Aller au contenu principal

« Nous sommes la seule profession où l’on fixe le prix pour nous, les vendeurs ! »

Julien Raveyre responsable section bovine Haute Loire et vice-président JA AURA, fait le point sur l’évolution des prix en filière bovine.

Julien Raveyre, responsable section bovine de la FDSEA et vice-président des JA Aura.

Les cours des broutards dévissent en terme de prix alors que les indicateurs de marchés transalpins sont au vert. Quelle est votre analyse et votre sentiment sur cette situation ?
Julien Raveyre : Aujourd’hui les agriculteurs subissent à nouveau des baisses sur le prix du maigre.
Pourtant le marché Italien est porteur et les unités d’engraissement fonctionnent à plein, pour preuve, on note une progression de +1.1 % de vente sur le mois d’août. Seulement ce sont les acheteurs Italiens qui dictent les prix face aux opérateurs français. C’est terrible ! Nous sommes la seule profession où l’on fixe le prix pour nous, les vendeurs !
C’est comme si dans un restaurant, c’était au client qui vient manger, de fixer le prix du repas, toujours à la baisse bien entendu... C’est un gros dysfonctionnement de notre filière qui pose problème.

Qu’envisage la profession agricole face à ce constat ?
Julien Raveyre : Nous allons rencontrer prochainement les 4 plus gros opérateurs du secteur pour revoir ce rapport de force et adapter le prix en fonction des indicateurs de marché.

Les éleveurs s’agacent de cette situation malgré la loi EGAlim et les incantations en faveur de notre agriculture nées du confinement. Quel est votre ressenti ?
Julien Raveyre : La viande française a repris ses lettres de noblesses et de grandes enseignes en RHD mettent en avant un taux de 100 % de viande française. Il faut le dire, nous n’avons pas de baisse de consommation sur la viande française au contraire !
Le consommateur mange sûrement moins de viande mais il veut manger de la viande française.
Nous devons garder espoir et continuer à promouvoir la qualité de l’élevage français.

Depuis sa mise en place, nous faisons paraître dans la Haute Loire Paysanne, le tableau de bord fourni par la FNB ; il permet aux éleveurs d’avoir une lecture fiable et objective des marchés de la viande. Pensez-vous que cela peut servir aux éleveurs dans le rapport de force avec les négociants ?
Julien Raveyre : Je suis à 100 % d’accord, il est indispensable que les éleveurs dans leur exploitation  aient des indicateurs de marchés. Ce sont des données fiables et réelles fournies par la DGAL (Direction Général de l’Alimentation) sur lesquelles chacun peut s’appuyer pour négocier. Ces données sont indispensables dans le rapport de force avec le négociant.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Un congrès dans le respect des règles sanitaires !
FNSEA : Un « virage historique » pour un « choix responsable »
La deuxième partie de l’Assemblée générale de la FNSEA s’est tenue le jeudi 10 septembre à Villejuif (Val-de-Marne). L’occasion…
Responsables professionnels et élus ont apprécié la visite du Préfet, venu 4 jours après son arrivée.
Nouveau Préfet : Première visite de terrain pour l’agriculture
Le 3 septembre le nouveau Préfet de Haute-Loire Eric Etienne s’est rendu sur le Gaec des Pierres Rouges à Lesbineyre, sur la…
Lucien Mounier a repris la ferme familiale récemment convertie en agriculture biologique.
Une solution pour une installation
À Montfaucon, Lucien Mounier a repris l'exploitation laitière de son père. Une conversion en bio qui a permis son installation.
Le Gepva et sa filiale SAS Porcs Velay Auvergne étaient en AG à Coubon le 11 septembre.
GEPVA : Assurer la mise aux normes des élevages et renouveler les générations d'éleveurs
Le Groupement des Eleveurs de Porcs Velay-Auvergne (Gepva) et sa filiale SAS Porc Velay Auvergne (PVA) étaient en assemblée…
Le plan protéines sera doté de 100 millions d’euros avec pour objectif principal de réduire les importations de soja
Plan de relance : Le gouvernement donne la priorité à la conversion écologique
L’agriculture est éligible au plan de relance à hauteur de 1,2 Md d’euros. Il sera principalement affecté à la conversion vers…
Le ministre de l’Agriculture s’est déplacé dans un centre équestre de Saône-et-Loire le 28 août dernier.
Une promesse : " Justice sera faite "
Face à la multiplication des cas d’attaques et mutilations d'équins, le ministre de l’Agriculture s’est rendu dans un centre…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne