Aller au contenu principal

Fourrages
Sorgho, Moha, Teff Grass : des fourrages en intercultures

Face au changement climatique, la Chambre d'Agriculture met en place des essais sur l'adaptation des systèmes fourragers. Des résultats probants sur cultures estivales.

Essais de cultures dérobées en Haute-Loire.

La Chambre d’Agriculture de la Haute–Loire conduit plusieurs travaux complémentaires pour apporter des solutions concrètes et efficaces sur l’adaptation des systèmes fourragers des exploitations, face au changement climatique.
Dans le cadre d’un programme régional Auvergne Rhône Alpes " SécuFourrage ", établi sur 3 années consécutives, différentes expérimentations complémentaires sont réalisées. Le dispositif comprend les prairies multi-espèces, les cultures intermédiaires d’été en dérobées et les doubles cultures du genre méteils d’hiver suivis d’une culture estivale.
Ainsi ce 25 septembre, à Saint Paulien sur l’exploitation du Gaec de Perouet (MM. Larger), la visite d’un essai a permis aux agriculteurs et étudiants présents, de s’informer sur les cultures dérobées d’été.
Joël Batonnet et Bernard Daudet, du service productions végétales, ont présenté sur la parcelle, les caractéristiques des cultures estivales. Des valeurs sûres tels sorgho fourrager, moha, colza fourrager, mais aussi des nouveautés tels le Teff Grass, l’avoine rude, ou des associations avec des pois fourrager ou vesces, ont fait l’objet de mesures de rendement et de valeurs alimentaires.
Les résultats sont probants : une excellente pluviométrie (1) cet été sur St Paulien a permis aux différentes modalités d’exprimer de bonnes performances en termes de rendement.
Le tableau ci-contre reprend les résultats au bout de 58 jours de végétation après le semis.
(1) 46 l la dernière quinzaine de juillet ; 38 l la première quinzaine d'août ; 22 l la dernière quinzaine d'août ; 0 l la première quinzaine de septembre.

 

Info complémentaire

De nouvelles mesures d'accompagnement des agriculteurs ont été prévues pour les cultures dérobées, en raison de la sécheresse.

Compte tenu de l’aggravation de la sécheresse, Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, autorise la possibilité pour les cultures dérobées d’être comptabilisées en tant surface d’intérêt écologique (SIE), y compris lorsque ces cultures connaissent des problèmes de levée.
Cette mesure permet de tenir compte des difficultés de levée des cultures dérobées. Pour une mise en œuvre la plus rapide possible et la plus adaptée en fonction des évolutions de la sécheresse, un zonage sera prochainement défini au niveau départemental au regard des conditions climatiques locales (sécheresse du sol et déficit de pluviométrie avérés).
Dans ce cadre, les exploitants concernés doivent avoir réalisé un semis au plus tard le 1 septembre et devront signaler au plus vite à la DDT 43 le problème de levée des cultures dérobées semées. Ils demanderont à bénéficier d’une dérogation pour " cas de force majeure ". Cette dérogation permet de maintenir le caractère " SIE " de la culture, y compris en cas de contrôle sur place où la présence d’un semis pourra toutefois être vérifiée.
Communiqué de la DDT de Haute-Loire

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Petit veau dans une case paillée
2020 : une année catastrophique
Les cours des petits veaux de lait s'effondrent depuis déjà plusieurs années. Le point avec les opérateurs de la filière en Haute…
jeune garçon à la traite d'une montbéliarde
Affaires qui marchent cherchent repreneurs
Les chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture…
Brebis BMC en bergerie
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Forêt de résineux Haute-Loire
Aléas climatiques : assurez vos forêts
À partir du 16 novembre, les propriétaires forestiers membres du réseau Fransylva pourront assurer leurs parcelles contre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne