Aller au contenu principal

Service de Remplacement
Se faire remplacer et s'offrir six jours de repos

Comme chaque année, Cédric Heyraud, éleveur laitier à Tence, a réservé un agent de remplacement 6 jours durant les vacances de fin d'année.

Heyraud Cédric prend le Service de Remplacement

Cédric Heyraud veut profiter de sa famille pour les vacances de fin d'année, il a donc retenu le Service de remplacement pour 6 jours autour du jour de l'An. C'est une habitude pour lui. Chaque année, il choisit de se libérer du temps pour 15 jours à 3 semaines de vacances, en été et pour les fêtes. Et malgré le contexte sanitaire actuel avec les mesures de confinement ou de restrictions de sorties, il n'a pas changé ses plans. "D'habitude, on part quelques jours. Cette année, on devra rester à la maison, mais j'espère quand même qu'on pourra sortir un peu visiter la famille ou faire des balades à la journée".
Exploitant individuel sur la commune de Tence, Cédric Heyraud élève une trentaine de vaches laitières montbéliardes et leur suite, sur 52 ha. Il produit 200 000 litres de lait. Les animaux, vaches et génisses, sont installés dans une stabulation à logettes avec distribution de l'alimentation au cornadis. Une exploitation typique des systèmes que l'on rencontre sur le département.
Quand il se fait remplacer, c'est pour faire la traite matin et soir et assurer l'alimentation du troupeau. Le contrat prévoit 6h de travail par jour de remplacement.
Avant de confier son exploitation à un agent, un rendez-vous est pris au préalable pour passer les consignes. De son côté, il note toutes les informations nécessaires : alimentation pour vaches et veaux avec les quantités de concentrés, les vaches taries, les éventuelles inséminations dans la semaine avec le choix du taureau… et toutes les informations importantes pour la semaine. De même, l'agent pose des questions et prend des notes.

Réserver tôt

Se faire remplacer pour prendre des congés, ça se prépare. Cédric réserve 2 à 3 mois à l'avance pour être sûr d'avoir quelqu'un, et si possible, "un agent qui soit déjà venu et qui connaisse l'exploitation et le travail à faire. C'est plus rassurant, même si mes parents sont à côté et si je reste disponible en cas de problème". Cédric fait confiance et ça s'est toujours bien passé ; sa seule inquiétude reste les impondérables "en cas de panne du matériel de traite par exemple". Mais ça, il ne peut rien y faire, ni son remplaçant !
S'il adhère au SR43 depuis son installation en 2004, Cédric se souvient s'être fait remplacer pour la première fois lors de son congé paternité.
Il faut croire que dès la première expérience tout s'est bien passé, parce que les jeunes parents en ont profité pour partir quelques jours avec leur bébé durant cette première. Et Cédric de conseiller à ceux qui n'ont jamais franchi le pas, de prendre le SR quelques jours pour des congés ou complément de main d’œuvre par précaution. "On ne sait jamais ce qui peut arriver. En cas d'accident ou de maladie, on sera plus serein si on a déjà confié notre exploitation à un agent".
Quant au coût du SR, 149 €HT la journée -tarif auquel il faut déduire un crédit d'impôt de 50% et les aides des banques et certaines coopératives laitières-, l'agriculteur considère que c'est un service payant comme un autre, comme les conseils de la Chambre d'Agriculture ou autre OPA, et que pour lui, c'est indispensable et incontournable. "Il faut prendre du temps pour souffler un peu. Et quand on revient, on est remotivé".
Cette fin d'année, Cédric Heyraud disposera de quelques jours en famille sans le souci de la ferme, pour le plus grand plaisir de ses 3 enfants "6 jours que pour eux" précise-t-il. Il aurait pu s'en passer cette année puisqu'il ne part pas, mais il a voulu garder ses habitudes pour sa famille et pour lui, et aussi "parce qu'il faut bien faire travailler les salariés du Service de Remplacement, en cette période un peu difficile".
Dans moins d'un mois maintenant, confinement ou pas, Cédric et sa petite famille passeront des jours "loin" de l'exploitation.
 

 

Des aides et une promo spéciale Noël pour un remplacement congés

Pour vous aider à financer votre remplacement lorsque vous prenez des congés, un crédit d’impôt existe. Pensez à le solliciter !
Le Service de remplacement facture 169 € pour des journées de congés de 8 heures, ou 149 € pour des journées de congés de 6 heures. À ce coût sont déduits 11 €/ jour pendant 10 jours du Crédit Mutuel, et 20 €/j pendant 10 jours de la CFVA.
De plus, un Crédit d’impôt permet à l'exploitant d'assurer son remplacement pour congés lorsque son activité nécessite une présence quotidienne sur l'exploitation. Il est égal à 50 % du coût du remplacement, dans la limite annuelle de quatorze jours de remplacement/exploitation ou associé.
C’est Noël avant l’heure pour les adhérents au Service de Remplacement.
Pour tous les adhérents qui souhaitent prendre 2 jours de remplacement entre le 1er et le 24 décembre 2020 en Congés ou Complément de main d’œuvre, 1 jour leur sera offert entre le 2 janvier et le 31 mars 2021.
Alors réservez vite au 04 71 05 95 96.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne