Aller au contenu principal

Négociations commerciales
À quand une prise en compte du coût de production ?

Les producteurs, les transformateurs et les distributeurs auront bien du mal à parvenir à un accord avant le 1er mars. Le point de blocage : la détermination du coût de production.

Fromages vendus en grande distribution

À la veille de la rencontre entre les différents acteurs pour un nouveau tour de table sur les négociations commerciales, les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie n’étaient pas très confiants sur l’issue des pourparlers. La réunion qui s’est tenue le 29 janvier a confirmé leurs craintes. C’est sur un quasi-constat d’échec que les acteurs se sont quittés.
Les deux ministères le reconnaissent : le comité de suivi des relations commerciales " a fait émerger d’importantes divergences entre l’analyse de la situation par les transformateurs d’une part et les distributeurs d’autre part ". Mais également par les agriculteurs qui, par l’intermédiaire de la FNSEA, dénoncent " l'attitude irresponsable de la grande distribution ". Toute la question tourne autour de la définition du coût de production. D’ailleurs, la loi Egalim votée en octobre 2018 prévoit “la construction du prix en marche avant”, c’est-à-dire à partir des coûts de production et des coûts de revient des fournisseurs. Or la grande distribution qui constate une baisse du pouvoir d’achat des Français demande à l’amont (producteurs et transformateurs) de baisser leurs prix de 2 à 4 % selon les produits. " Inadmissible " pour la FNSEA qui constate que " les cours de certaines matières premières augmentent (+ 20 % pour les céréales, + 25 % sur le soja). Ces coûts renchérissent considérablement le coût de l'alimentation animale pour tous les éleveurs". Pour le syndicat agricole, " il est indispensable que ces hausses de coût de production soient répercutées dans les conditions générales de vente ".

Risque sur la souveraineté alimentaire
Les deux ministres semblent être sur la même longueur d’ondes que les agriculteurs et les transformateurs notamment quand ils déclarent de manière très pudique à propos des distributeurs : " certains comportements interrogent quant à leur conformité à la loi ", comportement que le gouvernement " ne comprend pas ". Pour ce dernier, les distributeurs " rompent  (…) le consensus qui avait su émerger des États généraux de l’alimentation et se heurtent aux principes de la loi tel que celui de la construction en avant du prix. En cela, cette attitude fait porter un risque sur la pérennité de notre souveraineté alimentaire ". L'Association nationale des industries alimentaires (ANIA) déplore, elle aussi, les pressions exercées par les grandes enseignes sur leurs entreprises, en particulier par des " menaces de déréférencement ". Les grandes surfaces recourent de plus en plus aux “pénalités logistiques” (pour livraisons en retard notamment). " Ça devient un centre de profit chez les distributeurs. Ça devient systématique et même choquant ", confie-t-on dans l’entourage du ministre de l’Industrie.


La solidarité, un lointain souvenir ?
Afin de faire entendre raison aux grandes enseignes, les ministères de l’Agriculture et de l’Industrie ont décidé d’intensifier les contrôles de la loi Egalim menés par les services de la DGCCRF. Ils ont aussi lancé une adresse de signalement (signalement@agriculture.gouv.fr) pour des " prix constatés en magasin qui paraissent trop bas par rapport aux coûts de production ainsi que des problèmes d’étiquetage ". Une initiative saluée par la FNSEA qui y voit une manière de limiter " les pratiques abusives et délictueuses constatées lors des négociations ". Il reste un peu moins d’un mois pour trouver un accord et mieux répartir la valeur ajoutée tout au long de la chaîne alimentaire. La solidarité affichée lors du premier confinement, entre l’amont et l’aval pour “tenir bon” semble, à ce stade, un lointain souvenir.                 

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne