Aller au contenu principal

PAC
« Pour que la future PAC s'inscrive dans la continuité des dispositifs existants »

Les élus des zones de montagne prennent position pour défendre une politique agricole forte en faveur de ces territoires où l'agriculture est essentielle.

Un troupeau de mouton en pâture dans un champs.

A l'instar de Jean-Pierre Vigier député de Haute-Loire qui a pris position lors d'une rencontre des élus de la Montagne, pour que "la future PAC s’inscrive dans la continuité des dispositifs existants, afin d’assurer la pérennité de nos montagnes" (lire HLP semaine 06), nos parlementaires Isabelle Valentin députée et Olivier
Cigolotti sénateur, ont eux-aussi co-signé une tribune ou une lettre au ministre de l'Agriculture allant dans le même sens.

L'agriculture de montagne, une activité essentielle

Ainsi plusieurs parlementaires de zones de montagne, comme Olivier Cigolotti, veulent attirer l'attention du Ministre sur "les enjeux et les difficultés rencontrés par l'agriculture de montagne". Et face à cela, ils insistent sur des priorités quant à la future PAC : maintien des ICHN à leur niveau actuel, maintien des aides couplées pour la pérennité des filières d'élevage, accompagnement des filières de valorisation des produits de montagne, soutien à l'installation par un renforcement de la DJA, application du paiement redistributif pour favoriser les petites exploitations et structures familiales, intégration des surfaces pastorales dans la définition des prairies permanentes, création d'un Fonds de Mutualisation du risque climatique pour assurer toutes les productions fourragères et pastorales face aux aléas climatiques.

Et de rappeler que l'agriculture des zones de montagne représente une "activité essentielle pour le développement économique (des) territoires ruraux".

"Il y a urgence à agir collectivement…"

Par ailleurs, dans une Tribune d'André Chassaigne sénateur du Puy-de-Dôme co-signée par 34 parlementaires dont Isabelle Valentin, les parlementaires du Massif central et des autres massifs français, soulignent "qu’il y a urgence à agir collectivement pour assurer la survie des exploitations agricoles de nos territoires. Nous le savons, beaucoup de ces exploitations agricoles sont en sursis. (…) Plusieurs dizaines de milliers d’emplois agricoles sont menacés dans les 5 prochaines années sur nos territoires de montagne. Avec eux, ce sont des activités et services essentiels à une ruralité vivante qui sont voués à disparaître. Car nos exploitations d’élevage herbager ne font pas seulement que produire des viandes et produits laitiers d’excellence. Elles stockent du carbone et regorgent de biodiversité. Elles sont à la base de l’attractivité touristique avec les millions d’hectares de prairies pâturées par les troupeaux qui façonnent nos paysages ouverts aux activités de nature. Elles créent et maintiennent les emplois dans la transformation agroalimentaire locale. Elles permettent de maintenir une qualité de vie et des services publics essentiels au quotidien".

Les parlementaires rappellent que la loi montagne de 2016 a réaffirmé l’importance des soutiens spécifiques aux zones de montagne pour assurer le dynamisme de l’agriculture. Et selon eux, "la future PAC 2021 – 2027 ne peut être juste si elle n’est pas d’abord au service des productions les plus durables et les plus fragiles, telles que l’élevage en zones de massifs et défavorisées. Si la prochaine PAC doit évidemment accompagner la " transition " des systèmes les moins vertueux vers une production plus durable, elle doit prioritairement récompenser aussi les exploitations agricoles qui ont su, depuis des décennies, et souvent en l’absence de toute rentabilité, préserver un modèle à haute valeur environnementale : celui de notre agriculture de montagne".

Les co-signataires de cette tribune formulent collectivement trois demandes primordiales dans le cadre des négociations en cours : "Nous voulons que nos éleveurs conservent, au moins à leur niveau actuel, les aides couplées du premier pilier de la PAC dont dépend entièrement la survie de leurs exploitations. Selon les derniers chiffres des comptes nationaux de l’agriculture, la seule aide couplée de la PAC représentait 80% du revenu des éleveurs de bovins de race à viande, en 2019 ! Nous voulons que les surcoûts qu’ils subissent, liés aux " handicaps naturels " de nos territoires, continuent d’être compensés à leur juste niveau, à travers une ICHN forte, centrée sur l’élevage. Nous voulons que la PAC rémunère l’ensemble des services environnementaux rendus par nos exploitations familiales et herbagères".

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Trois génisse Fin Gras du Mézenc en pâturages.
Fin Gras du Mézenc : une saison 2021 pas comme les autres
La saison 2021 du Fin Gras du Mézenc est ouverte depuis le 1er Février. 1 250 animaux devraient être commercialisés…
Responsables professionnels et parlementaires ont échangé sur la réforme de la PAC le 29 janvier à Cussac.
Conserver les aides couplées et sanctuariser l'ICHN
Le 29 janvier, la FDSEA et les JA ont convié les 4 parlementaires de Haute-Loire sur le Gaec des Cabarets pour évoquer les points…
Bard Julien éleveur à Lorlanges (43)
« Un peu plus de fumier et de lisier, c’est une sécurité financière et agronomique"
À Lorlanges, Julien Bard et ses deux associés croient en la production porcine. Ils témoignent de l’intérêt agronomique de faire…
Vaches à l'abreuvoir
Plan de relance : Quelles sont les mesures ouvertes et les conditions d’éligibilité ?
Le plan de relance défini par l'Etat comporte un programme " Transition agricole, alimentation et forêt " doté d’1,2 milliard d'…
Action syndicale FDSEA/JA contre la grande distribution
Premier avertissement auprès de la grande distribution
Le 25 janvier, des représentants de la FDSEA et des JA de Haute-Loire sont allés à la rencontre de la grande distribution au Puy-…
L'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André sur la commune de St André de Chalencon.
Montbéliarde : Un temps d'échanges entre éleveurs
Président et technicien de Montbéliarde Elevage se sont rendus sur l'exploitation laitière de Michel Fayolle et son frère André…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne