Aller au contenu principal

Semer des couverts végétaux avec un drone

Le 29 juillet, une nouvelle technique d'implantation de couverts végétaux était en démonstration à Siaugues Sainte Marie et à Espalem. Quand les drones entrent dans les champs…

à Siaugues, le drone vole 3 mètres au dessus du maïs pour larguer les graines de couverts végétaux.

L'intérêt des couverts végétaux n'est plus à démontrer. Ces cultures intermédiaires permettent à la fois de remettre en état un sol dégradé agronomiquement, de gérer l'azote (en évitant le lessivage et en consommant l'azote), de gérer l'enherbement et d'obtenir un fourrage d'appoint à l'automne. Toutefois, il reste encore du travail à conduire pour déterminer la période et la technique d'implantation idéales. C'est dans cet objectif que la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, la FDCUMA et l'ANILS (Association nationale interprofessionnelle des légumes secs) ont organisé deux démonstrations de semis de couverts végétaux sur maïs au moyen d'un drone le 29 juillet dernier.
Les démonstrations se déroulaient à des altitudes différentes, à Siaugues Ste Marie, zone de montagne à 900 m, et à Espalem, zone de plaine. Le principe consistait à semer à la volée 5 modalités de couverts à un dosage compris entre 10 et 20 kg/ha (radis fourrager, facélie, moha, trèfle incarnat et colza fourrager) au moyen d'un drone mis à disposition par la société Reflet du monde basée en Gironde. Avec une envergure de 2 mètres, le drone doté d'une charge utile de 15kg permet d'épandre sur une largeur de 6 mètres. "Notre drone travaille à basse altitude (3 m au dessus de la culture), il évite le piétinement des terrains et permet d'intervenir lorsque les engins ne peuvent plus entrer sur la parcelle. Il est équipé de radars pour appréhender la hauteur des cultures sur lesquelles il intervient et pour détecter les obstacles " explique Lilian Marolleau de Reflet du Monde. Ce dernier ajoute que le drone travaille aussi rapidement voire plus qu'un tracteur avec un rendement compris entre 30 et 40 ha/jour. Ainsi, le drone, en mode vol automatique, a procédé au largage des petites graines (qui ne nécessitent pas d'être enfouies) sur des bandes de 350 m de long à Siaugues sur une parcelle de maïs de Franck Rocher, et à Espalem sur un maïs du Gaec des Marmottes.
Le semis par drone en prestation de service
Ce semis sous culture de maïs nécessite toutefois un apport d'eau après semis (soit par irrigation soit via la pluie) pour la germination des graines. Ces deux essais vont faire l'objet d'un suivi par les techniciens des 3 structures en vue d'évaluer la pertinence de cette technique d'implantation. Si elle s'avère concluante, la FDCUMA proposera la technique cet automne à tous les agriculteurs intéressés via une prestation de service grâce à un partenariat avec la cuma départementale des 2 Rochers et la société Reflet du monde. "Le réseau cuma est demandeur de nouvelles technologies et nous comptons développer le numérique et les outils connectés. C'est pourquoi au niveau de la FRCUMA Auvergne Rhône-Alpes, nous allons créer un poste entirèrement dédié à ce sujet" a indiqué le président de la FDCUMA Christophe Boissière.
Du côté des producteurs de Lentille Verte du Puy, on attend beaucoup de cette nouvelle technique d'implantation : "Cela peut être un moyen d'obtenir des couverts végétaux développés avant l'entrée en hiver et ainsi éviter la germination des adventices. Et le but ultime serait de semer les lentilles en direct dans ces couverts végétaux en mars prochain. Nous comptons faire l'essai cette année" a expliqué Franck Rocher, producteur de lentille et président de l'ANILS.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Un congrès dans le respect des règles sanitaires !
FNSEA : Un « virage historique » pour un « choix responsable »
La deuxième partie de l’Assemblée générale de la FNSEA s’est tenue le jeudi 10 septembre à Villejuif (Val-de-Marne). L’occasion…
Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.
Une solution pour une installation
À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.
Responsables professionnels et élus ont apprécié la visite du Préfet, venu 4 jours après son arrivée.
Nouveau Préfet : Première visite de terrain pour l’agriculture
Le 3 septembre le nouveau Préfet de Haute-Loire Eric Etienne s’est rendu sur le Gaec des Pierres Rouges à Lesbineyre, sur la…
Le Gepva et sa filiale SAS Porcs Velay Auvergne étaient en AG à Coubon le 11 septembre.
GEPVA : Assurer la mise aux normes des élevages et renouveler les générations d'éleveurs
Le Groupement des Eleveurs de Porcs Velay-Auvergne (Gepva) et sa filiale SAS Porc Velay Auvergne (PVA) étaient en assemblée…
Le plan protéines sera doté de 100 millions d’euros avec pour objectif principal de réduire les importations de soja
Plan de relance : Le gouvernement donne la priorité à la conversion écologique
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 Md d’euros. Il sera principalement affecté à la conversion vers…
Le ministre de l’Agriculture s’est déplacé dans un centre équestre de Saône-et-Loire le 28 août dernier.
Une promesse : " Justice sera faite "
Face à la multiplication des cas d’attaques et mutilations d'équins, le ministre de l’Agriculture s’est rendu dans un centre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne