Aller au contenu principal

Sangliers
Plus de 60 agriculteurs rencontrent le Préfet

Sur les secteurs de La Chaise-Dieu et Paulhaguet, les agriculteurs expriment leur "ras-le-bol" face aux trop nombreux dégâts causés par les sangliers. Ils ont rencontré le Préfet pour lui faire part de leur problème et attendent maintenant des solutions rapides, fermes et efficaces.

Après plusieurs mois de “ras-le-bol” suite aux nombreux dégâts provoqués par les sangliers sur les exploitations des cantons de la Chaise-Dieu et de Paulhaguet, Alain Fouillit, agriculteur et Maire de St Pal de Senouire, a demandé une rencontre avec Monsieur le Préfet afin de trouver des solutions à ce problème. Plus de soixante agriculteurs étaient présents ce mardi 6 juillet afin d’expliquer l’ensemble des problèmes causés par les sangliers (dégâts sur les prairies et les cultures, clôtures cassées, bêtes apeurées, butyriques dans le lait, perte de revenu, etc.).
« Ça suffit, il y en a marre, on ne veut plus d’agrainage sur le massif, on veut que les sangliers soient tirés efficacement jusqu’à fin janvier » a insisté un agriculteur. Les agriculteurs présents ont demandé l’arrêt de l’agrainage et l’ouverture anticipée de la chasse au 15 août sur tout le massif ; ils trouvent anormal qu’il y ait des sangliers dans des forêts majoritairement constituées de conifères. Sans agrainage, il n’y aurait plus de nourriture pour les sangliers dans ces forêts. La solution parait simple.
Des exemples d’agrainage clandestins ont été montrés au Préfet. Les infractions n’étaient jusqu’à présent sanctionnées que par une amende de 38 €. Cette amende vient de changer de classe ; son montant sera alors de 135 € à payer par les contrevenants. Le préfet a dit entendre les propositions du monde agricole et va réfléchir aux solutions à appliquer. A l’issue de la rencontre, les agriculteurs ont précisé qu’ils attendent des solutions rapides, fermes et efficaces.

Pensez à déclarer les dégâts de gibiers sur vos parcelles

Comme chaque année à cette époque, les sangliers rentrent dans les céréales où dans les lentilles et engendrent des dégâts. Nous tenons à rappeler les modalités de déclarations de dégâts. Les dégâts doivent être signalés auprès de la Fédération Départementale des Chasseurs. Un dossier doit impérativement être rempli et complet afin qu’un estimateur vienne constater les dégâts et prévoir les modalités d’indemnisation. Une obligation réglementaire impose que les déclarations soient faites avec un délai de 10 jours (Avant récolte). Ce délai permet aux estimateurs de planifier les rendez-vous chez les agriculteurs. En ce qui concerne les céréales et les maïs, afin que l’estimateur intervienne au plus près de la récolte, il est indispensable de déposer un dossier avant les dix jours et de prendre rendez-vous pour que l’estimation soit la plus proche possible de la réalité.
La Commission Départementale de la Chasse et de la Faune Sauvage s’est réunie sous sa forme spécialisée « dégâts causés aux récoltes et aux cultures agricoles » afin de fixer le barème « perte de récolte des prairies ». La négociation a abouti à un accord d’un montant de 10.50 €/q pour les prairies naturelles et de 12 €/q pour les prairies temporaires et la luzerne. Ces tarifs pourront être réévalués à hauteur de 20% maximum sur justification d’achat de fourrage afin de compenser partiellement ou totalement les pertes de l’année 2010. Le tarif d’indemnisation sera dans ce cas égal au montant de la facture envoyée dans la limite des 20% supplémentaires. La procédure prévoit que la Fédération Départementale des Chasseurs envoie ensuite une proposition d’indemnisation à retourner signée, sous dix jours.
Nous vous incitons à retourner cette proposition rapidement afin d’accélérer la mise en paiement.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Marlène Begon responsable de la contrée des saveurs, un drive fermier à Brioude
La Contrée des Saveurs, un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous
 A Saint Just Près Brioude, Marlène Begon propose un drive local pour rendre les produits locaux accessibles à tous. Rencontre.  
Lucas Bayard avec Michel Brustel, le frère de Brigitte, installé à St George d'Aurac..
Une installation-transmission précipitée à Mourgeat, sur la ferme des Brustel
Lucas Bayard s'est installé plus tôt que prévu sur une ferme de son village dont l'exploitante est subitement tombée malade en…
Pour l'occasion, Béatrice Rousset avait préparé de délicieuses pâtisseries à base de lait et de beurre Mont Lait.
Fermes ouvertes Mont Lait les 18 juillet et 8 août
7 exploitations agricoles adhérentes à la démarche Mont Lait se préparent à ouvrir leurs portes les 18 juillet et 8 août. Une…
Une agricultrice et un agriculteur avec une vache limousine
Le Point Accueil Installation Transmission, un guide sur le chemin de l'installation
Un service commun Installation-Transmission, à la Chambre d'agriculture, propose un accompagnement des porteurs de projets comme…
Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord
À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme…
Vaches laitières au pâturage
Le Conseil supérieur d’orientation précise le PSN
Réuni la veille du 14 juillet, le Conseil supérieur d’orientation et de coordination de l'économie agricole et alimentaire (CSO)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne