Aller au contenu principal

Sanitaire : Pour des services ambitieux dans le développement de la prévention sanitaire

Le groupement de défense sanitaire de Haute-Loire était en assemblée générale le 13 février à Blavozy. Le point sur la santé des élevages du département.

Le GDS Haute-Loire a fait salle comble à Blavozy à l’occasion de son assemblée générale.

Cette année, le GDS Haute-Loire ne s’est pas associé à Codélia et à Haute-Loire Conseil Elevage pour organiser leur traditionnelle assemblée générale commune. Comme l’a expliqué le président Thierry Ravel, «il n’y a aucune tension entre le GDS et ces deux organismes mais nous avions simplement besoin d’un peu plus de temps durant notre assemblée générale». En effet, en plus de l’assemblée générale ordinaire, le GDS avait programmé une assemblée générale extraordinaire dans le but de simplifier l’administration du GDS (voir encadré).
Le directeur du GDS Haute-Loire, Julien Bachellerie, a dressé le bilan des activités du groupement en 2014. 
L’organisme qui compte 3409 détenteurs dont 2004 éleveurs professionnels enregistre une perte régulière du nombre de ses adhérents (entre 50 et 100 par an) en lien avec l’évolution générale de la démographie des agriculteurs. Le GDS assure le suivi sanitaire de 2951 élevages bovins, 694 élevages ovins, 355 élevages caprins et de porcins (53 maternités, 65 engraisseurs).
Les responsables du GDS ont fait le point sur l’évolution des maladies réglementées en Haute-Loire(1). «Le GDS finance les prophylaxies de ces maladies. 49% des cotisations des éleveurs sont consacrées à la surveillance de ces maladies via le système de tiers payant» indique Julien Bachellerie qui ne relève aucun fait exceptionnel en la matière en 2014.  Si quelques alertes ont été relevés dans l’année, aucun foyer proprement dit n’a été recensé.
En matière d’IBR, le GDS vise l’éradication à moyen terme et la situation sanitaire semble évoluer dans le bon sens pour cette maladie. Notons que les deux tiers des bovins et 50 % des troupeaux sont certifiés IBR.
Le GDS a également en charge le contrôle de l’IBR, de la BVD et de la paratuberculose, lors de l’introduction de bovins dans les cheptels. Or, ce contrôle s’avère nécessaire en particulier pour la BVD avec un taux de bovins infectés de 1,6%.

Explosion du parage
Le bilan d’activités des services à l’élevage et des missions techniques assurées par le GDS est marqué par une forte progression du parage des bovins avec 628 chantiers en 2013-2014 (soit 20232 bovins concernés) ;  un service assuré par trois techniciens à temps plein.
95 élevages ont fait appel au GDS pour la désinfection ou le blanchiment des bâtiments d’élevage.
Le GDS propose aux éleveurs une large palette d’outils pour piloter la santé des animaux tels que le kit avortements répétés développé en 2014 (protocole proposé en partenariat avec les vétérinaires et le laboratoire départemental), les évaluations parasitaires (pour ajuster au mieux ses traitements) et immunitaires, les évaluations de la qualité de l’eau d’abreuvement, des audits d’élevage, évaluation immunitaire des veaux et des colostrums, formations techniques...
Julien Bachellerie a souligné quel-ques nouveautés, telles que le dépistage de la BVD via un prélèvement par cartilage (654 bovins dépistés) ou encore l’action gale ovine (maladie en recrudescence et sous surveillance).
Dans son rapport d’orientation, le président Thierry Ravel a tenu à signaler que «le GDS ne deviendra jamais le substitut des services de l’État et des services vétérinaires». Quant aux services aux éleveurs, «ils devront être ambitieux dans le développement de la prévention sanitaire.»


Véronique Gruber


(1) Tuberculose, Brucellose, Leucose, Tremblante, Aujesky, SDRP, Varron, IBR, NHI et SHV (pour l’aquaculture).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne