Aller au contenu principal

Main-d’œuvre
Salariés étrangers indispensables à l’agriculture

En France, le monde agricole a besoin d'une main-d’œuvre étrangère, mais comme en 2020, cette saison risque aussi d'être affectée par le contexte sanitaire.  

Main d'oeuvre sur culture de fruits rouges.

Alors que la crise de la Covid-19, au printemps 2020, a montré la nécessité de pouvoir s’appuyer sur une main-d’œuvre étrangère, le monde agricole anticipe. Lors d’une conférence de l’emploi au ministère de l’Agriculture, le 11 mars dernier, la FNSEA a rappelé le caractère indispensable de la présence des saisonniers étrangers. " Nous souhaitons créer des ponts avec les politiques d’insertion professionnelle des réfugiés. Nous partons du constat que nous peinons à recruter de la main-d’œuvre et face à nous, nous avons des populations qui ne demandent qu’à travailler, s’insérer dans la société, sinon s’y intégrer. Nous sommes clairement dans une stratégie gagnant/gagnant ", a déclaré Jérôme Volle, président de la commission employeurs de la FNSEA, auprès de l’agence de presse Actuagri.
C’est dans ce contexte qu’une convention avec la Tunisie, en particulier avec l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant, a été renouvelée. " Ce pays dispose d’un quota de 2 500 salariés et seuls 1 000 traversent la Méditerranée, essentiellement dans le Sud de la France ", détaille Jérôme Volle. Ces salariés arrivent avec un bagage, puisqu’ils sont formés au préalable par le gouvernement tunisien aux métiers de l’agriculture (chefs d’équipe, tractoristes, etc.). Une expérience appréciée des agriculteurs français. Marc Fauriel, producteur de fruits à Loriol-sur-Drôme (Drôme), embauche chaque année 70 saisonniers, dont 10 contrats Ofii(1). Pour lui, l’emploi de main-d’œuvre étrangère est un gage de confiance. " De nombreux ouvriers reviennent chaque année sur l’exploitation. Ils ont déjà les compétences et le savoir-faire ", souligne-t-il.
À l’image d’une campagne 2020 difficile, où la fermeture des frontières avait longtemps posé problème, la saison 2021 risque, elle aussi, d’être affectée. " Les conditions d’entrée des ouvriers étrangers restent difficiles en fonction des prérogatives de chacun. Plusieurs acteurs doivent se coordonner : la Direccte(2), l’Office français de l’immigration ainsi que les consulats des différents pays. Ce sont des démarches compliquées : pour exemple, les premiers salariés marocains sont arrivés et il a fallu plus d’un mois pour les faire venir", regrette Marc Fauriel. Une inquiétude supplémentaire pour la profession agricole, qui navigue à vue. Pourtant, le ministère de l’Agriculture se veut rassurant : " À l’approche de la saison 2021 et dans le contexte de la crise sanitaire, le recrutement des travailleurs saisonniers est suivi avec attention. En cas de difficultés pour le recrutement de saisonniers locaux, la possibilité de recruter des saisonniers notamment étrangers de l’Union européenne et hors Union européenne est ouverte. Aujourd’hui, le protocole sanitaire permet les entrées sur le territoire sous conditions sanitaires strictes (test PCR avant entrée, “quarantaine“ de 7 jours, test PCR) et dès lors qu’un besoin a été identifié ". Reste désormais à voir comment la situation va évoluer.

1. Le contrat Ofii, ou contrat d’intégration républicaine(CIR), est conclu entre l’État français et tout étranger non européen admis au séjour en France.
2. Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Virginie Garnier, présidente de la coopérative XR Repro et agricultrice à Lissac.
"Nous nous apprêtons à dévoiler notre nouveau parcours jeune à l'occasion de nos assemblées de section"
Alors que les assemblées de section de la coopérative XR Repro démarrent dans quelques jours, nous donnons la parole à sa…
Laurine Rousset présidente des JA de Haute-Loire
Se renseigner sur la filière, le marché, la concurrence avant de s'installer
Dans le cadre de votre parcours à l'installation, les organismes professionnels agricoles compétents vous aident à faire les…
Le gisement d’argile verte, exploité par la société Argile du Velay est pérenne jusqu’en 2052.
L'argile verte du Velay : une richesse locale qui a toute sa place en agriculture
La société Argile du Velay exploite son propre gisement d'argiles aux propriétés uniques et aux nombreux atouts pour l'élevage et…
Philippe Chatain membre du Bureau de la FDSEA 43
Participez en nombre à l'assemblée générale de votre syndicat local

En janvier et février, les syndicats locaux réunissent leurs adhérents pour leur assemblée générale, un temps fort d'échanges…

Jonathan Paillet agent de remplacement SR43
Un bon agent est motivé, sait se débrouiller, s'adapter, prendre des initiatives…

Jonathan Paillet est agent de remplacement au Service de Haute-Loire depuis 2016 ; il acquiert ainsi de l'expérience en vue d…

Pauline et Claude Bonnet ont reçu un chèque de 5 000 euros pour réaliser leur projet .
5 000 euros pour faire des yaourts et autres crèmes desserts
L'Earl des Écureuils à Malrevers a participé et gagné le concours "Coup d'pouce" organisé sur le net par Starmaxx, et reçu son…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne