Aller au contenu principal

Salon : L’agriculture française affirme sa diversité à Milan

L’Exposition universelle a ouvert ses portes début mai, et pour six mois. Visite à l’occasion de l’inauguration.

Pour les 140 pays présents à Milan, les dernières heures avant l'ouverture de l'Exposition universelle ont été chargées. Malgré des retards importants dans certains pavillons, les 110 ha du site ont finalement pu accueillir le public, mais aussi les nombreux politiques présents le 1er mai, pour l'inauguration officielle.
Même si Stéphane Le Foll reconnaît que la France s'est un temps interrogée sur sa présence sur le site, ce n'est pas sans fierté que le ministre de l'Agriculture a inauguré, vendredi 1er mai, le pavillon France à l'Exposition universelle de Milan. «Nous avons au final un des pavillons les moins chers, et qui figure pourtant dans les préférés» explique Stéphane Le Foll, comme pour justifier la dépense des quelques 20 millions d'euros que représente le pavillon. «C'est un message au monde entier» ajoute le ministre avant d'insister sur la sécurité alimentaire et la durabilité de l'agriculture. «Comment nourrir la planète, c'est vraiment le défi de ce siècle» ajoute Ségolène Royal. La ministre de l'écologie était elle aussi présente à l'inauguration. «Nous voulons montrer que l'intelligence humaine est capable d'y répondre, en prenant en compte les différentes fragilités». À quelques mois de la conférence sur le climat, Ségolène Royal a souhaité rappeler que «des solutions existent». «Les thèmes que nous aborderons lors de cop21 seront voisins» évoque Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères.
Au-delà de l'exposition au sens propre réalisée par chaque pays, comme une vitrine à l'international, le thème de l'exposition («nourrir la planète») permet de découvrir comment chaque pays présent (140) voit et conçoit son agriculture, et la gastronomie. Si la Russie met en scène la chimie, l'Argentine se place clairement en grenier du monde, avec son pavillon en forme de silos, alors que l'Italie préfère axer ses différents pavillons sur le produit final, l'alimentaire. Du côté de la France, c'est finalement le lien entre une agriculture très diversifiée, l'agro-alimentaire et la convivialité de la gastronomie qui est mis en scène. «Le modèle Français, c'est la diversité» martèle Stéphane Le Foll. Devant le bâtiment en lui-même (voir l'encadré), une soixantaine de variétés de céréales, plants de légumes, fruits, arbres et autres vignes ont été disposés. «La Fran-ce ne se place pas ici dans l'objectif de « nourrir la planète », nous ne sommes pas les Brésiliens !» lance Alain Berger, commissaire général de la France pour l'Exposition universelle.

Des visions différentes de l'agriculture
Un modèle agricole très lié au modèle alimentaire au sein du pavillon France. «Nous devons produire plus et mieux, avec moins d'impact» ajoute Hubert Garaud, président de Terrena. Il insiste sur la nécessaire évolution de l'agriculture. «Ne croyons pas trop que nous sommes les plus forts ! La France peut rester maître de la gastronomie, mais il faut se remettre en cause. En 2008, lorsque nous avons lancé l'agriculture écologiquement intensive, on s'est vite aperçu que les agriculteurs étaient réceptifs, et allaient même parfois plus vite.» Une évolution également soulignée par Alain Blogowski, conseiller scientifique d'Alain Berger. «La vraie question désormais, c'est d'aller de la fourchette à la fourche. Nous avons par exemple réussi à vendre du foie gras au Japon, quand nous y avons ajouté du wasabi... C'est un exemple qui montre bien qu'il ne faut pas se contenter de nos acquis». Une gastronomie également évoquée par Catherine Dumas. L'ancienne sénatrice de Paris est l'une des initiatrices du classement de la gastronomie Française à l'Unesco. «L'agriculture et l'alimentaire, c'est un ensemble. Il y a un lien très fort entre l'agriculture et les Français».
Reste qu'au sein de l'Exposition universelle, le monde animal est très absent - règles d'hygiène obligent - mais les hommes et femmes qui font l'agriculture et l'alimentaire aussi. Dommage.


Elisabeth Hersand, La Vienne Rurale

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Petit veau dans une case paillée
2020 : une année catastrophique
Les cours des petits veaux de lait s'effondrent depuis déjà plusieurs années. Le point avec les opérateurs de la filière en Haute…
jeune garçon à la traite d'une montbéliarde
Affaires qui marchent cherchent repreneurs
Les chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture…
Brebis BMC en bergerie
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Forêt de résineux Haute-Loire
Aléas climatiques : assurez vos forêts
À partir du 16 novembre, les propriétaires forestiers membres du réseau Fransylva pourront assurer leurs parcelles contre les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne