Aller au contenu principal

Pour acheter ses semences de maïs, bien choisir son indice de précocité

Les essais maïs ensilage 2010 implantés à St Paulien par les services de la Chambre d'Agriculture et l'Association Céréales Montagne, confirment que les variétés très précoces sont les plus adaptées pour le secteur du Velay Volcanique. Par ailleurs, il convient de privilégier les semis début mai.

En raison de son coût élevé, on ne peut pas prendre le risque de rater sa culture de maïs.

Les essais menés par la Chambre d’Agriculture et l’Association Céréales Montagne en 2010 à St-Paulien l’ont encore confirmé, l’indice de précocité des variétés semées conditionne directement le niveau de maturité des maïs à la récolte. Sur la même durée de croissance, on observe un écart de 3 % de matière sèche entre des maïs très précoces (indice 180 à 210) et des maïs précoces (indice 220 à 250). Ceci signifie que pour qu’un maïs précoce rattrape la maturité d’un maïs très précoce, il faut le laisser une dizaine de jours de plus sur pied. Vu le risque de gel dans nos zones de montagne fin septembre, le risque est fort pour que l’on n’atteigne pas le stade suffisant pour un remplissage optimal des grains, qui apportent tout l’intérêt de la culture du maïs. Sachant que l’objectif des 30 % de matière sèche n’est pas toujours facile à atteindre à nos altitudes et au vu des aléas climatiques, il est important de choisir des variétés très précoces.

Privilégier des semis début mai
Ce constat nous amène également à spécifier que les journées du mois de mai sont plus efficaces en moyenne, sur la croissance du maïs, que les journées du mois de septembre. Il est donc important de privilégier des semis précoces, début mai de préférence, pour capter au maximum le potentiel de croissance du printemps. Il faut savoir que, avant 6 feuilles, le gel n’est pas irréversible, le plant de maïs a la capacité de repartir en végétation. Sur une culture proche de la récolte, le gel bloque son développement, il faut la récolter même si elle n’a pas atteint 30 % de MS.
La mise en place d’une culture de maïs a un coût assez élevé, on ne peut donc pas prendre le risque de rater cette culture. Avec une variété adaptée à sa région pour les raisons que l’on vient de citer, on s’assure d’une quantité de stock fourrager par le maïs ensilage, mais surtout d’une qualité qui optimise la ration de son troupeau à un moindre coût. Les aliments complémentaires ne permettent pas de tout rattraper lorsque l’on a une ration de base de mauvaise qualité. Cette ration à base de maïs est à compléter par l’herbe récoltée en bonnes conditions (ensilage et/ou foin) qui apporte des fibres et rééquilibre en azote.

Zoom sur les variétés
Pour revenir aux variétés mises en place en 2010 sur la plateforme de St-Paulien (Anjou 258, LG 31 90, Rebbel, Coxximo, Sensation, Sphinxx, Koloris, Ronaldinio, Musixx, PR 39T83, LG 32 77), toutes dépassent les 0,90 UFL, avec Torres et Es Anabelle qui atteignent 0,96 UFL dans les conditions de cette année. Les variétés les plus riches en amidon sont des variétés très précoces : Coxximo, Rebbel, Sensation. Sur une même durée de végétation, même si les variétés précoces ont un potentiel de rendement en vert supérieur au variétés très précoces, leur manque de maturité leur donne un rendement en matière sèche par hectare de même niveau.

Voir les résultats sur le site de la Chambre d'Agriculture www.haute-loire.chambagri.fr

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Agriculteurs, candidats et élus locaux ont participé en nombre à ce temps d'échange au Gaec de la Petite Croix
Le grand oral de trois candidates
Le 27 mai, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont rencontré les candidats de la 1ère circonscription sur le Gaec de la Petite…
Les anciens exploitants ont participé en nombre à l'assemblée générale de la section.
Les anciens exploitants toujours mobilisés !
Le 7 juin, les membres de la Section Départementale des Anciens Exploitants de la FDSEA de Haute-Loire (SDAE 43) se sont réunis à…
Yannick Salgues avec Nathan et les représentants de la FDSEA et des JA tout près de l'antenne relais que l'on aperçoit à gauche.
L'avertissement de la FDSEA et des JA
Alors que la justice a ordonné la suspension provisoire de l'antenne relais, 17 jours après elle était encore en fonctionnement.…
Le Fin Gras du Mézenc a attiré les foules de visiteurs ce dimanche à St Front.
Affluence autour du Fin Gras du Mézenc à Saint-Front
La fin de la saison de commercialisation de l'AOP Fin Gras du Mézenc a été célébrée en beauté le dimanche 5 juin à Saint-Front.…
Les 7 candidats qui ont répondu à l’invitation de la FDSEA et des JA le 3 juin à Saugues.
Problématiques agricoles : les candidats de la 2ème circonscription à l'épreuve
Le 3 juin c'était au tour des candidats de la 2ème circonscription de présenter leurs programmes et ambitions pour l'agriculture…
Le 26 janvier dernier, à l'appel de la FRSEA Auvergne Rhône-Alpes, la mobilisation s'est organisée à  Clermont-Ferrand en soutien aux producteurs de Coopal dont les contrats de productions sont bafoués  par leur opérateur SLVA, filiale de Terra Lacta.
SLVA joue la montre, 300 producteurs de lait menacés
De nouveaux rebondissements dans l'affaire qui oppose la coopérative laitière des Monts d’Auvergne à Coopal.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne