Aller au contenu principal

Agri-tourisme
Philippe et Andrée agriculteurs et hôtes à Riotord

À Riotord, Philippe Massardier agriculteur et son épouse Andrée se sont lancés dans l'hébergement en ouvrant un gîte à la ferme en 2016. Une activité complémentaire qui leur plaît et un investissement pour leur future retraite.  

Philippe et Andrée Massardier devant leur gîte en compagnie d'Aurélie Sarda de la Chambre d'agriculture.

C'est en hôtes expérimentés que Philippe et Andrée Massardier nous reçoivent dans leur gîte à la ferme, le "Gîte des Ruisseaux" au hameau des Mazeaux sur la commune de Riotord. Philippe est agriculteur et Andrée est salariée dans une maison de retraite. Leur aventure en tant qu'hôtes démarre en 2013 lorsque le couple décide d'acheter la maison en ruine située à 50 mètres de chez eux et de l'exploitation laitière (Gaec du Serpolet) conduite par Philippe et son frère Laurent.
La maison inoccupée depuis les années 1970 et qui appartenait à 25 héritiers, tombait en ruine. Suite à un arrêté préfectoral, les héritiers ne s'étant pas manifestés durant le délai imparti, la mairie, devenue propriétaire, a décidé de mettre la maison en vente. Mais Il s'agissait d'une vente par appel d'offres (vente au plus offrant)... "Nous avons fait une offre car cette maison faisait partie de notre vie et on ne voulait pas la laisser partir ; 2 autres offres ont été formulées mais c'est la nôtre qui a finalement été retenue. Nous étions donc propriétaire d'une ruine de 260 m2..." se sont dit Philippe et Andrée non sans angoisse.

Formules d'accueil

Si au départ, leur idée était de transformer la bâtisse en 2 appartements, ils ont finalement opté pour de la location saisonnière en gîte. "On avait dans l'idée de proposer un gîte spacieux pour que ça respire !" souligne Andrée. "On a alors contacté le réseau des gîtes de France qui nous a orientés vers le service Agri-tourisme de la Chambre d'agriculture car nous sommes agriculteurs" complète Philippe. Aurélie Sarda, conseillère Agritourisme s'est alors rendue sur place pour évaluer le faisabilité du projet : "En observant le type de maison et l'environnement (proximité avec la ferme et la maison d'habitation du couple), j'ai tout de suite vu qu'il y avait du potentiel" indique-t-elle. Elle a également aidé les Massardier à opter pour une formule d'accueil permettant de dégager un revenu : "Vu la proximité avec l'exploitation, les tables et chambres d'hôtes étaient une possibilité pour eux" explique Aurélie Sarda. Mais après réflexion et un nouvel emploi pour Andrée, ils ont préféré opter pour un gîte à la ferme, "une formule parfaite qui me permettait de travailler et de réduire les astreintes à la remise des clés et à l'état des lieux" souligne Andrée.
Avec l'aide du service Agri-tourisme de la Chambre d'agriculture, les Massardier ont pu bénéficier d'aides financières (Europe, Région et Département) et de conseils pour la réalisation des travaux (en matière d'aménagement intérieur) tout en restant à l'écoute des souhaits des propriétaires et d'un accompagnement avant l'ouverture du gîte (conseils sur le fonctionnement d'un gîte à la ferme). D'une capacité de 11 personnes, leur gîte labellisé "Tourisme et Handicap"  dispose de 5 chambres et 2 salles de bain avec wc indépendants. Philippe et Andrée adhèrent également au réseau Bienvenue à la ferme, ce qui leur permet de figurer sur le guide édité par l'ADAF et sur le site internet de Bienvenue à la ferme qui dispose désormais d'un système de réservation en ligne. Le gîte d'Andrée et Philippe est ouvert toute l'année.
La proximité de la ferme est un véritable atout pour eux : «On ne pensait pas que les gens s'intéresseraient à la ferme ; certains locataires réservent notre gîte spécialement pour ça !». C'est l'occasion pour Philippe de leur montrer le travail à la ferme, de montrer « qu'une exploitation ce n'est pas seulement des vaches et des tracteurs, mais véritablement une entreprise  » expli-quent-ils.

Un complément pour leur future retraite

Si à l'heure actuelle, la location du gîte permet de rembourser leur prêt et les charges induites par le gîte, dans un second temps, les rentes de locations constitueront un bon complément de retraite pour ce couple de cinquantenaires.
Aujourd'hui, Andrée et Philippe ne regrettent pas leur choix. L'activité d'accueil leur plaît : "on rencontre des gens extra ! C'est en quelque sorte un partage de vécu entre nous et ça fait du bien". "J'adore lorsque nos locataires viennent à la ferme" ajoute Philippe, qui avoue avoir été un peu réticent avant de se lancer dans l'accueil à la ferme.
Dans cette aventure qui est loin d'être un long fleuve tranquille, le couple a heureusement pu compter sur le soutien permanent du service Agritourisme de la Chambre d'agriculture. "On a bénéficié d'un soutien exceptionnel de la part d'Aurélie Sarda. Quand on a un coup de stress, le service est à l'écoute. Ça a été un pilier pour nous. Sans son aide, on en serait pas là !" affirme Andrée.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

François Terrier jeune agent de remplacement avant de s'installer en Gaec au Mas de Tence
Agent de Remplacement avant de s'installer
Dans le cadre de son stage d'installation, François Terrier a choisi d'être agent de remplacement au Service de Remplacement de…
Pink Lady du Gaec de Berthouzis à Lapte remporte les titres de Championne Espoir et Meilleure Mamelle Espoir au Sommet 2021.
Des éleveurs altiligériens fiers des performances de leurs laitières au Sommet
Peu nombreuses, les 6 prim'holstein de Haute-Loire n'ont pas démérité à l'image de Pink Lady du Gaec de Berthouzis Championne…
Nathalie Grégoire est vice-présidente du syndicat départemental aubrac. Elle vient de suivre une formation pour être juge de concours.
L’Aubrac, tête d’affiche du Sommet de l’élevage
Aubrac La race Aubrac retrouve avec impatience et grand plaisir le Sommet de l’Élevage et les grands espaces du Zénith d'Auvergne…
Entreprise Sabarot
Sabarot dresse un bilan catastrophique pour les lentilles de France
Sabarot fait le point avec ses agriculteurs partenaires, sur les récoltes de lentilles françaises. Les inquiétudes du début d’été…
Sommet de l'Elevage 2021 : responsables professionnels avec le Ministre Denormandie
Au Sommet de l’élevage, le ministre assure le service après-vente de la loi Egalim 2
Présent mardi au Sommet de l’élevage, Julien Denormandie a participé à une séance de questions-réponses aux côtés de Grégory…
Isabelle Merlin et Ludovic Alvergnas avec leur saucisse sèche primée d'une médaille d'argent.
Une médaille d’argent pour le Gaec Lou’Vergnas
À Laussonne, dans le village du Montet, Ludovic Alvergnas et Isabelle Merlin élèvent des bovins viande et des porcs, et assurent…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne