ce bail (moins protecteur que le bail dit rural).

L'intérêt de cette nouvelle disposition, explique-t-on dans le syndicalisme majoritaire, est de permettre au preneur qui n'a pas pu acheter la terre de conserver l'exploitation du bien. L'avantage de l'extension de la subrogation du droit de préemption du fermier est d'élargir le champ des porteurs de capitaux.

Inciter davantage à l'état des lieux

Troisième objet de l'accord : l'état des lieux qui doit normalement être établi avant la signature d'un bail. La SNPR et la SNFM constatent que malgré l'obligation faite par la loi (L.411-4 CRPM) d'établir cet état des lieux, la réalité du terrain est toute autre, car le défaut d'établissement de ce document est sans influence sur la validité du contrat.

Par conséquent, les parties sont régulièrement amenées à omettre cette formalité... et trop souvent les rapports bailleurs-preneurs finissent en contentieux. " Au début les relations entre le fermier et le propriétaire sont au beau fixe, mais l'absence d'écrit crée des malentendus ", explique le député Jean Terlier (LREM, Tarn), co-rapporteur de la mission d'information sur les baux ruraux, terminée en juillet 2020.

Pour inciter davantage, la SNFM et la SNPR proposent de supprimer le bénéfice de l'indemnité de sortie pour les baux effectués sans état de lieux. Une mesure qui peut inciter les deux parties, car elles en sont toutes deux potentielles bénéficiaires : l'indemnité pour l'amélioration est une gratification pour le fermier du travail fourni, et l'indemnité pour dégradation est une compensation pour le propriétaire.

Parcelle de subsistance et propriété

La quatrième évolution prévue par le syndicalisme majoritaire a trait au droit des fermiers de conserver une parcelle de subsistance au moment de leur départ à la retraite. Un propriétaire ne peut congédier, sans son aval, un fermier ayant atteint l'âge de la retraite si cela conduit à ce qu'il ne puisse plus mettre en valeur une parcelle d'une surface inférieure à 2/5e de la surface minimale d'assujettissement (SMA), soit un peu plus de 4 hectares en Ille-et-Vilaine.

Problème, explique-t-on à la SNPR, dans les zones à forte tension foncière (ex. bords de mer), les parcelles de subsistance peuvent faire l'objet de contentieux lorsque le fermier par ailleurs lui-même propriétaire, insiste pour faire en sorte que les terres louées soient considérées comme sa parcelle de subsistance.

Tout comme les députés de la mission d'information parlementaire, SNPR et SNFM souhaitent qu'au regard des juges, cette parcelle, de moins en moins utilisée, soit " obligatoirement prise en priorité sur les terres détenues en propriété " par le retraité. Sauf " cas exceptionnels ", comme une parcelle " très éloignée du preneur sortant ".

Indemnisation des travaux assouplie

Le cinquième point d'accord porte sur l'indemnisation des travaux du fermier, que le syndicalisme majoritaire souhaite assouplir. Aujourd'hui, le statut du fermage renvoie à des règles d'indemnisation des travaux automatiquement fixées par la loi. Parmi ces travaux : suppression des haies, talus et arbres, retournement de parcelles en herbe, mise en œuvre de moyens culturaux non prévus au bail, travaux d'amélioration de la maison d'habitation...

Le syndicalisme majoritaire propose que les deux parties puissent " permettre la rédaction d'un accord amiable préalable [...] qui fixera les modalités de l'autorisation de faire et de leur indemnisation ".

La SNPR explique que les fermiers investissent dans des installations de plus en plus importantes (ex. méthanisation) dont les propriétaires craignent parfois que les remboursements leur incombent en cas de reprise des terres. " Grâce à cette proposition, les parties pourront déterminer contractuellement les modalités des travaux entrepris ", commentent les deux sections.

Attendre davantage avant d'attaquer

Enfin, les deux sections proposent d'allonger le délai minimal avant qu'un fermier puisse contester un fermage trop élevé. 

Selon la SNPR et la SNFM, il arrive que le fermier accepte, voire demande un niveau de fermage élevé pour emporter le bail face à un fermier concurrent, et qu'il attaque le fermier pour fermage anormal. Il s'agirait d'introduire l'action au cours de la sixième année et non plus au cours de la troisième année. Aujourd'hui, la révision peut être portée au tribunal par le fermier à partir de la troisième année de jouissance.

 

Zoom sur...

"Une réforme gagnant-gagnant" : Thierry Cubizolles, président de la FDSEA Haute-Loire

Que pensez-vous du projet de réforme du statut du fermage proposé par la FNSEA ?
Thierry Cubizolles : Enfin un accord a été trouvé entre les preneurs et les bailleurs de la FNSEA ! Après plusieurs décennies de tentatives, les deux sections ont enfin réussi à s'entendre, à s'écouter et à se comprendre... 
Le projet de réforme a pour avantage d'être à la hauteur de ses ambitions et de répondre à la fois aux besoins des fermiers et des bailleurs de la FNSEA. Cette réforme vise à rendre le bail attractif pour les deux parties (preneurs comme bailleurs). Et au final, un équilibre a été trouvé ; c'est une réforme gagnant-gagnant. 
 
Ce projet de réforme prend-il tout son sens en Haute-Loire ?
Thierry Cubizolles : Dans notre département, les successions familiales sont monnaie courante donc le transfert du fermage se fait assez naturellement. Nous ne sommes pas dans les mêmes schémas que dans les départements du nord de la France. Toutefois, le projet de réforme permettra de capter davantage de hors cadre familiaux. L'allongement du délai minimal (de 3 à 6 ans) ouvrant la possibilité de discuter le montant du bail est aussi une bonne mesure.
L'extension du droit de préemption est une bonne chose ; par exemple, cela permettra à un jeune qui éprouve des difficultés à acheter la terre de se tourner vers un membre de sa famille qui deviendra alors porteur de capitaux.
Quant à l'état des lieux préalable à la signature d'un bail, nous n'avons jamais réussi à le rendre obligatoire alors qu'il s'agit d'un gage de bonne entente entre les parties ; l'état des lieux évite bien des problèmes... C'est donc positif.
Je salue également la proposition d'introduire un accord amiable préalable concernant les travaux entrepris par le fermier et leur indemnisation.
D'autre part, en Haute-Loire, de nombreux agriculteurs possèdent en propriété une partie de leurs terres, la réforme aura donc aussi des conséquences positives sur ces derniers.
 
Qu'attendez-vous de ce projet à présent ?
Thierry Cubizolles : J'aimerais qu'il fasse partie d'une future loi foncière et qu'il soit retenu dans son intégralité par les législateurs. Rappelons que la loi foncière avait été annoncée au début du mandat du Président Macron et a malheureusement été mise de côté.
Propos recueillis par Véronique Gruber
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne