Aller au contenu principal

Porc : des cours anormalement bas

Alors qu’on manque de porcs pour satisfaire le marché, depuis quelques semaines le cours français dévisse... Réaction de Maurice Imbert, président de l'association Porc de Haute-Loire

Les cours du porc dévissent...

Quelle analyse faites-vous de l’évolution des cours du porc en Haute-Loire ces derniers mois ?
Maurice Imbert, président de l’association pour la promotion du porc de Haute-Loire : 2017 a été une année correcte pour les producteurs avec une moyenne du cadran breton à 1,37€. Les cours ont plafonné autour de 1,50€ en juin. Le marché s’est ensuite détendu à partir du mois de juillet, ce qui est paradoxal en cette saison où la consommation est habituellement dynamique. Et depuis juillet 2017, les cours n’ont pas cessé de baisser pour atteindre 1,15€ -1,20€ à l’heure actuelle. Cette année, le redressement estival des cours ne s’est pas fait sentir alors que tous les indicateurs sont au vert !
Au 1er semestre 2018, les cours ne se sont pas relevés et ce pour plusieurs raisons : la conjoncture favorable de 2017 a induit une hausse de la production ; tension sur les marchés à l’export ; la peste porcine sur l’Est de l’Europe a rendu les pays acheteurs frileux ; la météo catastrophique n’a pas encouragé la consommation.
Depuis le 15 juin, la météo est pourtant favorable à la consommation, même si cette dernière est quelque peu impactée par les lobbies anti-viande. Les fortes chaleurs handicapent la croissance des cochons, ce qui induit une baisse du volume de porcs abattus. Les marchés à l’exportation se sont réouverts grâce à un important travail conduit par l’interprofession INAPORC... En somme, tous les indicateurs sont au vert et les cours ne remontent pas !

Pourquoi les cours ne remontent-ils pas  ?
M.I : Les coopératives, en particulier la Cooperl, ne jouent pas le jeu et ne font aucun effort pour valoriser la production porcine. Ces grandes coopératives semblent vouloir tout contrôler et fragiliser les éleveurs, certainement pour les obliger à entrer dans un système d’intégration... C’est inadmissible que les cours soient inférieurs à celui du marché du porc breton. C’est du jamais vu !
Les éleveurs sont en colère contre ces grands groupes et également contre le gouvernement qui ne semble plus vouloir redonner du prix au producteur dans le cadre de la loi Alimentation.
C’est justement pour contrer ces baisses de prix, qu’un accord de filière a été conclu en Haute-Loire, entre les acteurs de la démarche “Le Porc de Haute-Loire”. Cet accord permet de lisser le prix du porc pour envisager l’avenir plus sereinement dans les exploitations.
Les éleveurs redoutent à présent une hausse du prix de l’aliment porcin suite à l’augmentation récente du prix des céréales (+20€/tonne la semaine dernière). 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Jean-Luc Chauvel aux côtés d’Hugues Pichard, qui vient de lui succéder à la présidence de Races de France.
La génétique au service de l’économie des territoires
Avant de passer la main, Jean-Luc Chauvel, président de l’organisme de sélection races ovines des Massif (Rom Sélection), est…
Paysage rural près de St Paulien avecparcelles labourées.
La future PAC s’écrit à deux plumes, européenne et nationale
Les membres des Bureaux FDSEA et JA de Haute-Loire étaient réunis la semaine dernière pour une présentation des grandes lignes de…
«L’agriculture, un métier qui fait vivre des hommes et des femmes…»
La présidente des Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, Laurine Rousset, analyse à chaud les propos du Ministre de l’Agriculture…
Fille et poulet
JA et FDSEA claquent la porte de la CDOA
Lors de la dernière CDOA, mercredi 21 octobre, les représentants JA et FDSEA de Haute-Loire, ont exprimé leur mécontentement et…
Julien Denormandie Ministre de l'Agriculture
« J’appelle les agriculteurs à prendre part massivement au recensement agricole »
Une nouvelle campagne de recensement agricole va démarrer le 1er octobre. Interrogé par Agra Presse et un pool de journalistes de…
Julien Gérenton devant son troupeau de brebis
Julien Gérenton est heureux : ses brebis, blanches ou noires, sont
Julien Gérenton, installé à St Vincent, vient de réceptionner son troupeau de brebis Blanches du Massif central  qui arrivent du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne