Aller au contenu principal

Sanitaire : Fièvre catarrhale ovine : où sont passées les doses de vaccins promises ?

La FCO et la besnoitiose, maladie parasitaire émergente en Haute-Loire, étaient au coeur de l’assemblée générale du GDS Haute-Loire le 4 mars dernier à St Christophe/Dolaizon.

FCO : pour le GDS 43, il est urgent d’obtenir davantage de vaccins pour notre département.

Le 4 mars, la FCO s’est invitée à l’assemblée générale du Groupement de Dé-fense Sanitaire de Haute-Loire. Cette maladie virale, qui perturbe le commerce des animaux et le fonctionnement des fermes de notre département depuis de longs mois, est de nouveau source d’inquiétude pour la profession agricole en raison d’une pénurie de doses vaccinales.  Le président Thierry Ravel est revenu sur cette mauvaise nouvelle : «Je souhaite interpeller l’administration sur le fait que 650 000 doses de vaccins étaient  intialement prévues pour les vaches laitières de la zone réglementée ; or, au final, on nous annonce seulement 180 000 doses. Mais où est passé le reste des doses? En Haute-Loire, on se retrouve avec 8 200 doses qui permettront de procéder à la vaccination de seulement 4 100 vaches laitières alors qu’il faudrait pouvoir vacciner 50 000 vaches. C’est largement insuffisant. Nous avions demandé une priorisation des doses pour les zones qui exportent, or, nous n’avons pas été entendus».

FCO : les oubliés du système

«Au niveau national, nous avons tout fait pour faire comprendre l’importance de l’exportation des veaux de 1 mois. Il semblerait que l’on soit les oubliés du système» indique le directeur du GDS, Julien Bachellerie.«Au niveau national, 80 % des doses ont été débloquées pour permettre la vaccination des broutards entre 2,5 mois et 12 mois ; le cheptel allaitant a été priorisé» souligne Charlotte Mérel, cheffe du service alimentation et santé publique vétérinaire à la DDCSPP Haute-Loire.Elle ajoute : «le Préfet et le directeur  de la DRAAF sont alertés sur la situation de la Haute-Loire sur le problème de la vaccination des vaches laitières et le commerce des petits veaux. Une réunion se tiendra mercredi prochain sur le sujet».Ce sujet sensible a généré des réactions comme celle de Jean-Julien Deygas, président de Haute-Loire Conseil Elevage : «On nous avait promis ces doses, c’est purement inadmissible. L’État ne bouge pas». La situation est d’autant plus inquiétante que «la Haute-Loire constitue un terrain très fertile à la reprise de l’activité virale dès les mois de mai-juin» a indiqué  Julien Bachellerie. D’où l’intérêt de vacciner avant la reprise de l’activité du virus, mais il n’y a pas suffisamment de vaccins !


Urgence : obtenir des vaccins supplémentaires

Dans ce contexte, pour le GDS 43, il est urgent d’obtenir davantage de vaccins pour notre département. «Tout doit être fait par l’État, soit pour obtenir des vaccins soit pour prolonger le protocole conclu avec l’Espagne, ce qui permettrait de pouvoir exporter les jeunes veaux» indique le président. Outre la FCO, le GDS a fait le point sur ses activités  de surveillance des maladies réglementées.

Eradication de l’IBR en 2016-2017

Le GDS a fait part de sa volonté d’eradiquer totalement l’IBR sur le territoire départemental, ce qui permettra d’alléger la surveillance des cheptels et de soulager les finances des éleveurs. Pour ce faire, le conseil d’administration a décidé de constituer une provision destinée à aider les éleveurs à réformer les animaux positifs à l’IBR. «Des dispositifs d’accompagnement spécifiques seront proposés aux cheptels très infectés par l’IBR» a souligné le directeur du GDS. Le GDS devance ainsi l’action conduite au niveau national dès le 1er juillet prochain ; à cette date-là, un arrêté ministériel entrera en vigueur dont les mesures devraient accélérer l’éradication de l’IBR en France.Les administrateurs du GDS se sont fixés deux objectifs à atteindre : moins de 1% des cheptels positifs IBR (- de 30 cheptels positifs contre 175 à ce jour) et moins de 0,2% de nouveaux cas par an (soit 5 à 6 cas par an).

Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Petit veau dans une case paillée
2020 : une année catastrophique
Les cours des petits veaux de lait s'effondrent depuis déjà plusieurs années. Le point avec les opérateurs de la filière en Haute…
jeune garçon à la traite d'une montbéliarde
Affaires qui marchent cherchent repreneurs
Les chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture…
Brebis BMC en bergerie
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Forêt de résineux Haute-Loire
Aléas climatiques : assurez vos forêts
À partir du 16 novembre, les propriétaires forestiers membres du réseau Fransylva pourront assurer leurs parcelles contre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne