Aller au contenu principal

Rapport
Pour François Bayrou, l’agriculture est une question d’avenir 

Dans un rapport de 52 pages (1) qu’il a rendu public le 9 juillet, le Haut-commissaire au Plan, François Bayrou dresse les fragilités et les atouts de l’agriculture française et défend " un projet de reconquête ".

François Bayrou haut-commissaire au plan.

" Aujourd’hui l’agriculture constitue un domaine essentiel pour la reconquête de l’appareil de production (… Elle) doit demeurer un élément cardinal de la puissance économique française ", écrit François Bayrou qui cite " l’attachement culturel à notre agriculture et à notre alimentation ". Mais auparavant il pointe les cinq grandes crises dont le monde agricole a souffert depuis le tournant des années 2000 et qui constituent autant de marches à franchir que les agriculteurs/trices puissent " relever sans faiblir les défis du siècle ". 


Rupture de reconnaissance
Première d’entre elles, la chute du commerce extérieur et augmentation de notre dépendance à des produits sur lesquels la France était autonome il y a quelques décennies (fruits, légumes, produits carnés…) " La France a vu ses parts de marché au niveau mondial reculer de presque 8 % en 2000 à 4,7 % en 2019 ". Ensuite, la diminution de la population active agricole et ses deux corollaires que son l’augmentation de la SAU moyenne (63 ha en 2016 contre 56 ha en 2010 et 6 ha en 1960) et le vieillissement de la population. La troisième grande crise est selon lui, l’évolution des régimes et pratiques alimentaires au plan mondial vers une " uniformisation ", un vrai défi à relever " alors même que la population mondiale passera de 7,7 milliards actuellement à 9,7 milliards en 2050 ", souligne le rapport. Quatrième crise à laquelle les agriculteurs sont confrontés : le dérèglement climatique dont les aléas extrêmes pèsent, in fine, sur le système de production et alimentaire, et enfin une crise psychologique " extrêmement lourde (…) vécue comme une rupture de reconnaissance ", et consécutive des quatre premières.


Démarche réaliste et positive
Pour remédier à ces maux et reconquérir des parts de marché, il importe de " réconcilier la production et l’impératif climatique et environnemental ", plaide l’ancien ministre. Ses pistes ? : le piégeage du carbone, la plantation de haies, l’utilisation des protéagineux " notamment en cultures dérobées ou en rotation rapide pendant l’année " mais également " une équité et une loyauté de la concurrence ". Sur ce point, il précise que " les exigences, les impératifs, les normes qui sont imposés aux producteurs français ne peuvent pas être ignorés lorsqu’il s’agit d’importations des produits qui concurrencent nos productions ".
Ouvertement en faveur des clauses miroirs, il défend également la recherche française, en particulier la sélection variétale des plantes. " On a vécu la révolution de l’hybridation du maïs qui a multiplié par quatre nos rendements depuis la fin de la guerre. Ce travail sur les espèces fragiles leur permettra de mieux supporter le changement climatique prévisible. Vouloir interrompre cela, c’est absurde et contraire à ce que l’on fait depuis des milliers d’années ", a-t-il confié à nos confrères du Figaro.
François Bayrou s’engage aussi clairement pour la mise en place de retenues d’eau. " On a (…) raison de ne pas accepter le pompage des nappes phréatiques profondes pour les besoins de l’irrigation. Mais retenir les trombes d’eau de l’hiver pour les libérer pendant les périodes de sécheresse, dont la fréquence a augmenté ces dernières années, est une démarche réaliste et positive ", écrit-il dans son rapport. 

1. 115 pages si l’on compte l’annexe et les deux notes complémentaires.
2. Le Figaro du 9 juillet 2021.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Mal-être, agriculteur en difficulté, suicide.
Mal-être des agriculteurs : les propositions du CAF
Alors que le ministre de l’Agriculture doit présenter un plan d’actions à la rentrée 2021, le Conseil de l'Agriculture Française…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne