Aller au contenu principal

Cultures fourragères
Produire des protéagineux en Haute-Loire, c’est possible !

La plateforme d’essais conduite sur le thème des sources de protéines a ouvert ses portes aux agriculteurs le 25 juillet.

Les agriculteurs sont venus nombreux pour observer le comportement des cultures implantées et pour prendre note des premières analyses livrées par les techniciens de la Chambre d’agriculture.

Le 25 juillet, la Chambre d’Agriculture, en partenariat avec l’association Céréales Montagne et Haute-Loire Conseil Elevage, organisait une visite de la plateforme d’essais de légumineuses et de protéagineux installée à Saint-Paulien, sur les terres du Gaec des Calards à 850 m d’altitude.
Ces essais mis en place ce printemps testent la culture de protéagineux (pois, lupin, féverole) et d’oléaginaux (soja) qui seront par la suite récoltées en graines ainsi que des fourragères orientées sur les sources de protéines (avoine, ray-grass, pois fourrager, vesce, trèfles en association).
Patrice Mounier, conseiller à la chambre d’agriculture, précise les objectifs de ces essais : «Ces essais montrent qu’il est possible de produire des protéines en Haute-Loire. Nous avons par ailleurs analysé les coûts de production à la tonne de protéine pour chaque bande».

Des récoltes à analyser
Le 25 juillet, les techniciens Chambre d’agriculture ont présenté les moyennes en terme de rendements et de coûts. Une fois la récolte de la plateforme effectuée, les techniciens réaliseront une analyse plus fine des rendements et de la valeur alimentaire pour chacun des essais. «Lorsque les récoltes seront réalisées, nous pourrons donner la quantité précise de protéines qui a été produite sur chacun des essais. Nous serons également en mesure de donner un coût à la tonne de protéine produite» explique Patrice Mounier.
Produire ses propres protéines présente un gros avantage pour les agriculteurs ; il permet en effet de limiter le recours aux achats de tourteaux et de réduire l’impact de la hausse des coûts des matières premières sur la trésorerie des exploitations.
Rappelons que l’apport en protéines est fondamental et a une influence directe sur le niveau de production des animaux (en lait comme en viande).

Fourrages : récolter au bon stade
Suite à ces essais, les éleveurs pourront se lancer eux-mêmes dans la production de protéagineux pour les graines. Et pour obtenir de meilleurs fourrages, les techniciens conseillent d’opter pour des espèces de légumineuses riches en protéines (luzerne, trèfle, vesce, pois fourrager...) et surtout de récolter au bon stade, c’est-à-dire suffisamment tôt pour obtenir davantage de protéines.


Véronique Gruber

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne