Aller au contenu principal

Pour le nouveau ministre de l’Agriculture, Jacques Mézard, «la tâche est immense»

Proche parmi les proches du nouveau président de la République, le sénateur cantalien, Jacques Mézard, a été nommé ministre de l’Agriculture.Première interview.

«Ce qui est important en premier lieu, c’est de nouer un dialogue, une concertation avec les représentants des organisations agricoles et des filières».

Son nom n’est pas forcément celui qui circulait ces derniers jours parmi les multiples spéculations des experts et commentateurs. D’ailleurs, sur la scène agricole hexagonale, Jacques Mézard fait figure d’inconnu si bien que les coups de téléphone ont été nombreux mercredi pour décrocher une biographie, une photo, un portrait du nouveau ministre. Pour les éleveurs cantaliens, la nomination du sénateur, président de la Caba et ancien conseiller général de la vallée de la Jordanne, est moins une surprise, eux qui ont eu l’occasion ces dernières années de le solliciter sur des dossiers sensibles. Et de mesurer la portée de son action et de ses réseaux. On se rappelle notamment de son implication pour réouvrir les frontières turques aux broutards français et de la venue de l’ambassadeur d’Ankara dans le Cantal, à son invitation. Un ministre, issu d’un territoire on ne peut plus rural et du tout premier cercle d’Emmanuel Macron qu’il a rejoint très tôt, et qu’il a alimenté toute la campagne en fiches sur l’agriculture. Un profil rassurant pour les agriculteurs du Massif central, lui qui depuis des décennies sillonne les vallées, plateaux cantaliens et côtoie ce monde paysan dans des comices qu’il n’a jamais boudés. Farouchement attaché à sa liberté de parole et à son indépendance, ce bosseur invétéré aux répliques bien trempées, qui jusqu’aux derniers jours répétait «qu’il s’était engagé sans jamais rien demander en retour» va néanmoins devoir composer avec les arcanes et le devoir de cohérence d’un gouvernement composite promis à plus d’un obstacle.  
Échange jeudi matin à moins d’une heure de son premier conseil des ministres.

Vous êtes nommé à l’agriculture, un secteur qui a vu les crises s’enchaîner depuis deux ans. La tâche s’annonce ardue...
Jacques Mézard : La tâche est immense comme dans beaucoup de domaines d’ailleurs, mais plus particulièrement dans celui-là. On sait les difficultés de nos agriculteurs, qui sont soumis plus que d’autres à de multiples contingences. Je pense aux aléas climatiques, sanitaires, à des tas d’impératifs qui rendent les choses difficiles. Ce qui est important en premier lieu, c’est de nouer un dialogue, une concertation avec les représentants des organisations agricoles et des filières. Et je note avec beaucoup de plaisir que les premières réactions, particulièrement celle de la FNSEA, ont été sympathiques. Je suis aussi heureux de voir que nous avons dans notre département, le Cantal, des représentants du monde agricole de qualité, écoutés. Je pense que nous allons pouvoir travailler avec confiance, c’est un élément important.

Quels vont être les dossiers prioritaires des prochains jours ?
J. M. : On va s’attaquer à la question des États généraux de l’alimentation, c’est un dossier très important pour le monde agricole, sur lequel il va falloir aller vite et qui mettra autour de la table producteurs, transformateurs, distributeurs et bien sûr les consommateurs. Ce n’est pas une partie à trois, mais bien à quatre. C’est un dossier qui correspond à la volonté du président de la République d’avancer sur la question du prix payé aux producteurs, on sait leurs efforts pour satisfaire la demande de qualité de nos concitoyens de plus en plus attentifs à leur alimentation. Il faut que nous allions très vite vers l’amélioration et la modernisation des circuits de production et commercialisation avec un nouvel équilibre des relations commerciales qui fasse que les producteurs soient mieux rémunérés financièrement pour les efforts qu’ils fournissent. S’ils doivent toujours faire mieux pour être payés moins, ce n’est pas possible. Je ne dis pas que ce sera facile et que je réussirai sur ce dossier majeur mais je dis que je veux réussir. Les autres gros enjeux portent sur les retards de paiement des aides Pac, et la révision de la Pac bien sûr, mais il y a aussi le dossier des exportations, la question du bien-être animal, des normes... tous ces dossiers que l’on a déjà suivis ensemble avec les éleveurs du Cantal.

Vous entrez dans un gouvernement hétéroclite, aux influences très diverses avec un ministère d’État à la Transition écologique et solidaire confié à Nicolas Hulot. Comment envisagez-vous la synthèse ?
J. M. : J’ai l’habitude de dire ce que je pense et de faire ce que je dis. Et je n’entends pas déroger à mes convictions. Mais je n’ai pas d’a priori, ni de raison d’être dans une situation défensive, ou dans un conflit de périmètre. Je souhaite travailler dans un esprit de concertation et de proposition.  C’est aux actes qu’on juge. D’ailleurs, pour avoir suivi les discussions entre Nicolas Hulot, sa fondation et la FNB (Fédération Nationale Bovine), je sais que des rapprochements sont possibles.

Jacques Mézard

Natif d’Aurillac, Jacques Mézard est avocat de profession. Il adhère au Parti radical de gauche (PRG) depuis 1967, est sénateur du Cantal depuis 2008 et préside le groupe RDSE du Sénat depuis six ans. Il a été rapporteur de plusieurs projets ou propositions de loi autour de dossiers qui lui tiennent à cœur : ruralité, aménagement des territoires, indépendance de la justice... Localement, il a été adjoint au maire d’Aurillac (1983-1992), conseiller général du canton d’Aurillac IV de 1994 à 2008, il préside la communauté d’agglomération du bassin d’Aurillac depuis 2011.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne