Aller au contenu principal

Plan de résilience
Mesure alimentation animale du plan de résilience : préparez-vous !

L’ouverture du téléservice permettant de demander la mesure « alimentation animale » pourrait débuter à partir de la 2ème quinzaine de mai, pour une durée de trois semaines.

Génisses limousines mangeant du foin au cornadis.

Le Gouvernement a alloué 400 M€ de crédits nationaux, complétés de 89 M€ de l’enveloppe PAC de crise, pour absorber pendant 4 mois (16 mars 2022 – 15 juillet 2022) une partie des hausses des coûts de l’alimentation animale dues aux perturbations engendrées par la guerre en Ukraine, en attendant que la répercussion amont-aval de ces hausses soit effective, conformément aux dispositions nouvelles de la Loi Egalim 2.

Les modalités de mise en œuvre des mesures de soutien à la trésorerie se précisent. Si les téléprocédures ne sont pas encore ouvertes, il convient de prendre déjà connaissance des modalités pour faire les bons choix et préparer ses éléments. Les informations ci-après sont en effet présentées sous réserve de la validation des dispositifs par la Commission européenne, et quelques points restent à préciser.

Se rapprocher de son comptable

Pour demander l’aide, il faudra présenter une attestation établie par un centre de gestion agréé, un expert-comptable ou un commissaire aux comptes. Elle devra préciser l’activité principale du demandeur de l’aide et les différents chiffres demandés (montant des charges d’alimentation sur la période de référence, montant des charges d’alimentation (compte 60.14) montant total des charges d’exploitation (comptes 60, 61, 62, 63 et 64) du dernier exercice clos.

Pour les récents installés, et dans le cas où l’attestation ne peut être établie, elle peut être remplacée par le Plan d’entreprise. Pour les agriculteurs au micro BA, le montant des charges d’alimentation sera démontré par les factures d’achat sur la période de référence.

Cas des contrats d’intégration

Un dispositif est prévu pour les intégrateurs et organisations porteuses de contrats de production qui prennent en charge les coûts de l’alimentation animale pour le compte des éleveurs (volailles et veaux notamment). Celui-ci fera l’objet d’une notification à part.

Attention à l’articulation avec le PEC

Un dispositif de prise en charge partielle des cotisations MSA est prévu pour la fin de l’année 2022 (PEC Ukraine). Les conditions précises restent à détailler mais les exploitants devront justifier que les difficultés rencontrées pour payer leurs cotisations ne sont pas structurelles mais liées effectivement à la crise. Cette aide sera appréciée au cas par cas dans la limite d’un plafond de 3 800 euros pouvant être porté exceptionnellement à 5 000 euros.

Pour y prétendre, un document comptable devra permettre d’établir une hausse de charges sur un ou plusieurs postes d’approvisionnement (GNR, engrais, emballages, alimentation animale…) au moins égale à 50 % sur la période allant du 1er mars au 30 septembre 2022 par rapport à la même période de 2021. Le lien de ces hausses de coût avec la guerre en Ukraine est une condition de l’aide.

La prise en charge correspondrait à 30 % des surcoûts, dans la limite des cotisations payées en 2022 et du plafond de 3 800 €.

La Pec Ukraine peut être cumulée avec l’aide « alimentation animale » mais, dans ce cas, la demande PEC ne devra pas porter sur le coût de l’alimentation. Dans certains cas particuliers, il peut s'avérer plus intéressant de faire le choix de la mesure PEC sur l'alimentation.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout La Haute-Loire Paysanne.

Les plus lus

Deux robots de traite dernière génération ont été installés au Gaec des Calards.
Une journée professionnelle autour de l'installation de deux robots de traite
  Une journée professionnelle centrée sur le robot de traite s'est déroulée mercredi 2 novembre à St Paulien, organisée par Eurea…
Le sous-préfet d'Yssingeaux prend connaissance des dossiers sur une exploitation à Tence
Le 10 novembre, la FDSEA et les JA de Haute-Loire ont invité le sous-préfet d'Yssingeaux sur l'exploitation de Yvon Charra à…
Des prix du lait qui ne sont pas à la hauteur des charges des producteurs
 Les membres de la section lait de la FDSEA et du groupe lait JA se sont réunis le 25 novembre pour échanger sur les dossiers du…
Zoom sur le PSN, le budget et les acquis
 A partir de 2023, une nouvelle réforme de la Politique Agricole Commune entrera en vigueur après plusieurs années de négociation…
Le président de la Chambre d'agriculture de Haute-Loire, Yannick Fialip et le directeur Christian Buffière.
Une préoccupante spirale à l'inflation
 Réunis en session le 28 octobre dernier, les élus ont évoqué les grands dossiers du moment au premier rang desquels la…
Plus que jamais, Haute-Loire Conseil Élevage veut apporter un conseil de proximité
 Haute-Loire Conseil Élevage tenait son assemblée générale jeudi 3 novembre à Saugues en même temps que le Syndicat des Éleveurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 9.90€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site de la Haute-Loire Paysanne
Consultez les revues de la Haute-Loire Paysanne au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters de la Haute-Loire Paysanne