Aller au contenu principal

Action syndicale
Premier avertissement auprès de la grande distribution

Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-en-Velay, à Yssingeaux et à Brioude.

Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution

Alors que les négociations commerciales entre les transformateurs et les distributeurs se déroulent dans un climat particulièrement tendu en ce moment, le 25 janvier, la FDSEA et les JA de Haute-Loire se sont rendus dans des magasins de la grande distribution en plusieurs points du département. Par ces actions de terrain, les deux syndicats répondaient à un appel à mobilisation lancé il y a quelques jours au niveau national par la FNSEA et les JA.

Aucun centime n'est revenu dans les cours de fermes

Les équipes d'agriculteurs ont ciblé les magasins sous enseignes Carrefour, Intermarché, Super U, Auchan et Géant dans les villes du Puy-en-Velay, Yssingeaux et Brioude. Les agriculteurs ont été reçus par les responsables de magasins et ont pris le temps de faire un tour dans les rayons en compagnie des chefs de rayon. L'objectif de cette action syndicale était d'envoyer un premier avertissement à la grande distribution ! "Les négociations commerciales entre transformateurs et distributeurs qui ont débuté début janvier, ne se passent pas très bien. Non seulement la grande distribution ne tient pas compte de la hausse des coûts de production subie par les agriculteurs mais en plus elle fait pression pour faire baisser les prix auprès des transformateurs" ont expliqué la présidente des JA Laurine Rousset et le président de la FDSEA, Thierry Cubizolles. Un motif de colère pour Thierry Cubizolles qui rappelle l'engagement des agriculteurs pour continuer à produire lors du tout premier confinement en mars 2020... en ajoutant que "ces grandes surfaces alimentaires ont augmenté leur chiffre d'affaires de l'ordre de 1,8% cette même année. Le relèvement du seuil de revente à perte a par ailleurs permis de créer au moins 600 millions d'euros de valeur depuis sa mise en œuvre en 2019. Mais aucun centime n'est revenu dans les cours de fermes  ! ". Voilà les principales raisons qui ont poussé les agriculteurs des syndicats majoritaires à se rendre dans les GMS. Face aux représentants des grandes enseignes nationales pour la plupart très compréhensifs en ce 25 janvier, les agriculteurs ont pris soin de diffuser un certain nombre de messages importants. Leur principale demande porte sur l'application de la loi EGAlim : avec des prix construits "en marche avant" de l'amont vers l'aval et non pas l'inverse (schéma appliqué jusqu'à présent), une prise en compte des coûts de production supportés par l'amont et transmis jusqu'aux consommateurs et stopper certaines pratiques qui s'apparentent à des braderies alimentaires.
"La loi EGAlim prévoit un partage de la valeur à tous les étages (producteurs, transformateurs, distributeurs). Or, aujourd'hui, rien ne semble avoir changé et les charges des producteurs ont augmenté... Les prix sont toujours en berne dans toutes les filières. On a eu un espoir sur la filière lait étant donné que le coût de production des producteurs avait été acté par l'ensemble des familles de l'interprofession, ce qui aurait dû impacter le prix du lait, mais malheureusement, la crise sanitaire liée à la Covid-19 et la perspective d'une crise financière associée ont été utilisées comme prétextes pour ne pas appliquer de hausse !" regrette Thierry Cubizolles qui ajoute : "Il faut remettre de la valeur aux produits agricoles pour garder les hommes sur le territoire". Sans des prix à la production attractifs, Laurine Rousset redoute un impact négatif sur le renouvellement des générations des agriculteurs : "Et si les agriculteurs ne sont plus là, qui habitera nos communes rurales ? Quant aux distributeurs, ils n'auront plus rien à vendre ! Il en va de la responsabilité de l'aval de mettre en place des partenariats vertueux à travers des contrats engageants en termes de prix et de volumes avec les agriculteurs". "On a l'impression que les distributeurs scient la branche sur laquelle ils sont assis. Alors certes, ils jouent tous à fond  la carte du local, mais c'est sur les volumes de masse qu'ils appliquent des baisses de prix !" complète Thierry Cubizolles. Les deux responsables ont attiré l'attention sur les failles de la loi EGAlim : "les produits qui viennent de l’étranger ne sont pas concernés par la loi Egalim ; quant aux marques de distributeurs, elles échappent aux règles du  seuil de revente à perte".

L’État doit faire appliquer la loi EGAlim

À travers leurs actions, FDSEA et JA ciblent aussi l’État : "Garant des lois, l’État, au travers de ses médiateurs, doit faire appliquer et faire respecter la loi Egalim. C'est à l’État de garder un œil sur les négociations commerciales et le contenu des contrats..." indiquent les deux syndicalistes.
Cette mobilisation représente une première étape pour la FDSEA et les JA dont la cible ne se limite pas aux distributeurs ; les intermédiaires (collecteurs, transformateurs) devraient prochainement recevoir leur visite. "Et si les négociations commerciales ne se déroulent pas dans de meilleures conditions, nous montrerons les dents !" indiquent-ils de concert.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne