Aller au contenu principal

Manifestation
«Nous ne voulons pas du loup, point barre !»

Une centaine d'éleveurs de Haute-Loire est venue vendredi dernier à Langogne pour s'associer au message contre le loup.

«Nous ne voulons pas du loup dans nos campagnes, point barre» déclare Yannick Fialip, Président de la FDSEA de Haute-Loire, lors de la manifestation de vendredi dernier à Langogne en Lozère. Avec la centaine d'éleveurs altiligériens, venue manifester aux côtés de leurs collègues lozériens et ardéchois contre le loup, ils ont exprimé clairement leur refus de rentrer dans le système imposé aujourd'hui par les pouvoirs publics, et qui consiste à laisser les éleveurs se débrouiller pour protéger tant bien que mal leurs troupeaux et se faire indemniser pour les animaux inévitablement attaqués par le loup. Le président est très clair : «nous serons intransigeants, il n'y a rien à négocier, nous ne voulons pas rentrer dans le jeu des mesures de protection et des indemnisations. Le loup est un danger et nuisible pour l'élevage, contrairement à ce que certains veulent bien laisser croire. Nous ne nous laisserons pas dicter notre conduite par quelques hurluberlus qui ne connaissent rien à la réalité quotidienne de notre métier mais qui osent venir nous expliquer comment gérer nos exploitations et nos troupeaux pour laisser s'installer et proliférer ce prédateur ! En Haute-Loire, nous avons la chance qu'il ne soit pas encore officiellement reconnu présent. Et bien, c'est simple, nous ne le laisserons pas arriver : tout animal qui ressemble à un gros chien errant sera abattu».

«De l'argent par les fenêtres»
Mickaël Agrain, Secrétaire général des JA, insiste quant à lui sur le coût engendré par la protection du loup «plus de 12 millions d'Euros sont dépensés chaque année pour protéger cet animal, c'est de la folie, particulièrement en temps de crise. C'est de l'argent jeté par les fenêtres, qui pourrait être utilisé à bien meilleur escient, pour soutenir l'élevage en difficulté par exemple».
La crise, les éleveurs, ovins en particulier, la connaissent depuis de nombreuses années, et ils ne comprennent pas comment il est possible de dépenser autant d'argent, et pourquoi vouloir privilégier la présence d'un animal tueur par rapport à la présence de l'agriculture, pourtant véritable force économique vitale pour nos territoires ruraux.
Evelyne Boulet, Présidente de l'APIV, témoigne : «la situation est très simple. Le secteur ovin rencontre déjà beaucoup de difficultés économiques et si l'on ajoute à cela le loup, c'est la mort de l'élevage garantie dans notre département. Entre le loup et l'élevage, il faut choisir. C'est ce que j'ai exprimé lors de réunions de travail pour la mise en place du Parc naturel régional des sources et gorges du Haut-Allier, alors même que les responsables commencent à vouloir étudier la cohabitation des deux. On ne peut pas tenir deux discours : vouloir favoriser et développer la filière ovine et vouloir laisser se propager le loup. Si nous ne sommes pas entendus, nous nous opposerons à la création de ce parc et nous ferons pression pour qu'il ne se fasse pas !».
Une incompatibilité totale donc entre élevage et loup, une position que la FDSEA et les JA de Haute-Loire continueront de défendre auprès des pouvoirs publics et de la société civile.


Florence AUGERE - FDSEA

David Ramon a perdu 9 bêtes


David Ramon raconte : «Dans la nuit du 19 au 20 juin, j'ai subi une première attaque et cela s'est reproduit dans celle du 22 au 23. Au total, neuf bêtes ont été attaquées dont quatre tuées et cinq blessées. L'attaque s'est produite sur mes 15 hectares de parcs où les brebis étaient en liberté. Je n'avais jamais eu de problème auparavant. J'ai tout de suite averti les gardes de l'ONCFS, les responsables de l'administration du territoire. Des prélèvements et des analyses ont été réalisés. Les résultats qui m'ont été transmis font état «d'une suspicion d'attaque de loup». Mais pour moi c'est clair. Ce ne peut être que le loup. Les brebis blessées que j'ai immédiatement vendues, ont été saisies à l'abattoir pour des raisons sanitaires». Comment faire pour éviter toute nouvelle attaque ? Voilà bien le problème de David Ramon qui doit modifier son mode d'élevage et rentrer ses brebis tous les soirs. David envisage aussi de prendre des chiens pour accompagner en permanence le troupeau. Toutes ces mesures ont un coût. Mais au delà de l'aspect financier, c'est le stress engendré par la crainte permanente de perdre des nouveaux animaux, celui de voir ses brebis perturbées par de nouvelles attaques, qui le préoccupe. Ce stress du troupeau entraînant avortements ou difficultés de reproduction. Pour conclure et alors qu'on lui parlait d'indemnisation, David Ramon a lâché très sérieux, l'oeil néanmoins malicieux : «J'enverrai la facture à la direction départementale des territoires ».
J.C

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Fabienne Demars devant son compteur Linky.
Contrat d'électricité : grosse frayeur au Gaec des Bouines !
En novembre, les associés du Gaec des Bouines ont appris avec stupéfaction que leur tarif allait augmenter de 300% alors qu'ils…
La présidente Virginie Garnier se félicite de la "bonne santé de la coopérative".
Avec Xpresso, la coopérative XR Repro développe un nouveau service pour ses adhérents
La coopérative de reproduction et génétique XR Repro, tient ses assemblées générales de sections. La première avait lieu le 18…
Du Sarrasin comme diversification des exploitations.
De nouvelles cultures pour diversifier le revenu des exploitations agricoles
Les productions végétales offrent des possibilités de diversification intéressantes aux agriculteurs de notre département et en…
Un dépistage départemental (exploitations laitières et allaitantes) est actuellement en cours (en parallèle des prophylaxies annuelles obligatoires). 90 000€ seront consacrés par le GDS43 à ce dépistage.
Dans le Brivadois, un éleveur laitier a été lourdement touché par la besnoitiose bovine
La besnoitiose bovine, maladie parasitaire spécifique des bovins, émergente en France et en Europe, commence à faire des victimes…
Grâce aux 25 meilleures années, les anciens exploitants pourront  compter sur plus de 100€ supplémentaires par mois.
Calcul de la retraite sur les 25 meilleures années, ce qui va changer pour les futurs retraités
Début décembre 2022, l’Assemblée nationale a adopté la proposition de Loi visant à calculer la retraite des non-salariés…
Les associés du Gaec de la Fontaine du Loup élèvent 550 brebis BMC sur 130 ha de SAU et ont un atelier  de volaille Ardévol de 400 m2.
"L'activité agricole est diversifiée et très riche humainement et physiquement"
A 42 ans, Véronique Roux a déjà vécu plusieurs vies professionnelles. Après une belle carrière dans le salariat, c’est désormais…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne