Aller au contenu principal

Négociations commerciales
Prise de conscience des distributeurs et des industriels

Le 17 février, Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher ont réuni le comité de suivi des relations commerciales qui rassemble les différents maillons de la chaîne agroalimentaire.

Fromages dans un champs en fleur

Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, ont réuni le comité de suivi des relations commerciales qui rassemble les différents maillons de la chaîne agroalimentaire. Il se tenait à un moment clef des négociations commerciales, puisque celles-ci doivent se conclure avant le 1er mars. Ce comité a permis de constater que les dispositions prises ont conduit à renforcer la prise de conscience des distributeurs et industriels, notamment sur la nécessité de prendre en compte des hausses de coûts de productions agricoles. Ce constat reste toutefois hétérogène et devra se concrétiser dans les quinze prochains jours par un mouvement d’ampleur pour avoir un réel impact sur le revenu des producteurs.

 

Les contrôles continuent à s’amplifier

 

Les ministres ont réitéré leur très grande vigilance sur le sujet. Les contrôles continuent à s’amplifier. Ils ont également fait part de leur volonté d’avancer à moyen terme vers des modalités de négociations plus durables, partenariales et transparentes. Celles-ci feront l’objet de discussions lors les futures réunions, en particulier sur la base des conclusions de la mission sur ce sujet confiée à Serge Papin, médiateur auprès du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, en octobre 2020.

Cette réunion intervenait donc dans une période cruciale pour les négociations. Lors de la réunion du 29 janvier, le Gouvernement avait annoncé prendre un certain nombre de dispositions : renforcement des contrôles menés par la DGCCRF quant au respect de la loi Egalim, mobilisation et renforcement de la médiation, identification des secteurs soumis à des hausses de coûts de production et dialogue renforcé, notamment au sein des interprofessions et fédérations professionnelles, lancement d’une adresse électronique pour signaler de prix ou d’étiquetage anormaux.

 

200 contrôles en 6 semaines

 

La réunion du 17 février a permis de tirer un premier bilan de ces mesures. D’une part, les négociations ne sont pas achevées et les difficultés persistent, de façon hétérogène entre enseignes, pour certaines filières, comme celle des produits laitiers ou des fruits transformés par exemple. Une tendance à la différenciation des entreprises existe et se reflète dans le taux de signature des conventions qui est, à date, plus élevé pour les PME.

D’autres parts La DGCCRF a, comme annoncé par les ministres fin janvier, renforcé son action de contrôle. Ces contrôles sont plus précoces et plus ciblés cette année, avec notamment près de 200 contrôles en 6 semaines au cours des négociations commerciales, notamment intervenant pour la première fois en période de négociations commerciales sur l’utilisation des indicateurs, sur les pénalités logistiques et sur des prix signalés comme abusivement bas. De plus la médiation des relations commerciales agricoles, comme celle des entreprises, n’ont pas ménagé leur peine pour que les entreprises sollicitent leur intervention et identifier les sujets de divergence. D’ores et déjà une dizaine de filières ont fait appel à la médiation pour une intervention transversale, sans compter les sollicitations individuelles d’entreprises.

De manière générale, les ministres appellent à cette prise de conscience collective tout comme à la mise en place de dialogues renforcés, en particulier sur les secteurs soumis à de fortes hausses des coûts de production, afin notamment de quantifier les hausses de coûts et l’évolution des marchés. La situation reste hétérogène entre enseignes et entre industriels. Les quinze prochains jours seront donc déterminants pour opérer un mouvement d’ensemble et traduire ces intentions dans les contrats. Les Ministres ont donc rappelé leur extrême vigilance sur le respect de la loi. Les contrôles notamment, se poursuivront.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

"Prune" une primipare du Gaec de Challiergues candidate à Miss Montbéliarde 2021
Pour l'élection de Miss Montbéliarde 2021, ce sont les juges qui se déplacent
L'édition 2021 vient de se dérouler sous une forme inédite mais néanmoins plébiscitée par les éleveurs et les juges, heureux de…
A Vlaprivas, le Gaec des Arrys.
Au Gaec des Arrys, l'apprenti fait partie intégrante de l'équipe
À Valprivas, les associés du Gaec des Arrys travaillent avec Florent Clémenson, un apprenti de 21 ans en BTS ACSE. Une expérience…
Le nouveau bureau de la FDSEA de Haute-Loire élu le 11 mai 2021.
Le duo Thierry Cubizolles / Philippe Chatain reconduit à la tête de la FDSEA
Le 11 mai, la FDSEA de Haute-Loire tenait un conseil d'administration électif. La nouvelle équipe se place dans la continuité du…
Miss Montbéliarde 2021 Occitanie du Gaec Elevage Negron à Bains
"Occitanie" élue Miss Montbéliarde 2021
49 vaches, et donc 49 élevages, ont participé à l'édition 2021 de Miss Montbéliarde 43 sous une forme inédite mais néanmoins…
Emeric Duclaux du pertuis, installé en fruits rouges.
Une exploitation clés en main pour Emeric
En janvier 2021, Émeric Duclaux a repris une exploitation spécialisée en fruits rouges à Riouffreyt (Le Pertuis). Une belle…
Vaches aubracs couchées dans un prés
L'aubrac passe le cap des 25 000 bovins en 2020 en Haute-Loire
Anthony Cussac, président du Syndicat aubracs revient sur l'évolution de la race en Haute-Loire et sur le rôle du syndicat au…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne