Aller au contenu principal

Porter la voix de l’agriculture dans les communes

Agriculteur et responsable agricole bien connu en Haute-Loire, Mikaël Vacher est aussi maire de sa commune, Chassagnes. Il sera candidat aux prochaines élections, ce printemps.

Mikaël Vacher devant son “deuxième bureau” :  la mairie de Chassagnes.

Agriculteur installé en Gaec avec sa mère, Isabelle, et son père Jean-Paul en tant que salarié sur l’exploitation laitière conduite en bio, Mikaël Vacher est connu pour ses responsabilités agricoles de vice-président à la Chambre d’agriculture et d’administrateur à Haute-Loire Conseil Elevage. 
Très investi sur son territoire, depuis 2014, Mikaël est maire de Chassagnes, une petite commune de 167 habitants sur 1200 ha où agriculture et forêt se partagent l’espace.
Son investissement sur sa commune a débuté en 2008, lors de son installation : «À l’époque, j’ai souhaité intégrer le conseil municipal de Chassagnes. Car selon moi,  les conseils municipaux doivent rassembler des personnes du terroir et des personnes qui ont des activités économiques sur la commune. Or, sur Chassagnes, il y a peu d’entreprises et l’activité agricole est largement majoritaire. Et Chassagnes dispose d’un maire agriculteur depuis des décennies...». Après son expérience en tant que conseiller municipal pendant 6 ans, Mikaël est devenu maire au mandat suivant.
«Le maire sortant ne souhaitait pas se représenter et parmi les membres de l’ancien conseil municipal, nous n’étions que 2 à vouloir repartir. Nous avons donc constitué une liste ouverte et à l’issue des élections, on m’a demandé de prendre la responsabilité de maire».  Après mûre réflexion, Mikaël a accepté en gardant en tête que c’était une bonne manière de défendre l’agriculture de sa commune.
Même si la compétence agricole est détenue par l’intercommunalité, Mikaël fait tout ce qu’il peut pour faciliter l’activité agricole sur son territoire.
L’école : la priorité numéro 1
Outre l’agriculture, activité qui fait l’objet de toute son attention, le  jeune maire de Chassagnes reste attentif à deux priorités : garder la   commune la plus dynamique possible et la population la plus jeune possible.
La jeunesse de Chassagnes est même la priorité numéro 1 de Mikaël qui, comme ses prédécesseurs, a dû se battre pour conserver l’école ouverte. «La municipalité s’est battue auprès de l’Académie et de l’inspecteur d’Académie de Haute-Loire ; après un échange constructif avec ce dernier, nous avons obtenu un regroupement pédagogique avec l’école de Mazeyrat d’Aurouze». Désormais, 19 élèves sont scolarisés en RPI à Chassagnes et 13 élèves à Mazeyrat.
Il veille sur l’activité agricole
Sur la question agricole, le maire a dû à plusieurs reprises reprendre sa casquette d’agriculteur et de responsable agricole. Il est ainsi intervenu dans des conflits en lien avec l’épandage de phytosanitaires, une problématique récurrente à l’heure actuelle. «Grâce à la connaissance que j’avais des pratiques agricoles et des produits épandus, j’ai pu expliquer et argumenter auprès des personnes concernées. Et en tant que maire, j’ai pu leur expliquer que le matériel d’épandage était adapté à ce genre de produits et suffisamment précis pour éviter une contamination en dehors de la parcelle. Je leur ai également dit qu’un certain nombre de paramètres (vent, pluie...) sont pris en compte par l’agriculteur au moment des épandages. En même temps, j’ai invité l’agriculteur concerné à continuer à prendre toutes ses précautions lors des épandages. Si je n’avais pas été agriculteur, ce conflit n’aurait probablement pas eu la même issue» indique-t-il.
Mikaël a également été amené à expliquer à son équipe d’élus, l’intérêt de procéder à l’entretien régulier des pistes agricoles et forestières qui font partie des compétences communales. «Il faut tout de même comprendre que l’agriculture et la forêt sont les premières activités de Chassagnes ! Nous avons un parc de chemins en excellent état depuis des décennies et je tiens à ce qu’il le reste».
Si la commune n’est pas du tout impactée par le phénomène d’urbanisation, consommateur d’espace agricole, Mikaël Vacher est parfois amené à s’exprimer sur différents sujets agricoles (projets de méthanisation ou d’installation...) à l’échelle de l’intercommunalité qui le concerne :  celle des Rives du Haut Allier. Une entité qu’il trouve, d’ailleurs, bien trop vaste avec ses 65 communes et où «il est difficile de trouver son rôle».
Ce qu’il apprécie dans sa responsabilité de maire, c’est de pouvoir conduire des projets jusqu’au bout.
Même si parfois c’est un peu difficile pour lui de concilier son activité d’agriculteur avec la mairie (question de temps), il ne regrette rien et entend même se représenter aux prochaines élections ce printemps.
«Je suis en mairie tous les vendredis matin et en dehors de cette permanence, ma présence en mairie est aléatoire, tout dépend des besoins. En tant qu’agriculteur, je suis présent sur la commune et on sait où me trouver !».
Avis aux agriculteurs
Alors que les élections municipales approchent à grands pas (dimanche 15 mars et 22 mars 2020), Mikaël invite les agriculteurs du département à entrer dans les conseils municipaux de leur commune afin d’appuyer les décisions communales et de porter la voix de l’agriculture : «Si ce ne sont pas les agriculteurs qui parlent d’agriculture, alors d’autres, qui pensent connaître notre domaine d’activité, en parleront à notre place».

Chassagnes en chiffres
La commune de Chassagnes  s’étend sur 1200 ha et rassemble 167 habitants. L’activité principale de la commune est l’agriculture avec 6 exploitations agricoles en activité. Si le nombre d’exploitations a diminué ces dernières années, le nombre d’actifs agricoles s’est maintenu. 2 chefs d’exploitation arrivent ces temps-ci, à l’âge de la retraite et sont pour l’instant sans repreneur, une source d’inquiétude pour le maire. L’agriculture et la forêt se partagent le territoire communal.
3 artisans sont installés sur la commune : 2 ferroniers d’art - menuisiers et un artisan brasseur.
Une grosse majorité des habitants de la commune travaillent à l’extérieur de Chassagnes. Selon Mikaël Vacher, ces habitants-là n’ont pas tout à fait la même vision de leur commune ni les mêmes priorités pour cette denrière.

Gaec des Vachers
Mikaël est installé en Gaec avec sa mère Isabelle tandis que son père, Jean-Paul est retraité et salarié à mitemps sur la ferme. Tous deux exploitent 105 ha de SAU et élèvent 80 vaches laitières de races montbéliarde, abondance et jersiaise.
Leur production s’élève à 400 000 L de lait bio livrés à Sodiaal.  Le Gaec des
Vachers dispose d’une activité complémentaire de mai à septembre : l’agri-tourisme sous la forme d’une ferme de découverte.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Petit veau dans une case paillée
2020 : une année catastrophique
Les cours des petits veaux de lait s'effondrent depuis déjà plusieurs années. Le point avec les opérateurs de la filière en Haute…
jeune garçon à la traite d'une montbéliarde
Affaires qui marchent cherchent repreneurs
Les chambres d’agriculture d’Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour favoriser le renouvellement des générations en agriculture…
Prairie du Mézenc ravagée par les campagnols terrestres, et pâturées par des génisses.
Le syndicalisme organise une cellule de crise avec toutes les organisations professionnelles
FDSEA et JA ont réuni les représentants de l'administration et des OPA départementales, à St Front au cœur du secteur fortement…
Brebis BMC en bergerie
La filière ovine recrute
Faire naître de nouvelles vocations d’éleveurs ovins est la colonne vertébrale du programme Inn’ovin initié par l’interprofession…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne