Aller au contenu principal

Campagnols
Sensibilisé à la détresse des éleveurs du Mézenc, Laurent Wauquiez aide à la lutte collective

Face à la situation sanitaire catastrophique sur le secteur du Mézenc, FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire et Ardèche ont invité le Président de Région sur l'exploitation du Gaec des Bouines à St Front.  

Entouré des responsables professionnels d'Ardèche et de Haute-Loire, le président de Région prend  toute la dimension de la problématique campagnols.

À l'initiative du syndicalisme, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez s'est rendu samedi 2 avril à St Front sur la ferme du Gaec des Bouines, chez Fabienne et Joël Demars, pour se rendre compte sur le terrain de la problématique campagnols ou rats taupiers. Et dès son arrivée, il a pu prendre la mesure de la situation. "Une catastrophe !".
Les participants à cette rencontre, les présidents de FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire et d'Ardèche, les maires de plusieurs communes du secteur, et plusieurs agriculteurs se sont rendus sur la parcelle jouxtant l'exploitation. Il suffit de marcher pour se rendre compte que sous nos pieds, le sol est un dédale de galeries qui donnent à la couche arable un air de gruyère. Et largement habité par des milliers de rats taupiers bien portants à l'image de celui qui, comme pour narguer les participants -bien mal lui en a pris- s'est permis de sortir entre les "pattes d'un Wauquiez"…


Un paysage lunaire
Le ton était donné. La parcelle, d'ordinaire prairie de fauche, est désormais un champ de terre, parsemé de quelques mauvaises herbes (mouron, chiendent…), qui ne permettra pas la moindre récolte. "Un paysage lunaire", selon Yannick Fialip président de la Chambre 43. Et c'est la même chose sur tout le secteur ou presque. Fabienne et Joël Demars expliquent : "Sur 2020, on a chiffré la perte due aux campagnols à
50 000 €. On a perdu 70 000 l de lait sur une production annuelle de 430 000 litres. On a dû acheter 100 tonnes de fourrages pour 20 000 € ; on a fait du sursemis pour 4 500 € avec le coût de l'entrepreneur".
Plusieurs agriculteurs du secteur du Mézenc, altiligériens et ardéchois, ont fait part de leur situation et surtout de leur désarroi face à ce fléau. Franck Chazallon est découragé : "On n'en peut plus. On a fait tout ce qu'on a pu (NDLR : C'est un agriculteur très investi dans la lutte par tous les moyens). Ça nous a usés physiquement, moralement et financièrement". Côté ardéchois, idem : "Je n'ai pas envie d'aller voir mes parcelles, car je suis écœuré. Moins j'y vais, mieux je me porte. On n'a jamais vu ça" souligne Dominique Laffont. "C'est décourageant. Tout ce qu'on entreprend n'a aucun effet. On n'en voit pas le bout" souffle Fabienne Demars. Et beaucoup de reconnaître avec lassitude : "on se fait sortir par les rats". Une phrase qui en dit long, car plusieurs éleveurs envisagent de quitter le métier si la situation ne s'éclaircit pas dès ce printemps. L'urgence c'est de trouver du fourrage pour nourrir les bêtes.


La Région s'engage
Si son déplacement sur le terrain ce samedi a été apprécié par les agriculteurs du secteur et les responsables professionnels soucieux de l'avenir de ces éleveurs, Laurent Wauquiez n'est pas venu en faiseur de miracles. Il a néanmoins annoncé quelques mesures qui devraient apporter un soutien direct aux exploitants et surtout une aide à la lutte collective, seule alternative pour tenter d'endiguer l'hémorragie. "C'est le modèle d'exploitations qu'on veut défendre" a souligné le président de Région, sensibilisé à la situation exceptionnelle que vivent les agriculteurs du Mézenc. C'est pourquoi, il a affirmé un engagement fort de la Région pour une aide dirigée sur différents axes, pour les départements 43, 07, 15 et 63. Il a d'abord rappelé l'investissement dans le cadre de la Recherche avec l'INRA et Vetagrosup, avec 250 000 euros engagés depuis déjà 3 ans. "C'est de la recherche, ça avance…" dit-il.


Aides exceptionnelles
Il annonce une aide exceptionnelle pour des achats de fourrages, une aide simple et rapide, jusqu'à 2 000 € (avec transparence) pour les exploitations dont le siège social est sur ce secteur. Pour encourager la lutte collective, la Région s'engage aussi à prendre en charge 500 € sur les 550 € de cotisations au FMSE (Fonds national agricole de mutualisation sanitaire et environnemental) qui, lui, finance à hauteur de 75% produit et interventions.
La profession a insisté pour que la lutte soit collective et obligatoire. Pour cela, les élus, Laurent Wauquiez mais aussi Laurent Duplomb sénateur de Haute-Loire et Philippe Delabre conseiller départemental, insistent, pour demander au Préfet, en charge des dossiers sanitaires, de rendre cette lutte obligatoire. Pour cela, il faudra faire sauter quelques verrous notamment pour les agriculteurs bio, afin que tous puissent traiter. Tous les participants se sont engagés à aller dans ce sens. Enfin, le président de Région a aussi précisé qu'il aidait à hauteur de 25 000 € à financer la surveillance au travers de la FREDON et des FDGDON, et il demande aux départements touchés par la problématique, Haute-Loire, Ardèche mais aussi Cantal et Puy-de-Dôme, de faire de même.
Au sortir de cette rencontre, les agriculteurs du Mézenc se sont sentis entendus et soutenus par leurs élus et les instances agricoles. Et tous restent persuadés que la seule porte de sortie de cette crise sanitaire, c'est la lutte collective.
 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne