Aller au contenu principal

Chasse
Quand on parle "bête noire", les agriculteurs voient rouge

Alors que la saison de chasse bat son plein, Gilles Tempère président de la section «Chasse» de la FDSEA fait le point sur le problème récurrent du sanglier.

«Il faut purger les zones classées points noirs» : Gilles Tempère

La chasse est ouverte, et les maïs sont encore dans les champs…En juillet dernier, la FDSEAavait tiré la sonnette d’alarme face aux dégâts de sangliers.Où en est-on aujourd’hui ?
Gilles Tempère, président de la section Chasse de la FDSEA : Aucun résultat positif n’est à ce jour visible.La Fédération départementale de la Chasse nous demande d’attendre la fin de la saison pour faire un bilan.Mais sur le terrain, les dégâts continuent.Chaque jour, le standard de la FDSEA reçoit au minimum 2 appels pour des problèmes liés aux sangliers.La situation perdure.

Les secteurs les plus critiques ont pourtant été identifiés ?
G.T. : Oui.Avec l’Administration et la Fédération de Chasse, nous avons identifié les points noirs sur le département.Quelques communes seulement posent problèmes.Nous les connaissons : Beauzac, Beaux, Riotord, Retournac, St Maurice de Lignon, St Arcons d’Allier… Nous avons demandé pour ces secteurs, l’application de mesures punitives spécifiques comme la prise en charge des indemnisations des dégâts directement par l’ACCA concernée.C’est juridiquement possible, mais ni l’Administration, ni la Fédération de Chasse ne veulent aujourd’hui appliquer cette mesure.
Attention, je tiens à préciser que parmi ces communes sensibles, certaines subissent une situation indépendante de leur seule volonté.Pour des territoires de chasse trop vastes par rapport au nombre de chasseurs, des zones polluées par leurs voisines… on sait que c’est difficile.On ne peut alors qu’encourager ces ACCAà faire de leur mieux mais sans les pénaliser.
Le souci, c’est que si les règles sont imposées par le département et les ACCA, au final ce sont les chasseurs qui décident de chasser ou non le sanglier.Et c’est malheureusement une poignée de «fanatiques» qui mettent à mal une gestion raisonnée des populations des bêtes noires.

Chiffres à l’appui, la Fédération de Chasse dit que le montant des indemnisations des dégâts pour la saison dernière, est plus important qu’en 2011/2012 mais équivalent à 2010/2011.Alors qu’en est-il vraiment ?
G.T.: Je ne conteste pas les chiffres donnés par la Fédération de Chasse, mais ils ne reflètent pas la réalité du terrain.Face à la complexité des dossiers, aux faibles remboursements après abattements, aux dégâts découverts après récolte donc trop tard… les agriculteurs sont dégoûtés et ne font pas toujours leur déclaration. Et c’est ainsi qu’on entre dans un cercle vicieux : pas de déclaration, pas d’indemnisation comptabilisée, d’où problème minimisé.Alors même blasés par le système, j’invite les agriculteurs à bien faire leur déclaration pour avoir des données départementales réelles.

Et les mesures de protection contre le sanglier ?
G.T. : Il est possible de clôturer les parcelles pour faire barrage aux sangliers.Ce sont les ACCAqui fournissent le matériel et souvent les chasseurs aident l’agriculteur à la mise en place.Il appartient aussi aux agriculteurs d’y mettre un peu du leur, en nettoyant les abords de leurs parcelles par exemple.C’est une question de savoir-vivre.Et je suis persuadé que si nous travaillons en bonne intelligence, si nous voyons que les chasseurs font tout pour optimiser la maîtrise des populations de sangliers, notre ressenti face aux dégâts ne sera plus le même.

Alors quelles sont vos attentes vis à vis de la Fédération de Chasse ?
G.T. : Comme nous l’avons dit en juillet, nous exigeons de la fédération de Chasse et de l’Administration, qu’elles purgent ces points noirs.C’est maintenant une question de sécurité.Dans ces secteurs, les agriculteurs sont exédés de voir le fruit de leur travail détruit, et nous craignons des débordements… Nous ne voulons pas en arriver là.

Et que dites-vous aux agriculteurs alors ?
G.T. : Je comprends leur exaspération et leur colère, et je leur redis de faire leur déclaration. Toutefois, je leur demande de ne pas se défouler sur le personnel administratif de la FDSEA ou de la Fédération de la Chasse qui ne sont pas responsables.Au niveau départemental, la section Chasse de la FDSEAcontinue à suivre ce dossier de près et faire pression pour assainir la situation.


Propos recueillis par Suzanne Marion

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne