Aller au contenu principal

Réduire son cheptel par manque de fourrage : des impacts économiques à mesurer

Les conditions climatiques de ce printemps impactent l’équilibre fourrager des exploitations ce qui peut conduire à une décapitalisation cheptel ; Cerfrance Haute-Loire vous éclaire sur les conséquences d’une telle décision.

Une décapitalisation de cheptel a surtout des conséquences négatives.

Suite aux conditions climatiques de ce printemps, les rendements des premières coupes sont très hétérogènes sur la Haute-Loire, tout comme la pousse de l’herbe sur les pâtures. Aujourd’hui, sur de nombreuses exploitations, notamment du Brivadois, l’affouragement est déjà nécessaire. Il est encore possible de conforter les stocks de fourrages avec les prochaines coupes. Mais pour certaines exploitations, l’équilibre fourrager sera difficile à trouver : réduire son cheptel, et donc le nombre d’animaux à nourrir, peut apparaître comme la solution pour faire face à un manque de fourrage ; un fourrage qui est devenu difficile à trouver sur le marché avec des prix qui se sont envolés. Le risque d’une décapitalisation cheptel, déjà présent depuis la sécheresse 2018, peut donc s’accentuer dans les prochaines semaines.


Réduire son cheptel, quelles conséquences ?
À court terme, avoir moins d’animaux à nourrir soulagera la trésorerie de l’exploitation. La vente d’animaux peut aussi permettre d’acheter du fourrage pour les animaux gardés. Un équilibre budgétaire peut donc se trouver sur 2019, ce qui évitera à la situation financière de se dégrader immédiatement mais engagera des conséquences très souvent négatives à moyen terme.
Une décapitalisation du cheptel a surtout des conséquences négatives. En effet, décapitaliser son cheptel signifie réduire le nombre d’animaux productifs, c’est-à-dire ceux qui génèrent la production (de lait, veaux, broutards, génisses, agneaux…). Par conséquent l’impact économique d’une décapitalisation cheptel va se faire sentir sur les années suivantes avec une moindre production. Il est donc nécessaire :
• de ne pas précipiter une décapitalisation cheptel, et de mesurer son impact avant de prendre la décision de décapitaliser : quel chiffre d’affaires en moins sur les prochaines années ? quelles conséquences sur l’EBE et les équilibres budgétaires à venir ?
• d’envisager d’autres alternatives (achat de fourrages, mise en pension…) et de comparer leurs coûts directs à court terme à celui de moindres ventes à moyen terme ;
• de se questionner sur un financement bancaire spécifique à cette situation pour financer le déficit de fourrage ; 
• d’identifier, en cas de décapitalisation, des leviers pour dégager des résultats économiques suffisants dès 2020, notamment l’achat d’animaux productifs (quand, comment ?).
Ces réflexions sont à mener en lien avec les caractéristiques de l’exploitation (surfaces, rendements fourragers habituels, potentiel de production…), sa capacité de résistance face aux aléas climatiques (niveau de l’excédent de fonds de roulement), la couverture ou non du risque climatique par une assurance…
Une analyse et un plan d’action personnalisés permettront de passer l’année 2019 en limitant les problèmes de trésorerie et en envisageant l’avenir de manière plus sereine.
Estelle Naud - Cerfrance Haute Loire

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne