Aller au contenu principal

Sanitaire
Prophylaxies bovines 2021-2022: des changements importants

IBR, besnoitiose, tarifs, les modalités des prophylaxies bovines annuelles évoluent pour cette campagne. Le Groupement de Défense Sanitaire de Haute-Loire vous informe.

Vache atteinte de besnoitiose - perte de poils et épaissement de la peau.

La loi de santé animale européenne modifie la surveillance des maladies obligatoires dans les pays européens. Elle devrait permettre à terme pour des pays avec des statuts sanitaires identiques d’alléger les contraintes aux frontières.

IBR

En conséquence, la prophylaxie de l’IBR est modifiée dès cette campagne. Elle se renforce pour les cheptels infectés ou pas encore indemnes, et elle s’allège pour les cheptels qui sont qualifiés depuis plus de 3 ans.

Pour les cheptels infectés ou non indemnes, tous les animaux de plus de 12 mois non connus positifs doivent être prélevés et analysés en Individuel.

Pour les cheptels allaitants indemnes d’IBR qualifiés depuis moins de 3 ans ou à risque IBR (associés à un cheptel de négoce ou d’engraissement cartes jaunes), tous les animaux de plus de 24 mois doivent être prélevés et analysés en mélange.

Pour les cheptels allaitants indemnes d’IBR qualifiés depuis plus de 3 ans, les animaux de plus de 24 mois doivent être analysés en mélange avec un maximum de 40 bovins. Ex : si le troupeau a moins de 40 bovins de plus de 24 mois, tous les bovins sont analysés en IBR ; si le troupeau a 100 bovins de plus de 24 mois, seuls 40 bovins tirés au sort seront analysés en mélange IBR.

BESNOITIOSE : " Ne pas laisser faire et agir tant qu’il est encore temps "

La peau se plisse et s’épaissit, l’animal peine à marcher… la besnoitiose a frappé ". Ces dernières années, cette maladie parasitaire présente principalement dans le sud de l’Europe (notamment dans le sud-ouest de la France) gagne du terrain et remonte vers le nord. La maladie est émergente dans le sud de notre département alors que le nord et l’est semblent beaucoup moins touchés.

Cette maladie, aux symptômes impressionnants après quelques mois d’évolution (fortes fièvres, œdèmes…), est due au parasite Besnoitia besnoiti, transmis via des piqûres de mouches piqueuses ou de taons. également appelée " maladie de la peau d’éléphant ", la besnoitiose touche les bovins de tout âge, sexe ou race. Sans parler des bovins qui peuvent en mourir, cette maladie peut aboutir à plusieurs conséquences très pénalisantes pour l’éleveur : avortements ; perte de poids ; inflammation des mamelles… Elle entraîne aussi très fréquemment une stérilité temporaire ou définitive chez les taureaux. Aucun traitement préventif n’existe à ce jour. 

Parmi les bovins infectés par la besnoitiose, tous ne déclenchent pas des signes cliniques. Mais plus le nombre d’animaux contaminés est élevé au sein du troupeau, plus le risque d’avoir des malades est important et plus les mesures d’assainissement sont difficiles à mettre en place pour l’éleveur. 

Aussi face à cette maladie émergente, le conseil d’administration a décidé de réagir et d’engager une surveillance dans les cheptels allaitants dès la prochaine campagne de prophylaxie. Celle-ci sera entièrement prise en charge par le GDS pour ses adhérents (sans augmentation de cotisation) grâce aux économies liées aux allègements IBR et à la mobilisation de réserves du GDS.

Par contre, pour faire face sur le plan financier, la surveillance sera organisée sur 3 ans : zone sud en 2021/2022, zone ouest en 2022/ 2023 et zone est en 2023/2024 (Voir carte). En effet, cette surveillance triennale besnoitiose, basée sur des analyses individuelles, a un coût élevé : 90 000 € annuels pour un tiers du département. Concrètement, dans la zone en surveillance (zone sud lors de la campagne de prophylaxie 2021/2022), un dépistage systématique de la besnoitiose sur tous les animaux de plus de 24 mois non connus positifs sera réalisé et pris en charge par le GDS pour ses adhérents. Si la maladie est mise en évidence, l’équipe du GDS contactera l’éleveur pour lui proposer un plan d’assainissement. 

Parallèlement, des analyses de lait de tank sont réalisées deux fois par an dans les cheptels laitiers. Aujourd’hui, 68 élevages sur 1300 producteurs laitiers ont été détectés positifs. 40 d’entre eux ont déjà entamé un plan d’assainissement avec l’aide du GDS. Un plan d’assainissement consiste à réaliser le dépistage individuel de tous les bovins de plus de 6 mois. Un plan de réforme est établi avec l’éleveur en fonction de son élevage (laitier ; allaitant ; possibilité de faire des lots…). Le GDS verse en contrepartie une aide forfaitaire de 6 € HT par bovin dépisté pour prendre en charge une partie des frais de prélèvement et d’analyse.

 

Zoom sur…

Tarifs des prophylaxies bovines annuelles

La négociation des tarifs de prophylaxie entre les représentants des éleveurs (Chambre d’Agriculture et GDS) et la profession vétérinaire a abouti à 2 évolutions. 
Pour les prophylaxies annuelles (ne concerne pas les contrôles d’achat), on passe d’une tarification à l’acte (17.95 € HT par visite + 3.68 € HT par prise de sang) à une tarification horaire (44.13 € HT par visite + 102.97 € HT par heure passée).
Le GDS ne peut plus assurer le tiers payant pour la prophylaxie annuelle car seul l’éleveur pourra vérifier le temps passé. Vous devrez donc régler directement cette prestation au vétérinaire. Par contre, le GDS continuera de payer directement les analyses laboratoire de prophylaxie pour les adhérents notamment pour continuer à vous faire bénéficier des prix remisés. 
Les aides financières aux différents plans d’assainissement (paratuberculose, IBR, besnoitiose, néosporose…), les aides aux diagnostics (avortements répétés ; parasitisme ; pathologies néonatales ; analyses d’eau…) ainsi que les prises en charges des analyses BVD sont bien sûr maintenues pour les adhérents.
Le vétérinaire inscrira sur le Document d’Accompagnement des Prélèvements le temps qu’il a consacré à la réalisation de la prophylaxie. Ce temps est validé par la signature de l’éleveur. Les tarifs facturés seront les suivants selon l’accord professionnel : 44.13 € HT par visite (déplacement inclu) ; 102.97 € HT/ heure passée.
Précisions : le temps à facturer par le vétérinaire est décompté entre l’arrivée du vétérinaire sur le lieu où les prélèvements doivent être réalisés et le moment où le vétérinaire repart. Le collage des étiquettes peut être réalisé en ferme mais le temps de préparation avant et après la réalisation des actes, en dehors de l’exploitation, n’est pas pris en compte dans le temps à facturer. Le décompte se fait par tranche de quinze minutes. Toute tranche horaire commencée est facturée. Cette évolution nous pousse à encourager les éleveurs à préparer du mieux possible les animaux à prélever à la prophylaxie. Plus le chantier sera efficace, moins il reviendra cher à l’éleveur. 
Pour les petits ruminants et les porcins, rien ne change cette année. La tarification reste à l’acte et le GDS assure toujours le tiers payant.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

L'Association Chien de Troupeau 43 présente son événement estival : la finale nationale de chiens de troupeaux sur bovins le 14 août à Chaspuzac.
21 duos maîtres-chiens en compétition le 14 août à Loudes
Les meilleurs duos maîtres - chiens de France s'affronteront à Chaspuzac sur le site de l'aérodrome de Loudes le dimanche 14 août…
Culture dérobée : avoine.
Semis des dérobées d’automne : attendons la pluie !
Pour compenser une partie des déficits fourragers, on peut envisager le semis de dérobées mais si, et seulement si, il pleut…
Sécheresse sur maïs.
Un constat accablant, une situation inquiétante
Une délégation de la Direction départementale des Territoires s'est rendue sur le terrain pour dresser un bilan intermédiaire de…
Tonne à eau dans un pâturage.
FDSEA et JA sont sur le front…
FDSEA et JA suivent la situation au jour le jour et interviennent auprès de l'administration pour trouver des solutions.
Maïs à floraison impacté par la sécheresse.
Les maïs mal fécondés doivent être ensilés
Manque de pluie et températures élevées confrontent de nombreuses parcelles de maïs au stress hydrique et thermique. Les…
Présentation La Route de la Lentille 2022
54 attelages ont rendez-vous ce week-end à St Christophe sur la Route de la Lentille

La 7ème édition de la Route de la Lentille empruntera les chemins du Plateau du Devès, les 5, 6 et 7 août.

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne