Aller au contenu principal

Miss Montbéliarde 2018 : les frères Malhomme se préparent

A Monlet, Alexis et Florian Malhomme s’apprêtent à participer à l’édition 2018 de Miss Montbéliarde. L’un concourra avec Lalie pour le titre de Miss et l’autre en tant que jeune meneur.

Florian avec Lambada et Alexis avec Lalie (à droite).

Depuis déjà 3 semaines, Alexis et Florian Malhomme préparent activement leur participation au concours de Miss Montbéliarde, qui se déroulera le dimanche 8 avril à Saint-Paulien. Fils d’agriculteurs, leur mère Linda s’est installée en individuel en juin 2017 suite au décès de son mari Christophe, Alexis 18 ans et Florian 15 ans, sont tous deux passionnés d’élevage et projettent d’ailleurs de s’installer sur la ferme familiale.

Deux futures installations en perspective
Alexis, en classe de terminale CGEA à Bonnefont, s’installera dès que possible pour poursuivre, avec sa mère, le travail entrepris par son père sur cette exploitation agricole de 90 ha de SAU dotée d’une stabulation récente de 48 places à logettes et d’une salle de traite 2x5 en épis ; un bel outil de travail qui devrait faire le bonheur des frères Malhomme.
Pour l’instant, c’est Linda, aidée par un ouvrier, embauché via Aide Agri 43, et par Alexis aide familial (qui intervient lorsqu’il n’est pas au lycée), qui s’occupe du troupeau de 48 laitières Montbéliardes (production de 367 000 L par an livrés à la coopérative Sodiaal) et d’une quarantaine de génisses. Linda, qui n’était pas du tout dans le métier, a souhaité se perfectionner en matière d’alimentation des vaches en faisant appel à une nutritionniste et à son contrôleur laitier, Mathilde Larzilière. Le troupeau affiche désormais une moyenne de 7300 litres de lait par vache.
Fervents défenseurs de la race Montbéliarde présente depuis plusieurs générations dans la famille de Linda à Monlet, les Malhomme s’apprêtent à participer à Miss Montbéliarde 2018. Il s’agira d’une deuxième participation pour Alexis : «L’année dernière, le concours fêtait son 20eme anniversaire et j’ai souhaité y participer car cela permet de passer une journée entre éleveurs montbéliard dans une ambiance conviviale, de comparer ses animaux et de montrer cette race dont on est fier».
Après Immortelle en 2017, génisse qu’Alexis avait présentée l’an dernier, c’est au tour de Lalie de montrer ses plus beaux atouts devant la foule et le juge à Saint-Paulien.
Alexis et sa mère Linda justifient leur choix : «Lalie, fille de Holiday (Cargo/Cortil) est une vache puissante, dotée d’une très bonne ligne de dos et de très bons aplombs. Elle a aussi une bonne mamelle bien équilibrée. C’était la génisse qui sortait du lot. C’est la plus complète».

Opération dressage
En tant que génisse candidate, Lalie, qui a vêlé à l’âge de 30 mois et produit 27,5 kg de lait par jour, apprend à marcher la tête haute  depuis quelques semaines.  Elle a droit à des promenades dans le couloir de la stabulation. La génisse ne devrait pas être trop perturbée par la musique d’ambiance du concours puisque la traite du matin se déroule toujours en musique chez les Malhomme ! Alexis entend poursuivre son programme de dressage avant de procéder à la tonte, au nettoyage approfondi de Lalie une semaine avant et au rasage de la mamelle, la veille du concours.

Jeune meneur
Cette année, son jeune frère Florian participera au concours des jeunes meneurs organisé par Montbéliard Haute-Loire dans le cadre du concours Miss Montbéliarde. Le jeune homme montrera tous ses talents de meneurs avec Lambada une génisse non vêlée qu’il s’emploie à dresser. «En tant que meneur, je dois savoir la faire avancer la tête haute, faire attention à ma position vis à vis des autres concurrents, être capable de stopper l’animal quand on me le demande, bien positionner les pieds de l’animal...» explique le jeune homme qui prend sa mission très à coeur.
Souhaitons bonne chance à la famille Malhomme ainsi qu’à tous les éleveurs montbéliards qui comptent participer à ce concours de haut niveau et toujours très apprécié.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Stocker de l'eau pour s'adapter au changement climatique
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip, détaille les objectifs du protocole départemental signé…
Bâtiment d'élevage avec silo d'aliments.
La situation commence à se tendre dans les exploitations
 Depuis septembre 2020, les agriculteurs assistent à une véritable envolée de leurs charges. Le point sur la situation avec…
La famille Russier, à droite, aux côtés de Isabelle Valentin Députée et Denise Souvignet présidente de l'ADAF.
Réglementation trop restrictive pour l'accueil d'enfants à la ferme 
La présidente de l'ADAF a invité la députée altiligérienne Isabelle Valentin sur l'exploitation de Lise Russier au Mazet-St-Voy,…
Les Assises du Lait se tiennent les 1er et 2 décembre en Vendée.
Un prix du lait toujours trop bas, mais des éleveurs qui réfléchissent à l'avenir
Lait La section laitière de la FDSEA et le groupe lait JA de Haute-Loire se sont réunis le 19 novembre dernier pour préparer les…
Des outils pour apprendre à communiquer positivement
Ce lundi, 11 jeunes futur(e)s agricultrices ou agriculteurs, ont débuté la formation "J'agis demain" à l'initiative de JA43, pour…
Troupeau d'aubracs au pâturage
Tout savoir sur la contractualisation en bovins viande le 10 décembre
Tous les producteurs du département sont invités à participer à une réunion d'information sur la mise en œuvre de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne