Aller au contenu principal

Blocage des centrales d’achat
« Pour une application claire de la loi Egalim 2 » 

En rotation entre les quatre départements auvergnats, les agriculteurs du réseau FNSEA-JA ont bloqué durant trois jours et deux nuits la centrale d’approvisionnement de vingt hypermarchés E. Leclerc, située à Yzeure dans l’Allier. 

Blocage de la centrale d'achat à Yzeure dans l'Allier.

Le blocage des centrales d’achat, initié par la FRSEA et les JA Auvergne-Rhône-Alpes ciblait clairement la grande distribution avec deux points névralgiques dans la région : la centrale d’achat (SCA Centre) de Leclerc à Yzeure dans l’Allier et celle de Carrefour, à Saint-Vulbas dans l’Ain. Les opérations ont débuté dès le mercredi 23 février, au soir, vers 17 h, avec, pour objectif, de s’inscrire dans la durée. Un choix stratégique pour les agriculteurs, dans un contexte de promulgation en fin d’année de la loi alimentation et sa partie contractuelle rendue obligatoire pour certaines productions, certains secteurs et catégories d’animaux. Des étapes qui vont s’échelonner dans le temps pour une mise en place progressive. « Nous sommes sur une échelle de temps inhabituelle où nous devons peser sur les négociations commerciales qui se termineront d’ici quelques jours. Nous avons, d’ores et déjà, des retours mitigés, notamment ceux de Patrick Bénézit (secrétaire général adjoint de la FNSEA), qui a participé mardi dernier, au comité de suivi des relations commerciales à Paris, en présence du ministre de l’Agriculture, des acteurs de la distribution et de la DGCCRF ; cette dernière ayant un œil particulièrement attentif », précise David Chauve, secrétaire général de la FRSEA Auvergne-Rhône-Alpes. 

Améliorer la rémunération des producteurs  

« Une loi qui avait pourtant pour objectif d’améliorer la rémunération des producteurs. On a peut-être un peu tendance à l’oublier mais l’essence même de la loi était dans cet état d’esprit » rappelle David Chauve. Administrativement appelée Egalim 2, cette loi a été élaborée grâce à l’implication de nombreux responsables de la profession qui ont fortement œuvré, notamment au niveau régional. « Ils ont fait en sorte qu’il y ait une véritable sécurisation des situations des producteurs avec une prise en compte des coûts de productions. Cela est désormais écrit noir sur blanc sans négociabilité des matières premières avec une sanctuarisation de la valeur de la production agricole entre le producteur et le premier acheteur », détaille David Chauve. 

Autant dire une révolution culturelle pour bon nombre d’acteurs de la filière… « On est en train de transférer le risque dans le milieu de filière. Il était, jusque là, supporté uniquement par le maillon de la production. Nous sortons donc les opérateurs de leur zone de confort. Les producteurs ont été pressurisés à leur maximum. Désormais d’autres défis majeurs doivent être relevés tels que le renouvellement des générations et la construction du prix à travers des rapports de forces inégaux », insiste l’éleveur puydômois.

Une loi qui doit s’appliquer et dont les producteurs doivent se saisir 

Egalim 2 constitue donc une opportunité mais aussi un piège pour les producteurs s’ils ne s’en saisissent pas. David Chauve indiquant qu’ « il faut reconnaître que le ministre de l’Agriculture s’est engagé à mettre en ordre les affaires avant la fin du quinquennat. Nous devons donc en saisir l’opportunité car, après, il sera trop tard ». 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Nicolas et Lise Russier avec Florent Gagne, conseiller énergies renouvelables à la Chambre d'agriculture (à gauche sur la photo).
Pas de bâtiment sans panneaux photovoltaïques !
Au Gaec Salers et Bol d'Air, l'énergie photovoltaïque tient une place très importante. Deux centrales (100 kWc et 190 kWc) sont…
Ici en compagnie de Maurice Imbert, Jérôme Ambert élève 300 brebis sur 70 ha et commercialise ses agneaux  au marché de Saugues.
2 brebis et 1 agneau dévorés : le loup a laissé des traces à St Jean de Nay
Le loup a encore frappé, cette fois-ci sur la commune de St Jean de Nay, en plein cœur du département. L'éleveur, totalement…
Les différents ateliers ont capté l'attention des visiteurs venus nombreux.
La prairie et l'autonomie fourragère au centre de la journée Innov'Action
À Lapte au Gaec Les Aulanais, une centaine d'agriculteurs et de nombreux étudiants ont participé à une journée technique autour…
Sécheresse et application de la loi Ega : le ministre attendu de pied ferme au Sommet
Alors que la décapitalisation du cheptel s’accélère dans des proportions inquiétantes, les éleveurs du berceau des races à viande…
La table ronde était animée par l'agence Excepto, société qui édite votre journal la Haute-Loire Paysanne.
Congrès FNO : "La contractualisation donne des perspectives d'avenir à notre métier"
Cinq intervenants ont débattu sur l'application, en filière ovine, de la contractualisation rendue obligatoire par la loi Egalim…
Louis Merle avec son taureau Montrésor qui défilera bientôt à Cournon.
L'élevage Merle en pleins préparatifs du National Charolais à Cournon
A St Maurice de Lignon, les associés du Gaec Élevage Merle se préparent à participer au concours national Charolais organisé dans…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne