Aller au contenu principal

Main-d’œuvre
Salariés étrangers indispensables à l’agriculture

En France, le monde agricole a besoin d'une main-d’œuvre étrangère, mais comme en 2020, cette saison risque aussi d'être affectée par le contexte sanitaire.  

Main d'oeuvre sur culture de fruits rouges.

Alors que la crise de la Covid-19, au printemps 2020, a montré la nécessité de pouvoir s’appuyer sur une main-d’œuvre étrangère, le monde agricole anticipe. Lors d’une conférence de l’emploi au ministère de l’Agriculture, le 11 mars dernier, la FNSEA a rappelé le caractère indispensable de la présence des saisonniers étrangers. " Nous souhaitons créer des ponts avec les politiques d’insertion professionnelle des réfugiés. Nous partons du constat que nous peinons à recruter de la main-d’œuvre et face à nous, nous avons des populations qui ne demandent qu’à travailler, s’insérer dans la société, sinon s’y intégrer. Nous sommes clairement dans une stratégie gagnant/gagnant ", a déclaré Jérôme Volle, président de la commission employeurs de la FNSEA, auprès de l’agence de presse Actuagri.
C’est dans ce contexte qu’une convention avec la Tunisie, en particulier avec l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant, a été renouvelée. " Ce pays dispose d’un quota de 2 500 salariés et seuls 1 000 traversent la Méditerranée, essentiellement dans le Sud de la France ", détaille Jérôme Volle. Ces salariés arrivent avec un bagage, puisqu’ils sont formés au préalable par le gouvernement tunisien aux métiers de l’agriculture (chefs d’équipe, tractoristes, etc.). Une expérience appréciée des agriculteurs français. Marc Fauriel, producteur de fruits à Loriol-sur-Drôme (Drôme), embauche chaque année 70 saisonniers, dont 10 contrats Ofii(1). Pour lui, l’emploi de main-d’œuvre étrangère est un gage de confiance. " De nombreux ouvriers reviennent chaque année sur l’exploitation. Ils ont déjà les compétences et le savoir-faire ", souligne-t-il.
À l’image d’une campagne 2020 difficile, où la fermeture des frontières avait longtemps posé problème, la saison 2021 risque, elle aussi, d’être affectée. " Les conditions d’entrée des ouvriers étrangers restent difficiles en fonction des prérogatives de chacun. Plusieurs acteurs doivent se coordonner : la Direccte(2), l’Office français de l’immigration ainsi que les consulats des différents pays. Ce sont des démarches compliquées : pour exemple, les premiers salariés marocains sont arrivés et il a fallu plus d’un mois pour les faire venir", regrette Marc Fauriel. Une inquiétude supplémentaire pour la profession agricole, qui navigue à vue. Pourtant, le ministère de l’Agriculture se veut rassurant : " À l’approche de la saison 2021 et dans le contexte de la crise sanitaire, le recrutement des travailleurs saisonniers est suivi avec attention. En cas de difficultés pour le recrutement de saisonniers locaux, la possibilité de recruter des saisonniers notamment étrangers de l’Union européenne et hors Union européenne est ouverte. Aujourd’hui, le protocole sanitaire permet les entrées sur le territoire sous conditions sanitaires strictes (test PCR avant entrée, “quarantaine“ de 7 jours, test PCR) et dès lors qu’un besoin a été identifié ". Reste désormais à voir comment la situation va évoluer.

1. Le contrat Ofii, ou contrat d’intégration républicaine(CIR), est conclu entre l’État français et tout étranger non européen admis au séjour en France.
2. Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

jean-François Portalier et les associés du Gaec de la Fontaine du Loup à Séneujols.
Passage de témoin entre deux voisins à la ferme et au syndicat agricole
Jean-François Portalier a laissé son exploitation et sa place de délégué cantonal FDSEA à sa voisine Véronique Roux qui s'est…
Prim Holstein au pré
Pourquoi la production laitière en montagne a dévissé ?
Le nombre de producteurs de lait en montagne a baissé en dix ans de 17 à 33 % selon les territoires. Le Cniel appelle à un…
Thomas Julliard agent de remplacement au SR43
"Le Service de Remplacement, c'est une très bonne école"
Thomas Julliard est agent de remplacement au SR43 depuis septembre 2020, et heureux de l'être. Il nous fait part de son…
Des vidéos pour mettre en valeur nos filières agricoles
Dans le cadre de la Semaine de l'Agriculture, les JA de Haute-Loire diffusent des vidéos sur Facebook.
Vache charolaise
La charolaise, une race aux multiples profils
La charolaise est la troisième race allaitante de Haute-Loire mais elle est aussi souvent utilisée en croisement sur d'autres…
Jacques Chazalet, Président du Sommet
Sommet de l'Elevage, une édition 2021 maintenue avec pass sanitaire
A quatre mois de l’ouverture, les organisateurs du Sommet de l’élevage (du 5 au 8 octobre) affichent optimisme et prudence en…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne