Aller au contenu principal

Ruralité : Les acteurs des zones rurales veulent oeuvrer pour l'attractivité de leurs territoires

Les acteurs du monde rural sont convaincus d’être en mesure de promouvoir les territoires hors métropoles. Preuve en est, les nombreuses initiatives qui émergent dans les campagnes.

«Chaque année, 100 000 personnes quittent les villes pour les campagnes, et 70 000 font le chemin inverse», selon Sébastien Côte

«Il y a une créativité extraordinaire dans les territoires ruraux, mais le poids des normes coupe les initiatives», déplorait-on dans l'auditoire qui réunissait, les 29 et 30 septembre, des mouvements citoyens, élus ruraux, acteurs économiques et scientifiques, à l'occasion des premières Rencontres d'automne de l'Association nationale Nouvelles ruralités (ANNR*).Moins d'un an après sa création, l'association tenait un colloque destiné à identifier les freins aux actions politiques et citoyennes locales et à partager les solutions mises en oeuvre dans les différents territoires ruraux. L'accès à l'emploi, à la culture ou au numérique s'avère difficile dans les zones rurales, et pourtant, il conditionne l'attractivité des territoires. Puisque la loi NOTRe a réservé les missions de développement économique à l'échelon régional, les communes doivent redoubler d'ingéniosité pour agir en la matière.


Une politique territoriale décriée

«Ce sont les collectivités locales qui sont les plus proches des citoyens, et pourtant ce sont les régions qui sont compétentes en matière de développement économique car elles rédigent les schémas régionaux de développement économique», a déploré Jean-Pierre Saunier, élu au conseil départemental du Cher.Un constat partagé par le juriste Claude Devès, qui, commentant l'acte III de la décentralisation, affirmait que les dernières réformes territoriales laissaient quelque peu «les zones rurales à l'abandon», au profit des seules métropoles.«Le modèle centralisé correspond-il encore à ce dont la France a besoin ?», s'est-il interrogé, faisant remarquer que «les pays qui nous entourent sont régionaux ou fédéraux et vivent beaucoup mieux le développement territorial».


Des marges de manoeuvre réelles

Les collectivités locales n'ont pas la compétence économique mais elles peuvent contourner quel-ques barrières, a expliqué Claude Devès.L'acte III de la décentralisation permet aux régions de déléguer certaines compétences, a-t-il rappelé. Par ailleurs, selon Patrice Joly, président de l'ANNR, si la région est compétente en matière de développement économique, «l'animation de ce développement économique peut être faite par d'autres acteurs».Ainsi, les différents intervenants ont eu à coeur de présenter les «success story» existantes. Par exemple la coopérative agricole de territoire «les Fermes de Figeac», l'Alimentation générale culturelle (Nièvre) et l'Épicerie culturelle ambulante (Rhône-Alpes) qui proposent des spectacles itinérants, la politique d'autonomie alimentaire menée par la mairie d'Albi, ou la plateforme Web «pour entreprendre et innover en Lozère», Share Lozère.


Attractivité des campagnes

Les opportunités existent, selon Sébastien Côte, président de Ruralitic. «Chaque année, 100 000 personnes quittent les villes pour les campagnes, et 70 000 font le chemin inverse. Le solde est positif pour les campagnes» a-t-il relevé.Forts de ce constat, les acteurs des territoires ruraux ont leur carte à jouer. Patrice Joly estime, dans ce contexte, qu'il appartient à l'ANNR de «porter des propositions concrètes pour la mise en oeuvre de politiques publiques adaptées à nos territoires ruraux, faire en sorte que ces politiques ne soient plus des politiques de compensation mais des politiques de développement».Il envisage dans cette optique de rédiger une liste de propositions à présenter aux candidats à l'élection présidentielle.

BB - Agra

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Eric pauchon, Denis Chirouze et Adeline Mialon du GIE Fruits rouges des Monts du Velay.
Petits fruits cherchent producteurs
La filière Fruits rouges des Monts du Velay continue à se développer avec plus de 1 125 tonnes de fruits commercialisés en 2020.
Exploitation cunicole de M. et Mme Porte à Valprivas.
Un élevage de lapins à reprendre
Avant de partir en retraite, Jean-Michel et Christine Porte souhaitent transmettre leur élevage de lapins, un atelier de la…
Haie pour protéger des vents.
Des haies pour protéger les cultures des vents dominants
À Espalem, le Gaec de la Méridienne a récemment implanté 500 mètres linéaires de haie aux espèces diversifiées. Témoignage.
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
De gauche à droite : Thierry Bouchet, Pierre-Yves Comby et Emmanuel Duban de Cerfrance Haute-Loire.
Pierre-Yves Comby, nouveau directeur de Cerfrance Haute-Loire
Pierre-Yves Comby vient remplacer Emmanuel Duban au poste de directeur de l'association de gestion et de comptabilité.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne