Aller au contenu principal

Accord de libre-échange
Michèle Boudoin : « Va-t-on nous faire payer l’affaire du Rainbow Warrior jusqu’à la fin des temps ! »

L’accord de libre-échange entre l’Union européenne et la Nouvelle-Zélande, signé jeudi 30 juin par la Commission européenne, risque de fragiliser la production ovine tricolore, selon la présidente de la Fédération nationale ovine.

Michèle Boudoin, présidente de la Fédération nationale ovine, est éleveuse dans le Puy-de-Dôme.

Après douze cycles de négociation depuis leur lancement en juin 2018, la Commission européenne et la Nouvelle-Zélande ont conclu, jeudi 30 juin, un accord permettant des accès au marché facilités pour les produits agricoles et la mise en œuvre de quotas pour les produits sensibles y compris pour les ovins. Avec quelles conséquences ?
La filière ovine, nous savons depuis longtemps ce que c’est que d’être mondialisée. Nous en avons fait les frais depuis notamment cette maudite affaire du bateau Rainbow Warrior(1) qui date de 1985. L’agneau néo-zélandais est devenu depuis une monnaie d’échange. L’accord que vient de signer l’Union européenne avec la Nouvelle-Zélande en est encore une fois la preuve.

Que prévoit cet accord ?
Concrètement, les néo-zélandais vont pouvoir envoyer en Europe 38 000 tonnes de viande ovine sur sept ans sans taxe, qui viendront s’ajouter au contingent de 126 000 tonnes dont ils disposent déjà. On pourrait se rassurer en se disant qu’ils ne remplissent pas ce contingent, mais ce serait sous-estimer la très forte réactivité au marché de la Nouvelle-Zélande. Ils sont en capacité d’envoyer de la marchandise quand ils veulent, notamment à la fin du premier trimestre au moment des fêtes de Pâques. Et puis, à l’échelle des consommateurs, il y a l’argument tarifaire qui risque de peser, avec un agneau qui coûte deux fois et demi moins cher que l’agneau français (ndlr : 9,90 euros/kg pour l’agneau néo-zélandais contre 23 euros/kg pour l’agneau français). La segmentation permettant à toutes les bourses d’acheter de l’agneau est nécessaire, mais cela ne nécessitait en aucun cas de rajouter 38 000 tonnes supplémentaires.

N’y-a-t-il pas une forme de dichotomie européenne à vouloir défendre la transparence de la chaîne alimentaire et en même temps signer des accords qui contribuent à la fragiliser ?
Il y a en effet un paradoxe intenable, et finir la présidence française de l’Union avec un tel accord est vraiment dommageable. Les néo-zélandais produisent des agneaux à contre-saison par rapport à nous. Ils abattent en décembre, et conditionnent sous azote liquide, cela permet de garder le produit pendant plusieurs mois. Or le consommateur ignore souvent cette information. Ce produit va faire 20 000 kilomètres, où est la logique environnementale ?

Quid de la réciprocité des normes, de l’ambition plus verte de l’Europe avec le Green Deal quand on sait que la Nouvelle-Zélande utilise des produits tels que l'atrazine et bien d’autres pourtant interdits en Europe ?
Encore une fois on trompe le consommateur. Il y a effectivement des substances comme l’atrazine ou le Diflubenzuron. Ce dernier produit est classé potentiellement cancérogène et a été interdit par l’Union européenne dès 2021. Or, il est toujours utilisé en routine par les éleveurs néozélandais et ne fait l’objet d’aucune restriction aux importations européennes depuis ce pays. Nous avons manifestement un mauvais commissaire européen à l’agriculture. Que la commission européenne se félicite de cet accord est honteux et donne un très mauvais signal aux autres pays comme l’Australie par exemple qui pourrait s’en servir pour négocier avec l’Europe un nouvel accord moins-disant.

(1)L’affaire du Rainbow Warrior désigne le sabotage du navire amiral de l’organisation écologiste Greenpeace, le Rainbow Warrior, par les services secrets français le 10 juillet 1985, ainsi que ses suites médiatiques, politiques et judiciaires. Cet acte, qui constituait une violation de la souveraineté de l’État néo-zélandais, fut à l’origine de tensions entre les deux pays et eut des conséquences sur leurs relations politiques et économiques notamment pour le marché ovin.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne