Aller au contenu principal

FDSEA
Quelle FDSEA pour demain ?

FDSEA Le 27 octobre, le conseil d'administration de la FDSEA de Haute-Loire a fait un point sur les dossiers agricoles d'actualité, aussi nombreux que variés.

Thierry Cubizolles Président de la FDSEA et Anne Rogues, directrice.

Avec un ordre du jour chargé, les membres du conseil d'administration de la FDSEA de Haute-Loire étaient réunis mercredi 27 octobre au Puy sous la présidence de Thierry Cubizolles. Loi Egalim 2, zones vulnérables, conjoncture, prédation… tous les sujets d'actualité ont été passés en revue.

"C'est une vraie victoire syndicale". Par ces mots, le président de la FDSEA a salué le vote de la loi Egalim 2, le 14 octobre dernier par le Sénat ; une loi portée par la FNSEA et les JA. Thierry Cubizolles a souligné le long travail du syndicalisme majoritaire pour faire aboutir cette loi. "Il nous reste maintenant un travail très important à faire sur la contractualisation" a-t-il ajouté, en invitant ses équipes à se lancer dès maintenant dans la communication auprès des adhérents.

Zones vulnérables :  "Tolérance" ?

Le deuxième sujet abordé portait sur les zones vulnérables avec le classement de nouvelles communes ou parties de communes en Haute-Loire. Alors que l'information est arrivée en même temps que la date d'application des mesures réglementaires, FDSEA et JA ont demandé et obtenu le déplacement de Monsieur le Préfet de Haute-Loire sur le terrain pour le mettre face à la réalité, et lui demander un report d'un an pour l'application des règles. Ce dernier a pris en compte les revendications syndicales et assuré les agriculteurs d'une certaine "toléran-
ce
" ; un terme jugé flou par le conseil d'administration. La FDSEA restera vigilante pour accompagner au mieux les exploitants nouvellement concernés par ces zones, et pour que cette "tolérance" soit effective.

Loups, vautours, sangliers, blaireaux, cerfs, campagnols terrestres… la prédation a aussi fait l'objet de nombreux échanges entre délégués. Même si la Haute-Loire n'a pas, cette année, été touchée par des attaques de loups, le message à véhiculer est le même pour tous les cas de prédations : "il faut signaler" toutes attaques, car c'est à partir des éléments de recensement que peuvent être déclenchés les moyens de lutte sous contrôle de l'administration. Thierry Cubizolles précise que sur le dossier loup, la profession étudie un statut particulier pour les chiens de protection afin que les éleveurs puissent en toute quiétude "protéger leurs troupeaux".

Une lutte collective sinon rien

Concernant les campagnols, qui semblent proliférer dans un grand nombre de cantons, à l'instar du secteur du Mézenc qui a fait l'objet d'une attention particulière par la profession, tous sont unani-
mes ; "seule une lutte collective sera efficace". Le syndicalisme a obtenu des aides pour aider les agriculteurs des secteurs les plus impactés, mais "les aides ne servent à rien si on ne met pas en place une lutte, et la lutte ne sert à rien si tous les agriculteurs ne jouent pas le jeu". Le message est clair…

Le responsable de la section chasse souligne que la situation "est explosive" sur 3 ou 4 secteurs du département, et que la FDSEA attend la réunion du Comité technique pour faire évoluer la situation. 

Au cours de la réunion, d'autres sujets d'actualité ont été évoqués comme la hausse importante des coûts des intrants qui plombent les trésoreries, les problèmes de foncier ou encore le manque de main-d’œuvre dans les exploitations. Par contre, sur tout le département ou presque, on note une bonne récolte de fourrages, en quantité.

Quelle FDSEA pour demain ?

Thierry Cubizolles a annoncé la tenue d'un séminaire sur 2 journées, les 23 et 30 novembre, pour lequel il attend la participation de l'ensemble des membres du conseil d'administration et invite le groupe des JA qui a  participé à l'organisation de Terres de Jim 2019. "Quelle FDSEA pour demain ?" sera le thème de ces journées qui ont pour objectif de définir des axes de travail pour relancer une dynamique au sein de la FDSEA. Suivra, en décembre 2021, le Conseil fédéral pour présenter au réseau le résultat de cette réflexion.

 

Zoom sur…

Damien Garnier administrateur Sodiaal face au CA de la FDSEA

En fin de réunion, Damien Garnier administrateur Sodiaal a accepté de venir répondre aux interrogations des membres du conseil de la FDSEA quant à la politique d'entreprise de la coopérative. 
Damien Garnier a d'abord précisé qu'avant d'être administrateur Sodiaal, il a été JA et qu'il est lui aussi syndicaliste. Il est éleveur laitier à Lissac avec une centaine de laitières.
En préambule à son intervention, il a précisé que par son statut de coopérative, "Sodiaal collecte sur tous les territoires, tous les laits et n'abandonne aucun producteur". Et d'ajouter, que pour pouvoir rester compétitive et payer les producteurs, l'entreprise "doit avoir les bons outils de transformation" et pour cela elle doit investir.
Les membres du CA de la FDSEA ont ensuite posé des questions et exprimé leur mécontentement au sujet des décisions et orientations prises par Sodiaal. On reproche donc à Sodiaal d'être l'entreprise de collecte qui "paie le lait le moins cher", d'avoir "sacrifier les producteurs d'Auvergne au profit des bretons", d'avoir pris de mauvaises décisions sur de la segmentation, de s'être lancée sur le créneau du bio trop vite et trop fort au vu de l'évolution du marché… 
À toutes ces attaques, Damien Garnier a tenté de répondre en insistant sur les obligations qui incombent à une coopérative par rapport à un privé, et sur l'historique dont Sodiaal a hérité. Il ajoute que "le producteur s'arrête à son tank et ne s'intéresse pas à la vente". Or tout le travail des entreprises comme Sodiaal est de valoriser au mieux les produits laitiers dans un contexte commercial difficile et très changeant. L'administrateur a ainsi abordé les choix de Sodiaal sur du multi-produits pour répondre au mieux à un marché fluctuant, sur la volonté de la coop pour passer des hausses auprès des distributeurs, reconnaissant : "on a fait une partie du chemin, il en reste encore à faire"…
Et de conclure "Nous aussi on défend le prix du lait, comme le syndicalisme. Mais si l'entreprise n'est pas en bonne santé, on ne pourra plus le défendre", mettant ainsi en avant les investissements indispensables auxquels Sodiaal doit se soumettre pour s'assurer un avenir.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne