Aller au contenu principal

Bovins
Mise à l'herbe : la marche à suivre

La mise à l'herbe est une période très attendue par l'éleveur. Si elle est mal gérée, les problèmes qui en découlent peuvent parfois avoir de lourdes conséquences.

Montbéliarde qui pâture.

Vous vous apprétez à sortir vos animaux... Mieux vaut être attentifs à certains points de vigilance que vous rappelle le GDS Haute-Loire.
Avant de sortir vos animaux, il est indispensable de réaliser une transition alimentaire progressive, en 3 à 5 semaines. Elle a pour but d'acclimater la flore du rumen à la nouvelle ration. Plus la mise à l'herbe sera précoce, plus la transition alimentaire pourra être longue et progressive. Une durée de pâturage de 2 à 3h par jour est recommandée dans un premier temps. Ne sortir les animaux que l'après-midi permet aux animaux de se remplir la panse et de profiter des premiers rayons de soleil. Parallèlement à la mise à l'herbe, une diminution progressive des concentrés azotés de la ration devra être effectuée. Il faut cependant conserver les apports de cellulose et d'amidon (foin, paille, céréales,ensilage de maïs... ).


Ne pas oublier
les fondamentaux de l'élevage

Au bâtiment comme au pâturage, les animaux doivent disposer de sel, de fibres et d'eau dont la qualité bactériologique et chimique est connue. La mise à disposition de foin ou de paille dans les râteliers est indispensable, même si les animaux en consomment peu. La consommation augmentera les jours de pluie. Il faut également mettre à disposition des animaux des pierres de sel blanc ou des bacs avec du sel marin en libre service. Le GDS vous conseille par ailleurs de réaliser une analyse annuelle de votre eau (puits, forages, sources... ).


Attention à la tétanie
d'herbage !

La jeune herbe est très pauvre en magnésium. Certains facteurs peuvent favoriser la tétanie d'herbage, comme l'accélération du transit due aux apports élevés en azote soluble et au stress. Les symptômes peuvent être confondus avec ceux d'une fièvre de lait en début de lactation : tremblements musculaires, agitation, hypersensibilité, hyperexcitabilité, démarche hésitante jusqu'au décubitus avec convulsions. Pour limiter les risques de tétanie d'herbage, vous pouvez apporter entre 30 et 50g de chlorure de magnésium à 47% par jour et par vache en début de la période de pâturage. Le chlorure de magnésium peut être mis dans l'eau de boisson.


Un déparasitage raisonné
Le traitement antiparasitaire doit être raisonné en fonction des pâtures utilisées et de l'âge des animaux. Le but recherché vis-à-vis des strongles est d'obtenir une immunisation progressive des bovins que l'on garde pour l'élevage (femelles). Les bovins de première année de pâture (veaux de l'année) sont les plus exposés au risque de strongyloses à cause de l'absence de défenses immunitaires. L'objectif de la prévention sera de développer chez les femelles au cours des deux premières années de pâturage une immunité forte, tout en préservant la croissance des animaux et une valorisation maximale de l'herbe. Pour les mâles, l'objectif est une croissance et une valorisation maximale de l'herbe.
Pour les vaches laitières adultes, sauf erreur de conduite les premières années, elles ne nécessitent pas de traitements préventifs contre les strongyloses digestives.
Pour les vaches allaitantes (et les taureaux), un traitement annuel au sevrage ou à la rentrée est préconisé. La gestion du parasitisme à l'herbe doit être adaptée à chaque élevage et à chaque éleveur, d'où la nécessité d'ajuster les protocoles de déparasitage avec l'aide de vos vétérinaires.
La désinsectisation des animaux reste d'actualité pour lutter contre les insectes et tiques vecteurs de nombreuses maladies.. Divers produits sont à votre disposition : plaquettes auriculaires, pouron et produits à pulvériser.
 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Yannick et Frédéric Salgues sont inquiets pour la santé de leur troupeau.
Des vaches perturbées et des éleveurs inquiets… à Mazeyrat d'Allier, l'antenne 4G est visée
À Mazeyrat d'Allier, les associés du Gaec du Coupet sont démunis face à leur troupeau en détresse, victime, selon eux, des…
Vache abondance
SODIAAL et déclassage du lait biologique : à quand la fin de la mascarade ?
JA Aura réagit face à l'annonce de la coopérative laitière Sodiaal sur le prix du lait bio. Tribune….
Fabrice Bouquet et Anne Rogues, passage de relais à la direction de la FDSEA
Anne Rogues est la nouvelle directrice de la FDSEA
Le directeur Fabrice Bouquet a quitté son poste, le 1er septembre 2021, après 4 années passées à la direction du syndicat…
Les organisateurs de l'événement avec Julien Michel et ses animaux qui participeront à la journée allaitante  à St Paulien.
Journée allaitante, rendez-vous le dimanche 19 septembre à Saint-Paulien
Dimanche 19 septembre, les plus beaux animaux allaitants du département ont rendez-vous à la halle du Chomeil de St Paulien. Une…
Paysages du brivadois, Paysas Bas
La profession demande un délai d'un an pour les nouvelles zones vulnérables
FDSEA, JA et Chambre d'Agriculture de Haute-Loire dénoncent une trop rapide mise en application des programmes d'actions pour les…
Troupeau charolais s'abreuve au pré
Aide à l’abreuvement : c’est le moment d’investir !
Le Conseil régional prolonge son aide à l’abreuvement des bovins allaitants au pâturage. Dépôt de dossier jusqu’au 6 octobre
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne